ANTICOR, AVRILLIER, PIOLLE : LES MASQUES TOMBENT

Anticor, le groupuscule très fermé qui fait semblant de lutter contre la corruption avait même organisé une manifestation place Victor Hugo pour clouer François Fillon au pilori alors que la justice le poursuivait en pleine présidentielle.

UN BRUIT DE CASSEROLE TRÉS SÉLECTIF

Le factotum local d’Anticor, Thierry Labelle est une couverture de Raymond Avrillier (Verts/Ades). Il fait un bruit de casserole très sélectif. L’association avait même porté plainte à grand fracas pour dénoncer un scandale : il avait découvert des enveloppes timbrées à l’Assemblée Nationale par Christian Estrosi pour soutenir Nicolas Sarkozy !

UNE DEMI PAGE DU “DAUPHINÉ” POUR LA CHARTE ANTICOR

Le 22 janvier 2014 -deux mois avant le premier tour- Anticor avait organisé une mise en scène avec Eric Piolle, laquelle avait donné lieu à une demi page du « Dauphiné «  signée de Philippe Gonnet : le candidat approuvait la charte qui le contraignait à faire représenter l’opposition dans tous les grands organismes et à lui confier la commission des finances. 

ANTICOR : UN MAIRE EN EXAMEN NE PEUT PAS SE REPRÉSENTER


Il ne respecta aucun de ces engagements et il ne se passa rien. Ça n’a jamais interrogé aucun média qui reprend pour argent comptant la fable des « détecteur de failles » avec la bande Avrillier. La charte Anticor stipule aussi qu’un Maire mis en examen ne peut pas se représenter.

ANTICOR A REGARDÉ AILLEURS PENDANT 6 ANS

Pendant tout le mandat de Piolle Anticor a donc regardé ailleurs avec insistance. Quand le dossier de Yann Mongaburu  (Verts/Ades) soupçonné de trafic d’influence a été très vite classé sans suite par le Procureur, le groupuscule n’a pas du tout déposé plainte pour le faire resurgir comme dans le cas de JM Ferrand le Président de l’Assemblée Nationale. 

LE GAM A PORTÉ PLAINTE DES 2015

Dès 2015, seul le Groupe d’Analyse Métropolitain (GAM) avait soulevé les marchés sans appel d’offres et l’acquisition du siège du Crédit Agricole sans que cela n’interrompe la sieste d’Anticor. Ni d’ailleurs celle de l’opposition “officielle”.

ANTICOR A PRÉFÉRÉ SE DISQUALIFIER PUBLIQUEMENT

Mais lorsque le jugement de la Chambre Régionale des Comptes est intervenu le silence a été assourdissant. Rien n’y a fait. 

Anticor a préféré se disqualifier publiquement en marquant clairement qu’il n’était ni pour la transparence, ni pour la défense du public mais seulement là pour accuser ses adversaires, utiliser ce concept sur le terrain électoral. Une escroquerie en bande organisée.

B.RICHARD-FINOT : “E.PIOLLE DISQUALIFIE POUR NE PAS RÉPONDRE”

Il s’agit toujours des mêmes méthodes gauchistes de diversification des étiquettes afin de disqualifier l’adversaire sous des angles différents. Au dernier Conseil Municipal du 4 novembre, c’est Bernadette Richard-Finot, une colistière d’Eric Piolle qui le connait bien “n’a pas mâché ses mots“selon le DL (5/11/19), évoquant un maire et sa majorité « colporteurs de fake-news, des spécialistes… » affirmant qu’Éric Piolle utilisait une technique qui consiste à “disqualifier son interlocuteur pour éviter de répondre aux questions qui dérangent”.

E.VAILLANT PROCUREUR NE SE PRÉCIPITE PAS !

Il y a unanimité sur ce point. Ces techniques ont été érigées en système organisé, avec ses filiales et Anticor est de celle-là.

Eric Vaillant, le Procureur de la République ne se précipite déjà pas sur ce dossier pourtant élaboré par des juges financiers. Il ne risque pas d’être aiguillonné par Anticor !

LES PREMIÉRES PERQUISITIONS APRÉS 18 MOIS….

4 ans après les premières plaintes du GAM, un an et demi après le jugement de la Chambre Régionale des Comptes (CRC) transmis au parquet , les premières perquisitions se sont déroulées ces derniers jours à l’hôtel de ville et à l’association “Fusée”. Rien n’a encore bougé pour l’acquisition déclarée “illégale” par la CRC du siège d’une banque! C’est dire.

Me Bernard BOULLOUD : UNE MÈCHE ALLUMÉE au BOUT EXPLOSIF

L’éco-systéme local se protège par des ramifications que nous ignorons, il fait l’édredon. Mais la plainte avec constitution de partie civile déposée avec maestria par Me Bernard Boulloud, un ténor du barreau grenoblois, est une mèche allumée au bout explosif.

ON A CONNU JUSTICE GRENOBLOISE PLUS EXPÉDITIVE

Le Procureur Eric Vaillant a déclaré publiquement “étudier sa recevabilité” ce qui parait déjà juridiquement étrange. Mais il prend visiblement le temps de le faire dans un dossier dont tous les éléments figurent dans le jugement de la Chambre des Comptes. On a connu justice grenobloise plus expéditive avec bien moins d’éléments.

PIOLLE A LA PRÉSIDENTIELLE POUR SE PROTÉGER ?

Qu’on ne vienne pas évoquer l’interférence avec l’élection municipale. Cet argument n’a d’ailleurs pas été utilisé pour protéger Fillon. Et puis, s’agissant de Piolle, “le Point” (1/11/19) ayant annoncé qu’il voulait briguer l’investiture des Verts pour la présidentielle à la place de Yannick Jadot, cela voudrait dire qu’il est impossible de le poursuivre jusqu’en 2022?

E.PIOLLE DIVISE SON PROPRE CAMP

Cette fuite en avant par des montées d’enchères qui divisent son propre camp ne peut pas masquer la douloureuse réalité qui s’annonce. La maitrise des faux contre pouvoir mis en place -comme Anticor- révèle plus qu’elle ne le cache, le caractère tordu et insincère de la majorité municipale.

LE TEMPS des AFFAIRES

Avec le temps des affaires c’est tout ce savant échafaudage, construit avec des médias très bienveillants, qui s’effondre sous les yeux des grenoblois. Beaucoup devraient demeurer sous les décombres.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *