CENTRE VILLE : A.CARIGNON CONTRAINT E.PIOLLE à RÉPONDRE

En vertu de l’article 25 du règlement intérieur, je vous adresse la question orale suivante afin que vous apportiez la réponse à l’ouverture du Conseil Municipal”. Alain Carignon a rendu publique la question posée à Eric Piolle puisque le règlement impose de l’adresser au Maire … 5 jours avant de pouvoir la poser ! Pas de risque de surprise pour Lui.

A.CARIGNON : “3 PROPOSITIONS URGENTES POUR AMÉLIORER”

Alain Carignon explique que “deux importantes Unions de Quartiers, du centre-ville et Championnet, riveraines des aménagements réalisés pour les autoroutes à vélo, fortement  représentatives des habitants vous ont adressé un dossier avec trois propositions urgentes à mettre en œuvre avant la fin de votre mandat.”

DES CENTAINES D’EMPLOIS PERDUS

Elles rappellent qu’une concertation aurait permis d’éviter bien des problèmes. L’absence d’étude d’impact préalable n’a pas permis de mesurer les conséquences catastrophiques du plan de circulation sur l’emploi avec des centaines de postes supprimés dans le commerce, sur les commerces eux-mêmes mis en grande difficultés pour la plupart et sur la pollution puisque des milliers de Grenoblois, selon ATMO, supportent une pollution supérieure à celle qu’ils supportaient avant votre plan.

DANS LE TEMPS PERMIS PAR LA FIN du MANDAT

Ma question concerne les 3 mesures préconisées par les deux Unions de quartiers pour améliorer la situation à défaut de la changer” par des actions peu onéreuses et dans le temps permis par la fin de votre mandat.

RAPIDEMENT AMÉLIORER LES CHOSES”

En effet ces deux Unions de Quartier ont expliqué dans un document adressé à E.Piolle « nous tournons nous vers le futur immédiat en venant vers vous avec un ensemble de demandes de rectificatifs, tous très facilement réalisables dans le temps de la fin du mandat. Cette post-concertation, qui prend en compte l’expertise d’usage des Unions de Quartier, a pour but de rapidement améliorer les choses, à défaut de les changer «  écrivent les deux importantes Unions de Quartiers du Centre Ville et Championnet.

LA CONCERTATION AURAIT ÉVITÉ BIEN DES PROBLÉMES

Dans cette lettre commune du 4 décembre elles regrettent encore que la concertation préalable « n’ait pas eu lieu. Elle aurait évité bien des problèmes ».

Pour corriger le plan dans le temps encore imparti, elles font trois propositions qui se limitent  « à des améliorations qui ne coûtent rien et sont faciles à réaliser dans le temps que permet la fin du mandat »

OUVRIR LA VOIE DE BUS à LA CIRCULATION AUTOMOBILE

D’abord première proposition d’amélioration : « Ouvrir la voie de bus du boulevard Agutte Sembat – Lyautey – Rey à la circulation automobile dans le sens sud vers nord (de Chavant aux quais de l’Isère), en s’inspirant de ce qui se fait à Nantes sur le cours des 50 Otages « 

UN MARQUAGE AU SOL POUR LES CYCLISTES

Ensuite deuxième proposition d’amélioration : «Régulièrement ajouter un marquage très visible au sol, qui appelle les cyclistes à modérer leur allure et leur rappelle qu’au centre-ville les piétons sont prioritaires. Cela a été fait à Nantes sur le cours des 50 otages « 

RABOTER LES BORDURES des AUTOROUTES à VÉLOS

La troisième concerne la totale incohérence des bordures des autoroutes à vélos : « raboter à 5 à 7 cm de hauteur, sur le modèle des nouvelles bordures des grands axes parisiens. « 

RÉDUIRE LES RISQUES de CHUTES POUR LES CYCLISTES

En effet les Unions de quartiers ont constaté qu’à Paris «  elles sont discontinues et leur hauteur fait 5 à 7 cm, ce qui les rend compatibles avec la perméabilité piétonne. Un autre avantage est que la pédale de vélo ne s’y cogne pas, même en position basse, ce qui réduit les risques de chutes pour les cyclistes. ».

Y.MONGABURU (Verts/Ades) : UN MOULIN VIDE à PAROLES

Elles décrivent la situation ubuesque de Grenoble créée par l’incompétence de Yann Mongaburu (Verts/Ades)  qui est une sorte de Christophe Ferrari-du pauvre : un moulin encore plus vide à paroles.

RÉPONSES : DU GRAND N’IMPORTE QUOI

« Nous avions demandé, dans un courrier à M. Mongaburu, que la bordure sur le cours Berriat soit comme celle de la rue Amiral Courbet, dans le quartier de la gare. La réponse, négative, nous est parvenue après avoir été mis devant le fait accompli. La bordure basse de la gare aurait pour cause le « profil en courbe de la voirie », afin que les automobiles puissent la chevaucher.

BORDURE BASSE SUR LES VOIES ROUTIÈRES ….

« Nous ne comprenons pas la réponse, cette même bordure basse ayant été installée à l’Estacade sur la rue Joseph Rey qui est rectiligne. (!)

… ET BORDURES HAUTES DANS LE CENTRE PIÉTON !

« Pas plus que nous ne saisissons pourquoi il faudrait des bordures hautes de 15 cm sur les cours Lafontaine et Berriat, quand celle de la rue Général Mangin en fait 10. C’est pourtant une voie routière urbaine, pas une rue de centre-ville. Non seulement les piétons y sont absents mais c’est une longue ligne droite parallèle au chemin de fer, où sur 1,6 km les automobiles roulent bien plus vite que sur les cours Lafontaine et Berriat. « 

DES INCOHÉRENCES QUI DÉMONTRENT L’INCOMPÉTENCE

Et de conclure : «  comment comprendre qu’au cœur de Grenoble les bordures soient : 4 fois plus hautes qu’à la gare et à l’Estacade ?1,5 fois plus hautes que sur la longue voie routière de Général Mangin ? plus de 2 fois plus hautes que les récentes réalisations sur les grands axes parisiens ? « 

LES VILLES AU VÉLO FORT : DES AUTOROUTES EN CEINTURE

Les Unions de Quartiers rappellent cruellement la bêtise crasse des autoroutes à vélos dans le centre ville qui résultent d’un dogmatisme à toute épreuve en citant les villes qui ont obtenu une part modale du vélo supérieure à Grenoble : « le cadre volontairement limité de cette post-concertation ne permet pas non plus de s’inspirer du fait que Strasbourg et Bordeaux, nos deux villes régionales internationalement reconnues par le classement de Copenhague (https://copenhagenizeindex.eu/), ont des autoroutes à vélos en couronne autour du centre-ville.

….et des records de hauteur cours Berriat et cours Lafontaine dans l’hyper centre avec des bordures cyclables de 15 cm infranchissables pour les personnes à moblité réduite, les poussettes, dangereuses pour les cyclistes : l’incompétence crasse de Yann Mongaburu (Verts/Ades)

LE TEMPS DE FIN DU MANDAT NE PERMET PAS de FAIRE MIEUX

C’est contraire au choix de votre municipalité, concept local que nous ne remettons pas ici en cause, le temps de la fin du mandat ne le permettant pas.« 

A.CARIGNON DÉMONTRE QU’ON PEUT ENCORE AGIR POUR GRENOBLE

En réclamant ces mesures d’urgence les Unions de Quartiers font leur travail. Eric Piolle devra répondre parce qu’il suffit d’un Conseiller Municipal qui prenne son rôle au sérieux pour que la municipalité soit placée devant ses responsabilités. En les portant au Conseil Municipal Alain Carignon démontre qu’il ne souhaite pas attendre le mois de mars pour améliorer la vie des grenoblois.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *