SUPPRESSION du PARC TARZE : E.PIOLLE JOUE LA MONTRE

Quand Maud Tavel l’Adjointe (Verts/PG) au Personnel conduit un dossier c’est mauvais signe. Or c’est elle qui a reçu l’Union de Quartier de la Presqu’ile (Jean Macé) en juillet afin de temporiser sur la bétonisation du parc Henri Tarze prévu par la municipalité.

Pensez donc un parc, des arbres en pleine ville ? vous n’y pensez pas, tout doit disparaitre.

ELLE A A LICENCIÉ LA SEULE FEMME DG de SEM

Sans état d’âme ni soucis d’image, Maud Tavel, Présidente de la SEM Innovia avait licencié la seule femme Directrice Générale de SEM -Valérie Dioré- pour caser Pierre Kermen (Verts/Ades) du clan Avrillier, ex-tête de liste des Verts en 2001. C’est dire sa délicatesse.

A L’HEURE DES ILOTS DE CHALEUR ON BÉTONNE

C’est encore la SEM Innovia qui voudrait continuer le bétonnage du quartier en rasant le parc au profit d’immeubles ! Tout simplement. Vous avez bien lu. A l’heure de la pollution de l’air, des ilots de chaleur la municipalité Piolle qui affirme Urbi et Orbi lutter contre,  fait tout le contraire.

D’ACCORD POUR CLASSER L’ANCIEN MUR !

Devant la levée de boucliers dans le quartier et au-delà la municipalité tergiverse. Elle veut gagner du temps jusqu’aux élections.

Selon l’Union de Quartier  Maud Tavel  la généreuse aurait donné son accord au « principe de classement de l’ancien mur » qui borde le parc. Ça n’engage à rien et n’empêche rien.

“PRÉSERVER LE MAXIMUM D’ARBRES …”

Et entendez bien elle « donne un accord de principe pour préserver au maximum les arbres existants » (!). Quel aveu. Voilà encore des rangées d’arbres prévus pour l’abattage, la manie municipale, mais certains pourraient être épargnés grâce à la mansuétude Piollesque. On croit rêver.

DEUX NOUVELLES OPTIONS

Enfin Maud Tavel consent a revoir le projet en « en étudiant 2 nouvelles options :

            « 1 – un “parc habité” (réduction du nombre de logement par rapport au projet initial)

            « 2 – ne pas construire dans ce parc…. et revoir en conséquence l’aménagement du quartier. »

TENIR JUSQU’AUX ÉLECTIONS POUR BÉTONNER APRÉS

Il faut 3 mois pour élaborer ces « deux scénarios » (!) si simples Une réunion sera organisée dans le quartier fin octobre début novembre. La «réflexion » se poursuivra.  Il s’agit d’aborder le rivage du mois de mars avec cette épine enlevée de façon à faire ce qu’elle veut après mars en cas de réélection.

LA DÉPOLLUTION N’EST PAS PROGRAMMÉE

En attendant d’ailleurs elle ne programme pas du tout la dépollution du site. Pourquoi accomplir son devoir en matière d’environnement en effet ?

LE GROS MENSONGE DE LA CO-CONSTRUCTION

Si la municipalité avait appliqué son engagement N°1 pris devant les grenoblois elle n’en serait pas la : « associer les habitants pour co-construire les projets dès leur élaboration c’est donner du pouvoir d’agir avant la décision en lieu et place d’un petit pouvoir d’amendement de projets déjà ficelés ».

A.CARIGNON et la SOCIÉTÉ CIVILE SAUVERONT LE PARC

Oui, Eric Piolle écrivait cela en tête de ses promesses, la main sur le cœur. Faut il rire ou pleurer ?

Le choix des habitants du quartier est clair : seul Alain Carignon avec le collectif de la société civile garantit la préservation du parc Henri Tarze. Le projet du collectif est clair : moratoire sur le bétonage de la ville, recherche systématique d’espaces libres pour créer des parcs et jardins afin de lutter contre les îlots de chaleur et réduire le retard de Grenoble, devenue dernière des grandes villes pour le nombre de M2 par habitant.

FAIRE RESPIRER DE L’AIR PUR AUX GRENOBLOIS

Le quartier de la Presqu’ile sera le premier bénéficiaire de ce projet d’avenir pour faire à nouveau respirer de l’air pur aux grenoblois.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *