LE LIVRE VÉRITÉ D’Alain CARIGNON

IL a à nouveau créé la surprise. Dans un livre interview Alain Carignon répond à toutes les questions qu’on se pose à son sujet. Et ne s’épargne rien. Un livre-vérité bien dans la ligne du personnage.

E.MOULINIER : “IL RÉPOND AVEC SES MOTS”

Il répond avec ses mots. Pas de porte-plume en effet pour celui qui profite donc de cette publication pour officialiser ce qu’on savait déjà : oui, il sera bien candidat aux municipales de 2020 avec son équipe “La société civile”. Oui, il veut retrouver le fauteuil de maire de Grenoble. Et oui, il se sent plus que légitime pour y prétendre” commente Eve Moulinier dans le Dauphiné (16/9/19).

“UN HOMME QUI SUIT SON CHEMIN”

Le journal qui publie des extraits du livre et sa définition de l’homme libre : “C’est quelqu’un qui ne se laisse ni emporter ni abattre. Un homme qui suit son chemin“.

Voici quelques extraits…

■ Le droit de se représenter malgré sa condamnation ?

« Par expérience, ceux qui parlent le plus de morale sont ceux qui en ont le moins. Tous ceux qui m’ont témoigné de leur sympathie étaient plutôt des hautes figures intellectuelles, religieuses, penseurs qui n’avaient rien à craindre à propos de leur morale personnelle. Souvent, ceux qui portent la morale en bandoulière en désignant un autre à l’opprobre ne sont pas regardants sur leurs propres pratiques ou bien le font pour des raisons politiciennes, avec un cynisme effrayant. Finalement on apprécie la vie à proportion qu’elle est féroce. J’ai payé mes fautes, j’en ai tiré les conséquences, et la leçon. Comme je ne lui ai rien volé, je n’ai été condamné à rien rembourser à la ville de Grenoble contrairement aux demandes de mes adversaires politiques. »

■ Les deux ans et sept mois passés en prison…

« Dans une même existence, un homme peut être bon et mauvais suivant les circonstances. Aujourd’hui, ces mois d’isolement sont inscrits en moi et participent à ma dynamique d’engagement. L’existence est constituée de couches d’argile successives qui finissent par se confondre et constituer une vie. J’ai appris le vrai courage, celui qui consiste à en avoir quand personne ne vous regarde, quand vous êtes seul et que vous avez peur, le courage c’est surmonter sa peur ».

■ Des comptes à régler ?

« Non pas du tout. Je suis un homme apaisé, sans rétroviseur sur les autres. Je n’ai pas la mémoire des vilenies. Je ne juge pas, sachant que tant de propos sont tenus par ignorance. Donc je ne hais pas. Ce n’est pas de la grandeur d’âme, c’est mon tempérament. De plus il serait trop facile de se conforter dans l’idée que la faute doit venir d’ailleurs que de soi. Avoir des comptes à régler c’est attendre une réparation de ceux qui nous ont éventuellement blessés. Je n’attends rien de la sorte. Je suis debout ».

■ Sur son épouse qui vit dans la campagne marocaine près de Marrakech, loin de Grenoble…

« Elle n’a jamais aimé la vie publique et ne supporte pas la violence de la politique. Cela l’affecte en profondeur. Quand j’étais maire ou ministre, elle travaillait mais vivait le plus souvent possible à Saint-Romans dans un village. Après m’avoir beaucoup soutenu pendant ma période difficile, elle a souhaité mettre encore plus de distance avec ce monde-là. Nous avons toujours vécu nos différences en totale complicité […] J’admire qu’elle conduise ses actions y compris généreuses et sa vie dans la discrétion, sans aucun besoin du regard des autres. C’est une supériorité par rapport à moi. Nous avons un long chemin ensemble et une très forte affection. J’aime cette citation de Christian Bobin : “Aimer c’est prendre soin de la solitude de l’autre sans jamais prétendre la combler, ni même la connaître”…».

SES PREMIÈRES ACTIONS, S’IL EST ÉLU MAIRE…

Le bureau du maire à la Villeneuve «Le lendemain de mon élection, j’installerai un tréteau et un téléphone dans un HLM vide de la galerie de l’Arlequin à Villeneuve dont je ferai mon bureau de maire. Ce sera la première étape de la requalification des quartiers par l’implantation des services municipaux afin de parvenir à un tiers de HLM, un tiers de copropriétaires et un tiers d’activités. »

Un plan de lutte contre la délinquance « Nous délibérerons immédiatement sur un plan d’action de lutte contre la délinquance qui comporte tous les volets (caméras, PC opérationnel 24 h sur 24, assermentation des salariés des quartiers, expulsion des dealers condamnés, critère de tranquillité publique dans l’attribution des logements…)

Ferme pédagogique à la Bastille «Nous lancerons avec la Métropole le programme afin que Grenoble devienne un modèle écologique européen envié avec le projet de colline de la biodiversité à la Bastille, la création d’une ferme pédagogique accessible à tous, en particulier les enfants et les écoles, d’un espace de la transition écologique sur le site… »

Davos de l’intelligence artificielle
« Je proposerai que Grenoble crée un “Davos de l’intelligence artificielle” sollicitant l’appui du président de la République et de l’Europe afin que nous devenions la capitale de la réflexion sur les enjeux éthiques, philosophiques, juridiques et économiques que le sujet soulève. L’image de Grenoble ville-pionnière sera très vite rétablie. »

LES GRENOBLOIS DEMANDENT LE LIVRE

Quelques unes des réponses d’Alain Carignon. Dès lundi des grenoblois se sont rendus au siège de l’alternance, 15 rue de la République pour se procurer l’ouvrage qui n’était pas encore arrivé.

LA DIFFÉRENCE ÉCRASANTE AVEC LE VIDE

Ce qui est frappant à la lecture du “Dauphiné” ? La différence écrasante de contenu entre Alain Carignon et ceux qui se manifestent en bénéficiant du même espace et n’ont strictement rien à dire et à apporter.

LE CHOIX ? E.PIOLLE ou Alain CARIGNON

Décidément le débat et le choix se situe bien entre Eric Piolle et Alain Carignon. La choix de la continuité d’une gestion irresponsable et dogmatique ou de la rupture pour “anticiper l’avenir”.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *