CLINIQUE MUTUALISTE : LE PROCESSUS SUSPENDU

Pendant la crise le dossier de la clinique Mutualiste est suspendu. En effet Pierre Szlingier, directeur de cabinet du Président du groupe mutualiste Aésio /Adréa a précisé la position du groupe dans la période.

TOUT LE MONDE EST SUR LE PONT”

Nous nous sommes procurés le double d’un courrier très critique adressé à Eric Piolle. Il est en effet précisé que “depuis le démarrage de cette crise sanitaire, les équipes soignantes et administratives du GHM sont pleinement mobilisées pour assurer aux habitants de la région grenobloise un accueil et un accès à des soins de qualité. Chaque jour, les médecins, infirmières, aides-soignantes et personnels administratifs du GHM sont sur le pont. Leur mobilisation force l’admiration et nous honore.”

TRIBUNE DE PIOLLE : “RUMEURS, MENSONGES”

Pierre Szlingier évoque la tribune d’Eric Piolle pour “regretter que cette tribune fasse suite à plusieurs mois de tensions, de rumeurs infondées voire de mensonges concernant le projet de cession du GHM.”

DEUX OFFRES A BUT NON LUCRATIF

Ajoutant : “comme nous vous l’avons précisé il y a quelques semaines, le bureau du GHM a présélectionné le 28 février 2020 trois offres de reprise à forte dimension sociale. Parmi les trois candidats sélectionnés, deux offres s’engagent dans le maintien de statut d’Établissement de santé privé d’intérêt collectif (ESPIC) à but non lucratif, qui est actuellement celui du GHM. La troisième s’inscrit dans le cadre d’un Groupement de coopération sanitaire avec un partenariat public/privé.”

MOBILISÉ DANS LA GUERRE CONTRE LE VIRUS

Pour lui, “depuis le démarrage de la crise sanitaire, l’énergie du personnel du GHM, de l’accueil des patients à la direction générale, est mobilisée sur ce que le Président de la République a qualifié de véritable “guerre”. C’est là notre mission, notre devoir.”

DES ÉTAPES de la CESSION REPORTÉES

Naturellement, de nombreuses étapes du processus de cession ont été reportées comme, par exemple, les auditions ou les visites indispensables du site par les trois candidats à la reprise du GHM. Ces décisions ont été, bien entendu, prises conformément aux mesures de confinement demandées par le Gouvernement, mais aussi pour ne pas perturber le bon fonctionnement du GHM dans une période extrêmement tendue.”

PÉRENNISATION des EMPLOIS et de L’ACTIVITÉ

Confirmant “de même, et bien naturellement, aucune décision sur le projet de cession ne sera prise durant la période de confinement.”

Mais Pierre Szlingier tient “à rappeler que le processus de cession vise à donner aux salariés et à nos parties prenantes une réelle visibilité sur l’avenir de l’établissement. En effet, il s’agit bien là d’assurer au GHM un avenir qui passe par la pérennisation des emplois et le développement de l’activité conformément aux points d’exigence fixés en septembre 2019 lors du vote du processus de cession par le Conseil d’administration du GHM : garantir à la fois l’emploi, les conditions d’accueil des patients, la qualité́ et l’accessibilité́ de l’offre de soins et du plateau technique et la prise en compte des intérêts mutualistes des différents acteurs impliqués.

UN APPEL à la RESPONSABILITÉ

Visiblement agacé il appelle Eric Piolle à la responsabilité : “Je voudrais profiter de ce courriel pour en appeler, par votre entremise, au sens des responsabilités des différents acteurs grenoblois. Depuis septembre 2019, date du lancement du processus de cession, le GHM dit ce qu’il va faire et fait ce qu’il a dit. Démentant par les faits chaque procès d’intention.

Alain Carignon était intervenu au Conseil Municipal en faveur de la Mutualiste

De son côté Alain Carignon était intervenu au Conseil Municipal en faveur de la clinique Mutualiste : “c’est une exception grenobloise et elle doit le rester” avait il lancé. “L’enjeu est de conserver ce statut d’Espic “demandant” des dérogations nationales”.

LA MUTU DOIT ÊTRE SAUVÉE

Il est évident que la crise sanitaire que connait le monde démontre combien notre système de santé est précieux. La dernière clinique Grenobloise doit être sauvée.

L’appel à la responsabilité d’Eric Piolle de la part des mutualistes est un facteur d’inquiétude. Ici aussi Grenoble a plus besoin de concret que d’incantations idéologiques.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *