JL MÉLENCHON “EXTRÊMISE” LA LISTE PIOLLE

JL Mélenchon avait deux façons de nuire à Eric Piolle : le soutenir ou lancer une liste dissidente. Il a choisi la manière la moins fatigante, la première. Elisa Martin ne se sentait d’ailleurs pas d’aller affronter les électeurs. Ni Alan Confesson le “révolutionnaire” qui a peur du peuple : il avait demandé à être déplacé au Conseil municipal afin de ne pas être trop proche du public protestataire….

IL RENFORCE LE CARACTÈRE IDÉOLOGIQUE ET SECTAIRE

C’est lui qui a été désigné chef de file pour mener la campagne et négocier avec Piolle. C’est dire.

L’annonce selon laquelle la France Insoumise reconduit sa participation à la liste Piolle “extrêmise” cette dernière. Elle “cornérise” Eric Piolle à l’extrême gauche et renforce encore son caractère idéologique et sectaire. Elle confirme aux Grenoblois qu’il n’y a aucune évolution à attendre de sa part, aucune prise en compte de la réalité de la ville. Les bonnes âmes qui voulaient lui donner une seconde chance savent à quoi s’en tenir : ce serait pire.

LA TÂCHE DES RALLIÉS ENCORE PLUS DIFFICILE

Le soutien de Mélenchon rend la tâche des ralliés encore plus difficile. Ils doivent digérer à la fois Jean–Luc Mélenchon et les menaces judiciaires qui pèsent sur Eric Piolle. Il faut avoir l’estomac solide ou bien se situer dans des dérives comparables à eux, type Céline Deslattes dont le seul objectif est de retrouver un mandat.

O.NOBLECOURT FOSSOYEUR DU PS ?

En réalité l’équation est rendue encore plus difficile pour Eric Piolle : il faudra beaucoup d’estomac à Olivier Noblecourt (PS) au second tour pour s’allier à la France Insoumise qui a pour objectif de se substituer au PS.

LA SOCIAL DÉMOCRATIE REMORQUE de L’EXTRÊME GAUCHE

“L’épouvantail” Carignon semblant une ficelle émoussée, il faudra assumer le fait de faire jouer à la vieille social-démocratie le rôle de remorque de l’extrême gauche. Le grand écart de Macron à Mélenchon va devenir de plus en plus blessant pour la musculature de Noblecourt.

DES ALLIANCES ÉLECTORALES NON RENTABLES

Ces alliances électorales contre nature et contre convictions ne sont pas automatiquement rentables non plus. Les électeurs des Insoumis et ceux du PS ne vont pas tous suivre, loin de là.

O.NOBLECOURT : UN FOND DE VOIX

Les jeunes Insoumis vont peut être se soumettre en apparence mais leur sentiment profond sur Piolle ne changera pas. Comme Génération.s qui lui a claqué la porte aussi. Du côté du PS les tactiques d’Olivier Noblecourt ont déjà fait beaucoup de dégâts. A chaque pas il se réduit et on se demande quel fond de voix il apportera au final à Piolle ?

L’ÉLECTORAT POPULAIRE LEUR A ÉCHAPPÉ

Les sortants sont éclatés, titubants, chassent les uns contre les autres, pour se piquer des parts de marchés d’un électorat qu’ils pensent captif à gauche.

Ne pressentant pas que toute la partie populaire leur a échappé car elle a bien compris le mépris dont elle a été l’objet pendant le mandat. Ce n’est pas la longue et soudaine présence d’Eric Piolle au Futsal de Villeneuve le week-end dernier qui change la donne. Ça ne trompe personne cette attention nouvelle.

L’ÉLECTORAT BOBO CHOQUÉ PAR LA PERTE de VALEUR des BIENS

Quant à l’électorat “bobo” choyé du vélo, il n’est pas dupe non plus : il est touché par la perte de la valeur des biens, par l’insécurité, la malpropreté, par l’absence de toute innovation sur les mobilités. Il n’est pas prêt a voir monter les voitures à la Bastille parce qu’Eric Piolle a laissé la place aux promoteurs. Ni à continuer à vivre dans une agglomération asphyxiée dans laquelle il ne peut pas pénétrer grâce à de nouveaux modes de transports collectifs.

PIOLLE DANS LA MINORITÉ DES VERTS ET AVEC MÉLENCHON

Lesté avec l’extrême gauche, Eric Piolle est handicapé par un poids lourd dont il ne peut plus se défaire. Il est estampillé pour ce qu’il est : dans la minorité des Verts contre Jadot, avec les Insoumis et leurs excès, ramené à ses propres limites programmatiques qui font l’impasse sur toutes les problématiques grenobloises. Pas de quoi pavoiser.

Cet attelage n’est en tout cas pas représentatif de ce que mérite une ville comme Grenoble en termes de projets et de respiration démocratique. La ville a besoin de l’air du large et de liberté.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *