E.PIOLLE EXPULSE UNE EMPLOYÉE COMMUNALE

Madame S… employée communale a reçu un exploit d’huissier lui annonçant un référé expulsion de son logement engagé par… Eric Piolle ! Le promoteur de l’arrêté anti-expulsion sans relogement préalable ne s’applique pas la règle à lui-même.

FO : “LA MISE à LA RUE D’UNE AGENTE de la COLLECTIVITÉ”

Le syndicat FO de la ville est immédiatement monté au créneau en décidant de combattre “cette injustice de traitement et cette mise à la rue d’une agente de la collectivité” regrettant “qu’une nouvelle publicité vienne ternir l’image de la ville”.

ELLE PAIE SON LOYER et BÉNÉFICIE d’UN ARRÊTÉ D’OCCUPATION

Evidemment madame S… qui paie son loyer bénéficie d’un arrêté d’occupation précaire signé Maud Tavel (Verts/PG) comme logement de fonction en sa qualité d’Adjoint technique. Mais ayant changé de poste Eric Piolle juge qu’elle n’a plus droit à ce logement et voudrait l’expulser alors qu’elle est en arrêt maladie.

ACCUEILLIR DES MIGRANTS DE L’EST

Or l’arrêté d’occupation prévoyait simplement qu’au cas de changement de poste elle devrait régler le loyer au tarif commun. Mais cet immeuble de la rue Léo Lagrange, ancien logements d’instituteurs, est démembré pour accueillir des migrants de l’Est en particulier.

DÉJA DES FAMILLES MACÉDONIENNES DANS L’IMMEUBLE

Au rez-de-chaussée et au premier étage des familles Macédoniennes ont été logées depuis des années, totalement abandonnées à leur sort par Alain Denoyelle le Président (Verts/PG) du CCAS l’un des nombreux élus aux abonnés absents. Elles se livrent donc à différentes activités sans aucun contrôle ni accompagnement public.

EXPULSER POUR AVOIR DES SOLUTIONS D’HÉBERGEMENT

Dans l’exposé des motifs pour expulser Madame S … Eric Piolle ne s’en cache pas : récupérer son logement à “vocation à apporter des solutions d’hébergement supplémentaires aux actions d’insertion de familles en difficultés sociales”. Son maintien “empêche la ville de Grenoble et le CCAS de prendre possession des lieux”.

MAÎTRE X.. Huissier de Justice A EFFECTUÉ UNE ENQUÊTE de VOISINAGE

Après avoir envoyé Maitre X.. Huissier de Justice effectuer une enquête de voisinage et constater que Madame S… occupait bien les lieux, Eric Piolle a saisi le juge des référés d’une “demande d’expulsion de la ville de Grenoble”. Le tribunal doit se prononcer la semaine prochaine.

LES CAMPS DE ROMS à RELOGER SE SUCCÈDENT

Par cette politique de concentration dans les quartiers ou d’immeuble comme celui de la rue Léo Lagrange, Eric Piolle est en train de ghettoïser tout Grenoble.

Les camps de Roms à reloger succèdent au camps de Roms. Mais comme rien n’est fait pour l’insertion, l’existence des autres locataires devient infernale.

DES GUERRES ETHNIQUES à VILLENEUVE et AU VO

Des guerres ethniques se dessinent maintenant comme on le constate ces derniers jours : Olivier Mambakasa Luyindula poignardé selon le Président de l’Association des Congolais au cri de “sale noir” le 17 août au Village Olympique, décédé le 23 aurait été vengé le 25 août par une expédition punitive de la communauté noire à Villeneuve contre la communauté maghrebine. . Un affrontement d’une cinquantaine de personnes selon des témoins cités par le DL (26/8/19). L’incendie d’une épicerie Africaine au 103 galerie de l’Arlequin, sur la place du Marché, leur serait lié.

Rue RAOUL BLANCHARD IL REFUSE LE JUGEMENT D’EXPULSION

Eric Piolle serait -il devenu fou? Pourquoi poursuit -il cette politique irresponsable ?

Rue Raoul Blanchard une grenobloise a entamé une grève de la faim parce qu’Eric Piolle Président d’Actis, refuse d’appliquer le jugement d’expulsion d’une famille qui gangrène tout un immeuble depuis des années, ne paie pas son loyer : cette grenobloise qui a acquis son logement avec un emprunt, travaille et ne peut pas l’occuper est, elle, à la rue.

UNE CENTAINE D’APPARTEMENTS HLM ACQUIS DANS LES IMMEUBLES PRIVÉS

Précisons qu’il est prévu l’acquisition d’une centaine d’appartements dans les immeubles privés afin de multiplier ces opérations de logement de ce type de population : la charge de leur insertion est mise sur les copropriétaires. D’où l’effondrement de la valeur des biens et la fuite généralisée.

LE GRAND TIMONIER N’A PLUS DE CERVELLE

Rue Léo Lagrange il veut expulser une employée communale en arrêt maladie qui paie son loyer pour loger des “ familles en difficultés sociales”.

Rue Raoul Blanchard Eric Piolle répond qu’il ne veut pas expulser son locataire car il a pris un arrêté l’interdisant sans relogement. Rue Léo Lagrange ce raisonnement a disparu.

IL CRÉE DES PANNEAUX à SA GLOIRE

Le Grand Timonier n’a plus de cervelle. La municipalité est comme un canard sans tête. Elle ne maîtrise plus rien. La seule chose qu’elle sait faire ? envahir la ville de panneaux à Sa Gloire aux frais du contribuable aussi.

SON CYNISME DEVRAIT LUI ÊTRE FATAL

Cette nouvelle affaire qui surgit en cette rentrée est symbolique de la dérive municipale et de ses excès. En s’attaquant à une employée municipale en situation de faiblesse, en désirant la jeter à la rue sans ménagement Eric Piolle démontre que tout est déréglé chez les Rouge/Verts.

Son cynisme sans humanité devrait lui être fatal

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *