A.CARIGNON sur FBI : “JE SERAI LE PREMIER MAIRE ÉCO-RESPONSABLE”

Invité en direct de France Bleu Isère vendredi matin, Alain Carignon a encore créé la surprise : je serai le premier maire éco-responsable de Grenoble” a t-il répondu à Nicolas Crozel qui l’interrogeait.

“UNE VILLE QUI RÉDUISE LA POLLUTION”

Le leader du collectif “société civile pour l’alternance” martèle sa volonté de “recréer une ville où il fait bon vivre, une ville qui réduise la pollution qui retrouve de l’attractivité et qui redonne envie de venir vivre à Grenoble.” Il a de nouveau évoqué son souhait de transformer les pentes de la Bastille en parc de la biodiversité, parlé des moyens de transports, de l’accès à Grenoble, de sa volonté de créer un monorail à propulsion solaire entre Voreppe et Crolles pour pallier les interminables embouteillages aux abords de la ville.

LE TRAMWAY , C’ÉTAIT FANTAISISTE ?

Un mode de transport moderne et écologique afin que Grenoble redevienne pionnier et enviée.

Interrogé de savoir si ce projet n’était pas “fantaisiste“, l’ancien maire de Grenoble dans les années 80 rappelle son action passée : “Est-ce que c’était fantaisiste de créer le tramway en 1983 ? Non ! On l’a fait et aujourd’hui pourtant c’est le tramway qui est ringard, il faut faire un saut qualitatif et quantitatif pour permettre à nouveau d’entrer dans la ville.”

UNE VILLE ÉCOLOGIQUE DÉBARRASSÉE DU DOGMATISME VERTS

Alain Carignon promet une ville écologique mais débarrassée du “dogmatisme des Verts” pour en faire le “Davos de l’intelligence artificielle“. Quant à ses adversaires à droite qui tentent de monter une liste contre lui, il les traite avec mépris citant le Général de Gaulle : “Tout ce qui grouille, grenouille et scribouille n’a pas d’importanceIl y a ceux qui veulent se faire élire sur les problèmes, et ceux qui veulent se faire élire pour résoudre les problèmes, moi je n’appartiens pas à la première catégorie.”

“La faiblesse d’Emilie Chalas ? imposée par un appareil parisien”

Concernant la Députée Emilie Chalas (LREM) selon lui elle “a la faiblesse d’avoir été désignée, imposée par un appareil parisien, alors que le temps n’est plus aux partis, aux étiquettes.”  On le sait la base du mouvement récuse sa candidature et les grenoblois veulent un Maire libre, pas imposé par Paris.

En réponse à Nicolas Crozel , Alain Carignon a encore précisé qu’à titre personnel il n’avait “pas de rancœur, pas de revanche à prendre, juste l’envie de porter et de partager un projet avec et pour les grenoblois.”

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *