SOLIDARITÉ : Alain CARIGNON INNOVE ENCORE

Nous créerons à côté du Conseil Municipal un Conseil Municipal de l’action sociale. Il désignera deux de ses membres qui deviendront Vice-Présidents délégués du Centre Communal d’action Sociale.

“NOUS VOULONS NOUS FOCALISER SUR CE QUI MARCHE”

“Nous voulons nous focaliser sur ce qui marche ou pas avec ceux qui traitent concrètement des sujets sur le terrain. C’est beaucoup plus efficace que d’élaborer une politique à partir de grands principes. Nous voulons abolir la distance qui existe entre l’initiative sociale et sa traduction : Il ne peut pas y avoir d’efficacité sans prise directe sur le relais institutionnel” .

Alain CARIGNON et la SOCIÉTÉ CIVILE RENVERSENT la TABLE

Tout était dit en peu de mots. Alain Carignon et le collectif de la société civile renversent la table. Au lieu des sempiternelles lamentations et déclarations de principe pour montrer son meilleur profil ( suivez mon regard…) ” nous allons donc ouvrir une nouvelle voie ensemble. Nous voulons une rupture méthodologique” a expliqué Alain Carignon au cours d’une conférence de presse tenue à la Papothéque , au lys rouge.

LA PAPOTHÉQUE: L’INVENTION D’UN NOUVEAU CENTRE SOCIAL

Pas par hasard. Anouchka Michard la directrice a inventé elle-même un nouveau type de centre social pluridisciplinaire qui fait appel à des partenaires privés et croise les générations et les problématiques.

Alain Carignon était entouré de Nicolas Pinel, directeur régional du Comité National d’Action Sociale, Fatima Belrhali, encadrante technique d’insertion socioprofessionnelle, Florence Bouteille, présidente d’une association pour les familles monoparentales, Maryam Courosse, directrice d’EHPAD, Mimoun M’Rad, président d’une association de quartier d’habitants .

LES GRENOBLOIS INTERPELLÉS PAR LES CAMPEMENTS

Il a rappelé la paupérisation de Grenoble et souligné que ” dans l’espace public les Grenoblois sont interpellés par les campements de migrants, la présence de sans domicile fixe, par la mendicité, les nombreux squats municipaux

LES MUNICIPALITÉS ONT ABANDONNÉ DES TERRITOIRES

Après avoir rencontré nombre d’acteurs motivés, parfois en colère,  qui ne savent plus faire face à la demande sociale il a dénoncé ” les municipalités qui ont abandonné des territoires et des secteurs entiers qui souffrent d’être ghettoïsés, ont assigné à résidence des habitants par l’impossibilité de changer d’habitat”

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE: LA PLUS RÉGRESSIVE

Jugeant qu’il est “maintenant largement établi que la municipalité Piolle aura été la plus régressive de l’histoire de Grenoble en matière de solidarités, le traduisant par l’indifférence des élus et la baisse des budgets” .

CARIGNON à L’INITIATIVE des GRANDES INNOVATIONS SOCIALES

Au plan social il a d’ailleurs rappelé qu’il avait été à l’initiative du revenu d’Insertion avant Rocard, de Grenoble Solidarité, de Point d’eau, de l’installation du siège du CCAS à Villeneuve, de la politique socio-éducative dans les quartiers.

“PERSONNE NE PEUT MIEUX CONNAITRE LES DIFFICULTÉS….”

Alain Carignon et les membres du collectif ont expliqué considérer “surtout que les personnes concernées doivent avoir le choix, le pouvoir de décider directement du budget et des mesures de la ville destinées à l’action sociale. Personne ne peut mieux connaître les difficultés que celui qui les vit”

UNE PAUPÉRISATION HUMAINEMENT INACCEPTABLE

Pour eux “Nous avons besoin d’agir ensemble vite et fort pour répondre aux attentes de chaque personne afin de mettre fin à cette paupérisation humainement inacceptable et extrêmement négative pour l’image de Grenoble et son développement économique.

L’EXCLUSION NE DOIT PAS ÊTRE AUSSI CELLE de la DÉMOCRATIE

L’action sociale ne sera pas un sujet, ce sera le sujet et ce sera une première. L’exclusion sociale ne sera plus aussi l’exclusion de la démocratie. Il faut cesser de se méfier de la pauvreté et des pauvres et au contraire se donner pour objectif de permettre à chacun de jouer un rôle dans la société.

GRENOBLE NE POURRA PAS RETROUVER SON ATTRACTIVITÉ

Grenoble ne peut pas retrouver son attractivité, sa force, ses emplois, faire reculer la violence, rétablir la sécurité et la propreté, renouer avec son avenir, si elle se construit avec une seule part de la ville.”

L’ADN de GRENOBLE : PIONNIER de L’ACTION SOCIALE

Concluant : “Grenoble va rappeler aux autres grandes villes de France et d’Europe quelle est son ADN en matière de solidarité, d’innovation, de démocratie : celle d’un pionnier”

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *