VÉHICULES ÉLECTRIQUES : GRENOBLE A PRIS UN GROS RETARD

Des bornes électriques inutilisables depuis 2 ans, des potelets pour empêcher tout stationnement : "un moment de délicatesse" pour Y.Mongaburu (Verts/Ades)

« Après l’expérimentation avec les véhicules i-Road de Toyota, les stations devaient toutes être reprises pour être utilisables avec n’importe quel véhicule électrique. Deux ans après, ça n’a pas beaucoup bougé. Pire, les usagers nous disent que plusieurs bornes sont souvent en panne. Le problème qu’on a généré avec ce planning un peu lent, c’est de l’insatisfaction. Surtout, on a décrédibilisé la capacité à utiliser un véhicule électrique. »

JB CARREAU (CITELEC) : DOUCHE FROIDE POUR Y.MONGABURU

Depuis plus de 20 ans, l’association Citelec œuvre pour la promotion des mobilités innovantes dans les milieux urbains, périurbains et rurbains et son Président Jean-Benoit Carreau douche la logorrhée verbale toujours si satisfaite de Yann Mongaburu (Verts/Ades), l'ex-futur Président de la Métro.

"AUJOURD'HUI ON EST VRAIMENT EN RETARD"

Il regrette « dans la politique qui a été menée, c’est qu’on s’est fixé des objectifs cohérents, sérieux, mais on ne s’est pas donné les moyens de réaliser les infrastructures qui permettaient de soutenir ce projet. Grenoble était une des villes les plus en avance sur ces réflexions-là… Aujourd’hui, on est vraiment très en retard ! ».

un grand fiasco

POLLUTION DE L'AIR AUGMENTÉE POUR DES MILLIERS de GRENOBLOIS

Dans quel domaine le Grand Timonier a-t-il fait prendre de l'avance à Grenoble. Même dans ce qui relève de son fonds de commerce il aura été en dessous de tout. La pollution de l'air a augmenté pour des milliers de Grenoblois.

4 ÈME VILLE DE FRANCE POUR LES EMBOUTEILLAGES

En matière de mobilités nous sommes devenus la 4 ème agglomération Française pour le temps perdu dans les embouteillages sous la houlette si éclairée des Rouge/Verts Grenoblois. Elle est passé de la 10 ème à la 4 ème en 6 ans de mandat. Beau succès.

BORNES EN COURS de RÉNOVATION DEPUIS 2 ANS

Sagissant des véhicules électriques ça n'empêche pas Yann Mongaburu de pérorer dans "le Dauphiné". Son efficacité n'est plus à démontrer. Depuis l'échec de l'expérimentation du projet Toyota il y a 2 ans, les 80 bornes de recharge électrique « sont en cours de rénovation pour être réimplantées dans les parkings relais  ».

Il fallait d'abord prendre un cours de conduite pour utiliser les véhicules : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Y.MONGABURU ABUSÉ DES STATISTIQUES PARTIELLES

Avec eux quand il ne se passe pas grand chose, "c'est en cours..." Lamentable. Mais comme pour les vélos, dossier sur lequel il refuse de donner la part modale de ce mode de déplacement, Yann Mongaburu abuse de statistiques partielles, sans références ni comparatifs, ce qui lui permet d'enfumer : « on est sur un rythme de croissance d’usage de 25 % par an, depuis deux ans d’affilée » (?)

ANNÉES PERDUES : "UN MOMENT DE DÉLICATESSE..."

Ces années perdues sont évoquées par lui comme un « moment de délicatesse ». Il ne dispose plus que de quelques semaines pour se moquer autant des grenoblois.

LES INGRÉDIENTS DE LA MUNICIPALITÉ PIOLLE

Expérimentation fumeuse, retards à l'allumage, absence totale de vision et de cap, usine à gaz pour l'utilisation, marketing absent ... on retrouve, avec les véhicules électriques, tous les ingrédients de la municipalité Piolle : boursouflure du discours et des postures, incompétence crasse, résultats désolants.

Le fait d'être mise en échec sur ce qui aurait du être ses fondamentaux devrait dessiller les yeux de nombreux grenoblois attachés à la protection de la planète par la lutte contre le réchauffement climatique. On peut en effet faire mieux!

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *