Patrick BESSON (Le Point) : “2020 : L’ANNÉE CARIGNON”

L’écrivain Patrick Besson consacre sa première chronique du “Point” de l’année à … Alain Carignon. Sous le titre “2020, l’année Carignon”, l’époustouflant chroniqueur, dans son style inimitable qui mélange les anecdotes personnelles, littéraires aux considérations générales, déclare sa flamme à Grenoble et Alain Carignon.

“PARMI MES ÉCRIVAINS PRÉFÉRÉS…”

Il rappelle notamment avec son humour corrosif “parmi mes écrivains préférés , nombre d’ancien détenus : Villon, Dostoïevski, Balzac, Nerva,, Genet, Guitry, Sarrazin, Limonov et Frédéric Beigbeder (une nuit en garde à vue le 28 janvier 2008 qui lui valut le Renaudot l’année suivante)”.

“IL N’Y AVAIT PAS D’ENRICHISSEMENT PERSONNEL”

A 70 ans, âge qu’il révèle volontiers comme tous les gens qui ne font pas le leur, l’ancien Ministre d’Edouard Balladur et de Jacques Chirac se relance à l’occasion des prochaines municipales en politique. Il affiche une bonne forme de sportif : quand je le convie à dîner au Sourire de Saïgon, rue du Mont-Cenis (dans le 18 eme à Paris) il vient de Passy à pied. Il a, comme on dit, payé sa dette à la société. Mais il n’a rien remboursé car il n’y avait pas, dans l’affaire de la Lyonnaise des Eaux, d’enrichissement personnel”.

“NOUS SOMMES DEUX AMOUREUX DE GRENOBLE”

Nous sommes deux amoureux de Grenoble, Carignon et moi (…) Alain Carignon a été un surdoué de la politique de droite : maire de Grenoble à 34 ans. Que faisions-nous à 34 ans ? Il avait rejoint ce groupe de rénovateurs du RPR (Léotard, Noir, Millon, Barzach et quelques autres) dont Chirac ne ferait qu’une bouchée de tête de veau.

Alain CARIGNON EST UN HOMME LIBRE

Il m’a envoyé son fascicule de campagne intitulé : ” Alain Carignon est un homme libre”. Façon, teintée d’ironie, de rappeler qu’il était en prison (vingt-trois mois entre juillet 96 et mai 98) et qu’il n’y est plus. Depuis 21 ans. L’ancien ministre utilise son incarcération comme un argument de campagne : “dans une ville minée par la délinquance et un climat mafieux, avoir traversé tous les mondes permet de mieux les appréhender”. Les deux choses dont je n’ai jamais pu lire plus de cinq lignes : un contrat d’édition et un programme électoral.

” QUI A RESSUSCITÉ, CE QUI DEVRAIT INSPIRER CONFIANCE”

C’est donc les yeux fermés que j’appelle les Grenobloises et les Grenoblois à voter pour mon ami de l’Isère, qui a été tué et qui a ressuscité, ce qui devrait inspirer confiance “.

Une chronique nationale d’un écrivain de talent qui met Grenoble à l’honneur en ce début d’année. Comme un signe qu’il se passe quelque chose de fort dans la capitale des Alpes.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *