C.GARNIER (Verts/Ades) EXPULSE CONTRE E.PIOLLE…

Les Tartuffes. Jusqu'au bout. Vincent Rémy le directeur de l’établissement public foncier local s'est fendu d'un communiqué pour justifier l'expulsion des occupants illicites du 16 chemin Robespierre:

"MALGRÉ L'OPPOSITION de la VILLE de GRENOBLE..."

« Malgré l’opposition de la Ville de Grenoble, j’ai pris la responsabilité en qualité de directeur de l’EPFL du Dauphiné et représentant légal du propriétaire, de demander aux forces de police de procéder à l’expulsion des occupants illicites du 16 chemin Robespierre à Grenoble. J’ai estimé que ce bâtiment inoccupé et fortement dégradé présentait des risques d’effondrement suite à un important dégât des eaux. »

LE D.G CAMOUFLE SA PRÉSIDENTE : C.GARNIER (Verts/Ades)

Ainsi le Directeur Général camoufle sa présidente qui n'est autre que Christine Garnier, la Vice Présidente (Verts/Ades) au logement de la Métro, conseillère municipale de Grenoble, une historique sectaire du clan Avrillier élue pour la première fois en... 1995. Particulièrement dogmatique au logement elle ne produit que des échecs.

E.PIOLLE VEUT RESTER PROCHE des SQUATTERS

Ainsi avec cette entourloupette politicienne, Eric Piolle est opposé aux expulsions que son Adjointe ... Christine Garnier réalise. Il peut demeurer proche des squatters.

Selon le "Dauphiné" des policiers de la brigade anticriminalité et de la compagnie départementale d’intervention (CDI) étaient intervenus et, "à la demande de l’EPFL (C.Garnier) mais contre l’avis de la mairie (E.Piolle) et ont interpellé deux personnes, en l’occurrence deux femmes âgées de 33 ans, pour des dégradations volontaires de biens privés en réunion et refus de se soumettre aux vérifications, avant de disperser les autres squatteurs dans la rue en usant, là aussi, de gaz lacrymogène."

GRENOBLE N'EN PEUT PLUS DE CETTE DÉMAGOGIE

Grenoble n'en peut plus de cette démagogie, de cette irresponsabilité dont tout le monde souffre. La municipalité tolère des squats municipaux rue des Alliés, rue d'Alembert et ailleurs et quand ça craint trop, elle a du mal à assumer une politique différente.

JUSQU'A QUAND CETTE MISÉRABLE COMÉDIE ?

D'où ces contorsions entre Christine Garnier qui fait parler son directeur, Eric Piolle lequel se contente de dire qu'il est contre l'expulsion. Jusqu'à quand cette misérable comédie va t-elle durer?

CHUTE DE LA VALEUR DES BIENS

Grenoble souffre de ces postures, de ces grossières tricheries, de ces montages ridicules : tout le monde est trompé. Les anarcho-gauchistes qui se sentent soutenus, les habitants qui supportent les conséquences multiples de ces occupations : baisse de la valeur de leurs biens durement acquis, dégradation des quartiers (tags , saleté), environnement urbain dégradé.

Eric Piolle et Christine Garnier ne se sont pas grandis avec ces gymnastiques verbales. Les grenoblois ne peuvent plus leur faire confiance.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *