ATTRACTIVITÉ : E.PIOLLE NE VEUT RIEN ENTENDRE

Un niet catégorique. E.Piolle veut bien faire semblant de draguer l’électeur pendant 4 mois encore, celui qu’il n’a pas voulu voir pendant 6 ans, mais il y a un point sur lequel il ne transige pas : l’attractivité du territoire.

“LE CULTE DE L’ATTRACTIVITÉ TORD LES PRIORITÉS”

Dans son livre, comme en répondant à Eve Moulinier dans le DL, il confirme : “Le culte de l’attractivité tord les priorités de l’action publique“. Pour Eric Piolle, donc, une ville sure, propre, modèle écologique… “tord les priorités de l’action publique”.

L’IDÉE D’ATTRACTIVITÉ LUI TAPE SUR LES NERFS

En fait c’est l’idée même qui lui tape sur les nerfs. Elle ne pénètre pas son entendement. Mais sa position est surtout révélatrice de sa conception punitive et régressive de l’écologie. Eric Piolle n’imagine pas qu’une ville exemplaire en matière de transition écologique puisse être fortement attractive.

L’ECOLOGIE PUNITIVE ET REGRESSIVE

Il n’imagine pas que des mobilités à la fois écologiques, rapides et sures permettant d’entrer à nouveau dans l’agglomération auraient des effets bénéfiques à la fois sur la lutte contre le réchauffement climatique et sur l’emploi par le développement économique. C’est hors de sa portée.

ANNÉES 80 DESSERTE de L’AGGLO, ANNÉES 2020 le GRAND GRENOBLE

En effet dans les années 80 le tramway répondait à cette ardente obligation permettant d’irriguer l’agglomération. Dans les années 2020 le Grand Grenoble, de Voiron à Crolles, doit être desservi. Eric Piolle, comme un enfant gâté, semble arrimé au seul vélo. Qui n’est pourtant pas la panacée pour tout le monde sur ces distances-là…

UNE IMAGE DE MODERNITÉ

Une ville qui innoverait dans ce domaine résoudrait un problème quotidien pour des milliers d’usagers, de travailleurs et en même temps donnerait d’elle une image de modernité qui la rendrait -le vilain mot – “attractive”.

E.PIOLLE : “OPPOSER LES TERRITOIRES ENTRE EUX”

Mais Eric Piolle condamne aussi l’attractivité parce que ce serait “opposer les territoires entre eux” . Comme si pêcher une ville qui aurait réussi la baisse de la pollution sans avoir sacrifié des centaines d’emplois dans le commerce et les services, se montrer en avance sur d’autres villes dans les mesures de lutte contre le réchauffement climatique serait “opposer les territoires entre eux” comme le prétend Piolle ? Que Nenni bien entendu.

PIOLLE A AUGMENTÉ LA POLLUTION ET TUÉ DES EMPLOIS

Pour Lui, qui aura réussi à la fois à augmenter la pollution pour des milliers de Grenoblois et en même temps à sacrifier des centaines d’emplois du fait de son plan de circulation, on comprend qu’il vaut mieux continuer la logorrhée verbale et l’incantation dans les généralités, fuir toute comparaison.

E.PIOLLE NE SE COMPARE PAS

Car la comparaison est un horreur pour Lui. Lui, d’ailleurs, ne se compare pas. Nous n’aurions rien à apprendre de Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Nantes … qui ont des impôts locaux inférieurs à Grenoble, pour certaines d’entre elles une part modale du vélo supérieur à Grenoble, dont la valeur des biens est en augmentation, du temps perdu dans les bouchons -donc de la pollution- également inférieur au notre ?

LES AUTRES MAIRES ONT DÉTRUIT LES TALENTS, LES EMPLOIS…

Leur “attractivité” supérieure à Grenoble, comme le prétend Eric Piolle “écrase les talents, détruit les emplois, ruine les services publics, met sous tension les biens communs”. Pauvres Maires. N’en jetez plus.

E.PIOLLE NOUS VEUT LE DESTIN DE CLERMONT-FERRAND

La fait de se rapprocher des destins de St Etienne, Amiens, Clermont-Ferrand est-il si bénéfique à ce “bien commun” et signifie-t-il “cultiver les valeurs de la coopération et de la paix économique”. Être de plus en plus pauvres est l’objectif pour tous ?

L’ABSENCE DE TOUT LIEN AVEC SES RÉSULTATS

La pauvreté intellectuelle de ces présupposés est ce qui frappe le plus à la lecture de ses propos. Leur absence de tout lien avec les résultats de la municipalité, avec le réel est toujours aussi saisissant. En quoi Eric Piolle a-t-il fait progresser pendant 6 ans “les valeurs de coopération” dans une ville qui explose ? Et “la paix économique” dans une ville ou le chômage est supérieur de 5 points à la moyenne départementale et qui compte 5 quartiers en dessous du seuil de pauvreté ?

SEUL, DROIT DANS LE MUR, PIOLLE EST DANS LE VRAI

Les Maires de Strasbourg, Nantes, Bordeaux, Lyon… et quelques autres qui veillent comme sur la prunelle de leurs yeux à “l’attractivité” de leur ville, cherchant à en faire en même temps un modèle de la transition écologique, seraient donc ces irresponsables, tandis que seul, droit dans le mur, Eric Piolle sait ou il va ?

E.PIOLLE A REFUSÉ UN ÉCHANGE LE 26 NOVEMBRE

Mais s’il était si certain d’avoir raison pourquoi donc Eric Piolle a t-il refusé l’idée d’un échange le 26 novembre prochain à l’occasion de la soirée du commerce, comme le lui proposaient les associations de commerçants représentées par Christian Hoffmann ?

IL A MENACÉ DE PRIVER LES ASSOCIATIONS DU MUSÉE

Il s’agissait de débattre avec l’ensemble des candidats sur la situation du commerce, “l’attractivité” justement et Eric Piolle avait-là l’occasion de faire prévaloir son idée. Mais au contraire il s’est braqué indiquant que si ce format de débat était retenu il refuserait le Musée de Peinture aux organisateurs, là ou se déroule traditionnellement la soirée. A cette réaction on mesure son degré de tolérance. Tous les moyens de la ville sont concentrés au service d’un clan qui en abuse avant les élections.

J.VEYLET (CCI) TOUJOURS ABSENT POUR DÉFENDRE L’ÉCONOMIE

Le Président de la Chambre de Commerce, Jean Vaylet, toujours absent quand il s’agit de défendre l’économie, a refusé à cette occasion de prendre le relais afin que le débat puisse se dérouler chez lui. La défaillance de la CCI ces dernières années aura coûté très cher à l’économie du territoire : elle a manqué à ses devoirs et permis toutes les dérives.

LA GRANDEUR DE SA POLITIQUE DÉPASSE LES VICTIMES

Ainsi les pauvres théories fumeuses d’Eric Piolle valent à être couchées sur le papier. Mais pas d’être énoncées devant ses concitoyens victimes des dommages collatéraux d’une politique dont la grandeur les dépasse. Il ne valent pas de la leur expliquer.

A.CARIGNON VA AU DEVANT des GRENOBLOIS

A sa différence, Alain Carignon ,avec son livret-vérité, va au devant des Grenoblois pour répondre à leur légitimes interrogations y compris sur les questions qui fâchent, son âge, sa condamnation et le reste. Jamais aussi clairement dans une campagne on aura mesuré aussi lucidement qui était l’enfumeur en chef, même enrobé de sa robe verte pour jouer la mode.

UN DOGMATISME GROSSIER, LOURDINGUE, BASIQUE

Les Grenoblois subissent son dogmatisme grossier, lourdingue, basique, sans saveur, sans valeur épique, ni aucune innovation d’aucune sorte, aucune étincelle, qui lui conféreraient un instant de grâce ou de style qui excusent tout.

IL FAUT SE REPLIER SUR SOI, BATTRE SA MONNAIE

Piolle est contre “l’attractivité” qui entre dans la catégorie des “méchantes” et il le demeure. Il faut se replier sur soi, battre sa monnaie, vivre en autarcie et n’accepter que le voisin qui nous ressemble ou plus pauvre que nous. Il s’agit d’enfermer dans la ghettoïsation et de vanter les mérites du partage de la pauvreté. Pour les autres.

UNE VIE AISÉE SANS RISQUES DU LENDEMAIN

Ce n’est pas en inventant, en se comparant, en créant que l’on fera face aux défis du réchauffement climatique. C’est en punissant ceux qui ne peuvent pas vivre autrement qu’avec les moyens dont ils disposent. Tandis que les nantis du moment, l’avant garde éclairée du peuple, peut s’épanouir dans le luxe de ceux qui n’ont plus besoin de voiture, dont les revenus sont mondialisés, qui savent user de tous les stratagèmes de la modernité pratique, pour mener une vie aisée, sans risque du lendemain. Et donner la leçon.

PROFONDÉMENT INDIFFÉRENT AU SORT DES AUTRES

Outre l’appauvrissement global qu’il implique, ce refus de l’attractivité d’Eric Piolle est aussi un réflexe de nanti, profondément indifférent au sort des autres. Il est un symbole fort de la cécité qui aura caractérisé sa municipalité pendant 6 ans. Les grenoblois sont éclairés : il place sa candidature pour 2020 sous le signe de “la continuation”. Qui en redemande ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *