SÉCURITÉ DANS LES TRANSPORTS: TOUT VA BIEN!

Le savez-vous? Selon Yann Mongaburu élu Rouge/Verts de la municipalité Piolle « 93 % des voyageurs déclarent se sentir en sécurité dans les bus et tramways du réseau Tag. Un chiffre qui « progresse à chaque enquête » (Place Gre’Net)

Mais oui. On se demande pourquoi … 7 % d’usagers obtus conservent encore un “sentiment” d’insécurité.

Y.MONGABURU NE VOIT RIEN ? N’ENTEND RIEN

Jamais Yann Mongaburu n’aura rencontré ces femmes qui ne prennent plus “certaines” lignes de tram ou à certaines heures. Ni ces parents qui refusent que leurs enfants empruntent les transports en communs ? Comme le Grand Timonier, son mentor, il ne voit rien et n’entend rien. D’ailleurs il se voyait déjà Président de la Métro à la place de Ferrari, avant que Piolle Lui-même ne vise le poste.

LES STATISTIQUES NE SONT PLUS PUBLIÉES !

Si cette sécurité dans les transports en communs “progresse à chaque enquête” mais pourquoi donc Yann Mongaburu a-t-il cassé le thermomètre qui mesurait la température ?

Pas cassé d’ailleurs, mais conservé pour lui seul.

MI-2015 : + 55% D’AUGMENTATION DE L’INSÉCURITÉ

Fin août 2015,  Le Dauphiné (28/8/15) rendait compte du rapport alors semestriel sur l’insécurité dans les transports. Du 1er janvier au 31 juillet  les transports collectifs de l’agglomération Grenobloise ont été victimes « de 157 atteintes au personnel Tag (dont 14 agressions de conducteurs, 14 agressions de contrôleurs et 105 altercations avec des con­ducteurs) de 239 atteintes aux biens de la Sémitag (dont 136 jets de pierre, 23 jets de canet­tes et 67 vols d’équipements ou acte de vandalisme), soit une augmentation de 55 % par rapport à la même période en 2014 ! »

4 à 600 000 €/AN de DÉGRADATION de MATÉRIEL

La seule dégradation du matériel coûtait de l’ordre de 400 à 600 000 €/an à la Semitag. La société avait subi 88 arrêts de travail consécutifs à des actes de délinquance pour ce 1er semestre 2015, contre 65 pour le 1er semestre 2014. Soit 5 000 et 7 000 jours d’arrêts de travail par an liés à cette insécurité, ce qui corres­pond à près de 35 postes à environ 50 000€/an le poste charges comprises.

PRÉS DE 12 % D’USAGERS REFUSAIENT de PAYER leur PLACE

Parallèlement le nombre de personnes qui refusaient de payer leur titre de transport augmentait fortement : plus d’un usager sur dix (11,6% exactement) montant dans un bus ou un tram refuse de payer. Il étaient «seulement » 8,7% en 2013. Combien en 2019 ?

Les transports en communs sont épargnés par l’insécurité..

PLUS AUCUN CHIFFRE N’EST RENDU PUBLIC

Depuis cette date l’opacité est totale et la gestion Mongaburu des déplacements étrillée par tout le monde. Plus aucun chiffre n’a été rendu public. Le bilan semestriel sur l’insécurité a été simplement supprimé. Comme au bon vieux temps de l’URSS. Pourquoi en effet puisque tout s’est amélioré par la grâce du Grand Timonier.

PREMIÉRE POUR L’INSÉCURITÉ, SAUF DANS LES TRANSPORTS

Ainsi Eric Piolle a fait de Grenoble la première ville de France pour les agressions violentes et les vols à la tire pour 1000 habitants mais les transports en communs totalement épargnés sont un sanctuaire de sécurité. Tous les grenoblois qui craignent la délinquance doivent s’y réfugier

Y.MONGABURU MULTIPLIE LES OPÉRATIONS de COM’

Ce qui permet de conduire des opérations de com’ bien couvertes par des médias irrigués par les budgets de pub de la Tag et du SMTC que Yann Mongaburu a démultipliés.

Ainsi du 15 mai au 20 juin la Semitag de Jean-Paul Trovéro le Maire (PCF) ” exemplaire “ de Fontaine (!) a mené une “campagne contre les incivilités”. A l’occasion le sirop de bonnes paroles a coulé et les Bisounours s’en sont donné à coeur joie.

UNE EXPÉRIENCE POSITIVE PLUTÔT QUE RÉPRIMANDER

Une communication “résolument positive”, une absence de toute sanction, un contrôleur qui “discute avec les usagers afin de les sensibiliser aux incivilités”. “Pour ne pas montrer du doigt les indélicats. Bien au contraire.” Ou encore : “Faire vivre une expérience positive aux contrevenants plutôt que réprimander

LES VOYOUS SONT des “INDÉLICATS”

On aimerait voir ce gentil contrôleur face aux bandes -ces “indélicats”- qui envahissent le tram ou un bus en refusant de payer, terrorisant les autres passagers ? Qui injurient des femmes seules, qui tabassent des lycéens à l’arrêt de tram pour voler le portable ?

“LES ALTERCATIONS VERBALES + 34 %”

Étrangement dans cette campagne qui fleure bon les anciennes “démocraties populaires” un seul chiffre est tout de même délivré au hasard de la com’ : “les altercations verbales progressent plus vite que les autres, avec une augmentation de 26 % en 2015 à 34 % en 2017″. Il est tout de même paradoxal,dans cette félicité générale qui inonde la cité du Grand Timonier, alors que tout est si apaisé partout à tous les niveaux, un seul item déconne ?

POURQUOI PAS D’AUTRES CHIFFRES ?

Pourquoi une telle augmentation des “altercations verbales” dans un Piolland de petites fleurs, musique douce, baisers échangés ? D’autant que l’augmentation de 34 % est citée sans donner la base! Pourquoi pas tous les autres chiffres ? Le gros malin Yann Mongaburu commet la faute qui le révèle à nouveau.

QUID DES RÉFRACTAIRES CHRONIQUES ?

Place Gre’Net demande tout de même “Quid des réfractaires chroniques, hostiles à toute forme de bienséance ?” cette infime minorité quasi inexistante à Grenoble.

« Là, on change de registre, c’est l’affaire de la police. C’est sûr que ce ne sont pas les ultra-agressifs qui sont ciblés par cette campagne », reconnaît Philippe Chervy le directeur général de la Sémitag.

L’OPACITÉ ORGANISÉE NE PEUT PAS CAMOUFLER

En effet. Mais il s’agit du “registre” auquel les usagers des transports en communs sont régulièrement confrontés. Celui que l’opacité organisée des Rouge/Verts ne pourra jamais camoufler.

Source : article Incivilités dans les transports publics : les bonnes manières, une “question de bon sens” pour la Sémitag | Place Gre’net– Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *