COMMISSION de SÉCURITÉ : la MAIRIE DEVRAIT ÊTRE FERMÉE AU PUBLIC

« les Élus CHS-CT insistent sur le fait que la Sous-commission départementale de sécurité du 12 janvier 2017 a émis un avis défavorable à la poursuite du fonctionnement de l’Hôtel de Ville » rappellent dans un mail d’alerte le 18 juillet dernier ces élus du personnel de la ville de Grenoble.

“MANQUEMENTS GRAVES à la RÉGLEMENTATION INCENDIE”

Il saisissent l’occasion « des manquements graves aux fondamentaux de la réglementation incendie qui se sont produits en mairie, le lundi 8 juillet 2019, jour du Conseil Municipal » en précisant, photos à l’appui :

        « Coté accès hall d’honneur, devant les sorties de secours, des barrières métalliques ont été mises en place pour filtrer les entrées du Conseil Municipal.

“PORTES COUPE-FEU BLOQUÉES …”

« Ces barrières métalliques ont réduits les sorties de secours du hall d’honneur de 2 x 1.60m + 2.60m à une unité de passage 0.90m (voir photo 143414).

 « Des portes coupe-feu de la circulation horizontale commune du rez-de-chaussée (RC1) ont été bloquées avec des bastaings (voir photo 142723).

L’HÔTEL DE VILLE TRANSFORMÉ EN TORCHE

         « Toutes les portes des locaux syndicaux du sous-sol donnant accès à la circulation horizontale commune du rez-de-chaussée (RC1) ont été cadenassées à 15h20.

       « Les dispositions constructives ne permettent pas d’éviter le passage d’un feu d’un compartiment à un autre. Il est à noter le défaut de désenfumage des circulations et sas (Art R 122-9),

        « La limitation du potentiel calorifique, facteur prépondérant dans le développement d’un sinistre n’est pas respectée (Art R 122-9 et 11),

“MISE EN DANGER INCONSIDÉRÉE des OCCUPANTS”

         «  Les exercices d’évacuation (prépondérant dans ce bâtiment au vu du faible niveau de sécurité) ne sont pas réalisés annuellement et le temps d’évacuation (lors des exercices ayant eu lieu) est beaucoup trop important (respectivement 40 et 29 minutes), (Art R 122-17).

        « En effet, déroger aux règles élémentaires de la sécurité incendie, ne fait qu’accentuer le faible niveau de sécurité du bâtiment avec une mise en danger inconsidérée de ses occupants.

“LE MAIRE EST CHARGÉ de VEILLER AUX MESURES de PROTECTION…”

         « Par ailleurs, nous attirons votre attention sur la non mise à jour des plans d’évacuation du RC1 et RC2, ainsi que des équipes locales de sécurité de l’Hôtel de Ville.

          «  Les Élus CHS-CT rappellent, qu’en qualité d’autorité de police, le maire est chargé de veiller au respect des mesures de protections contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public et immeubles de grande hauteur implantés sur sa commune…. « 

QUELLE ENTREPRISE PRIVÉE DEMEURERAIT OUVERTE ?

A ce jour Eric Piolle n’a pas répondu non plus à ces élus FO de la ville. Quelle entreprise privée continuerait à demeurer ouverte alors que la commission de sécurité indique qu’elle ne peut plus fonctionner au vu des conditions de sécurité non respectées ?

E.PIOLLE PREND TOUS LES RISQUES et JOUE LA MONTRE

En réalité Eric Piolle prend tous les risques et joue la montre espérant tenir jusqu’en mars prochain pour refiler ce dossier explosif à ses successeurs. Qui sait combien de Millions d’€ sont nécessaires pour mettre l’hôtel de ville aux normes ?

LA CHAMBRE DES COMPTES DEMANDE UN PLAN D’URGENCE

La Chambre Régionale des Comptes dans son jugement de septembre dernier avait souligné cet aspect demandant un plan d’urgence pour l’hôtel de ville. Signalant l’abandon de tout le patrimoine municipal.

E.PIOLLE PROMET LES TRAVAUX de la TOUR PERRET EN 2020…

Plutôt que d’aborder le fond des problèmes Eric Piolle a préféré poursuivre dans la com’ en posant des palissades autour de la Tour Perret, annonçant des travaux pour … 2020 sans jamais présenter le plan de financement des 8 M€ nécessaires aux travaux. Faisant l’impasse sur l’hôtel de ville par un bruit médiatique. Las, ce dispositif s’effondre lui aussi. Les lambeaux et les tuiles auront été la marque de la municipalité.

LA SITUATION RÉELLE de la VILLE VA EXPLOSER à la SURFACE

Plus la campagne municipale va se dérouler plus la situation réelle de la ville va exploser à la surface. Moins Eric Piolle pourra se défausser. Les grenoblois vont exiger des réponses. Comment sortir de la crise une ville exsangue qui fait de la cavalerie, reporte des remboursements d’emprunts en les renchérissant, fait des versements de caisse du contribuable à caisse du contribuable, de la Métro à la ville, pour tenir la tête hors de l’eau jusqu’aux élections ?

LA SOCIÉTÉ CIVILE VEUT des RÉFORMES de STRUCTURES

Dès l’origine le collectif de la société civile pour l’alternance s’est prononcé pour des réformes de structure, le lancement d’un véritable Big Bang des services installés dans les quartiers, dégageant de nouvelles recettes grâce à l’intervention d’opérateurs privés.

A.CARIGNON “PAS D’ARGENT POUR LA MISE EN SÉCURITÉ”

Dans un communiqué publié hier Alain Carignon pose la question aussi : “L’hôtel de ville peut-il demeurer ouvert au public ? ” Ajoutant : “La municipalité Piolle poursuit sa cavalerie budgétaire et sa com’ plutôt que de traiter les fondamentaux de la ville. Ainsi elle pose des palissades autour de la Tour Perret et promet 8 M€ de travaux à partir de … 2020 sans présenter aucun plan de financement. 

Tandis qu’elle prend tous les risques avec l’hôtel de ville sachant qu’elle ne dispose pas des Millions d’€ nécessaires à sa mise aux normes de sécurité.”

PAS D’AUTRES SOLUTIONS POUR EN SORTIR

Grenoble n’a pas d’autres solutions pour en sortir que le projet de la société civile. A côté de lui, l’offre politique locale très politicienne n’est pas à la hauteur des enjeux. De plus en plus nombreux sont les grenoblois qui appréhendent cette analyse, laquelle fait appel à l’intelligence, à la citoyenneté , au collectif et se refuse à toute démagogie.

E.PIOLLE EST AU PIED DU MUR

La sonnette d’alarme des salariés de la ville de Grenoble inquiets pour la sécurité des usagers et des employés de l’hôtel de ville rend la continuation du statut quo impossible. Eric Piolle est au pied du mur juste avant les élections municipales. Ça tombe mal pour lui.

LE SILENCE de P.MÉRIAUX, (Verts/PG) INSPECTEUR du TRAVAIL

NB L’inspecteur du travail Pierre Mériaux (Verts/PG) élu de la ville proche d’Eric Piolle qui a été d’une vigilance absolue avec les entreprises, mettant en cause en permanence les chefs d’entreprise, allant jusqu’à manifester sous leurs fenêtres quand il estimait qu’ils n’étaient pas en conformité avec les règles d’hygiène et de sécurité couvre tous ces manquements comme à son habitude…  

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *