LREM : LE PARTI CHOISIT E.CHALAS

Avec la désignation d’Emilie Chalas, la Députée de la 3 ème circonscription, le parti du Président a choisi de se réduire aux acquêts. La candidature d’Olivier Six, un chef d’entreprise qui entendait représenter la société civile, soutenu par la majorité des militants, a été rejetée par la Commission Nationale d’investiture selon des informations concordantes. Il semble que les sondages n’étaient pas brillants pour les uns et les autres. Le débat se situant entre Carignon et Piolle.

C.PROST CANDIDATE VIRTUELLE : LA PARTITION DU FAUX

Cécile Prost de son côté était une candidate virtuelle même pas testée par la sondage IFOP diligenté par LREM. Il est étonnant qu’elle ait accepté de jouer cette partition du faux, cette comédie du faire semblant qui ne grandit pas la démocratie.

E.CHALAS à la CNI AVEC UNE AGENCE DE COM’

Même si, comme pour Paris, les jeux semblaient fait d’avance, Emilie Chalas avait préparé son audition avec une agence de com’. Elle s’est produit avec force appuis d’images et d’annonces de soutien à venir. Entre aujourd’hui et mars, si on en croit la candidate, tout ce qui compte à Grenoble va s’engager derrière son panache, y compris nombre de PS. Comme si c’était un atout après le bilan Destot !

POURQUOI EST-ELLE SI SEULE ?

Personne, semble t il, ne s’est interrogé de savoir pourquoi aucun de ces soutiens ne s’était manifesté dans la pré-campagne et pourquoi se grand courant derrière elle n’était jamais apparu, Emilie Chalas se trouvant largement esseulée dans chacune de ses maigres sorties.

O.VERAN ESPÉRAIT QUE LE PRÉSIDENT LE LUI DEMANDE

Après la comparution des candidats devant la Commission Nationale d’Investiture Olivier Véran (PS repenti) aurait été encore interrogé par les dirigeants sur sa possible candidature. En ne répondant ni “oui” ni “non” il espérait encore que le Président de la République le lui demanderait, occasion rêvée pour tenter d’obtenir -s’il se dévouait-un engagement sur l’entrée au gouvernement.

A CETTE HEURE E.CHALAS EST DÉSIGNÉE

Même si en ces matières fragiles tout peut bouger jusqu’au dernier instant puisque la désignation du candidat à Grenoble s’effectue loin de la ville, en tenant soigneusement les grenoblois à l’écart et que la décision d’un seul homme peut tout changer, il semble acquis à cette heure qu’Emilie Chalas sera désignée ce lundi 15 juillet.

LE PS INTERDIT D’ALLIANCE AVEC EN MARCHE

Notons au passage que les sondages réalisés semblent avoir disqualifié Olivier Noblecourt (PS moitié repenti) comme candidat LREM. Il pourrait se tourner vers le PS canal historique de plus en plus orphelin. En effet son Premier Secrétaire, Olivier Faure, a exclu une alliance avec “En Marche” aux municipales, impossible à concilier avec un positionnement d’opposant ! S’il ne se ressaisit pas le fonds de commerce PS va être disputé entre E.Piolle et E.Chalas. Tandis que nombre d’électeurs de gauche font savoir qu’aux municipales ils voteront pour le projet d’Alain Carignon.

E.CHALAS CONTESTÉE SUR SA CAPACITÉ DE RASSEMBLEMENT

Emilie Chalas n’en n’a pas fini pour autant de son chemin de croix. Durement contestée en interne ces derniers mois, elle doit faire face à la remise en cause par les Marcheurs et leurs proches de sa capacité à rassembler son propre camp. Elle a été une Députée absente de sa circonscription populaire qui couvre une moitié de Grenoble. Son apparition pour une nouvelle campagne électorale risque de ne pas être très favorablement appréciée.

O.VÉRAN FEU FOLLET, SANS AUTRE CAP QUE SON AMBITION

Même si elle aura droit à ses déclarations publiques, elle ne peut pas compter non plus sur le fantasque Olivier Véran, de plus en plus feu follet de la politique, imprévisible et sans cap autre que son ambition personnelle.

LA SOCIÉTÉ CIVILE EST INCARNÉE PAR LE COLLECTIF

Désormais la société civile est clairement incarnée par le collectif du même nom autour d’Alain Carignon. C’est elle qui fait les propositions les plus disruptives et susceptibles de mettre fin à la crise de Grenoble.

E.PIOLLE VEUT RECONSTITUER LA VIEILLE “UNION de la GAUCHE”

Eric Piolle comme un chien fou court après d’improbables alliances lâchant ses soutiens, pour reconstituer la vieille “Union de la Gauche” afin de se camoufler derrière un ancien Totem. Emilie Chalas entend plaquer un parti sur une ville, accrocher un drapeau LREM sur Grenoble, comme on accroche le trophée d’un scalp.

LE COLLECTIF de la SOCIÉTÉ CIVILE AU CENTRE des 2 TENTATIVES

La capitale des Alpes mérite d’autres ambitions. Avec son projet fédérateur, écologique , anticipateur, qui replace Grenoble dans le concert des Métropoles qui comptent , le collectif de la société civile avec Alain Carignon se situe au centre de ces deux tentatives qui symbolisent, chacune à sa manière, le souhait de prolonger le monde d’hier dont Grenoble ne veut plus.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *