CONTRE LA FUSION IMPOSÉE par PIOLLE/BOILEAU (Verts/Ades)

Ce mercredi 29 mai à 17 h les grenoblois seront nombreux à manifester contre l’opération opaque et brutale qu’Eric Piolle Président (Verts/PG) d’Actis et Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble -Habitat veulent imposer. Syndicats, représentants des locataires, habitants se sont donnés rendez-vous vers 17 h devant le siège d’Actis rue de Constantine.

E.PIOLLE VEND DES LOGEMENTS à ST MARCELLIN

Fidèle à ses méthodes de passage en force, Eric Piolle, veut faire voter ce jour-là la fusion des deux organismes de HLM créant un mastodonte de 35 000 locataires et 16 000 logements ! Afin de justifier cette fusion Eric Piolle fait passer artificiellement Actis sous la barre des 12 000  -seuil à partir duquel il a obligation de fusionner- en vendant 500 HLM d’Actis dans la région de … St Marcellin. Se retrouvant ainsi avec 11 800 logements.

ILS CHOISISSENT LE MODÉLE SEM QU’ILS ONT TOUJOURS COMBATTU

De plus l’OPHLM de la ville supprimé à la veille de ses 100 ans rejoindrait un SEM, modèle que les Rouge/Verts ont combattu avec la dernière extrémité quand Alain Carignon le mettait en place pour GEG. Raymond Avrillier (Verts/Ades) multipliant les procédures pendant une trentaine d’années.

Beaucoup d’élus, d’anciens élus réclament « une étude sérieuse », craignent pour « la place des locataires dans la future SEM « et «  le statut des salariés ». La fusion ne résoudra évidemment rien des problèmes des habitants que les deux présidents n’ont jamais voulu traiter Au contraire.

Eric Piolle Président d’Actis a fait main basse sur le logement avec Christine Garnier une élue (Verts/Ades) historique du clan Avrillier

E.PIOLLE N’A AUCUNE RESPONSABILITÉ DANS LES DIFFICULTÉS

Dans le « Dauphiné « (4/5/19)   la langue de bois officielle de Christine Garnier élue grenobloise (Verts/Ades) déléguée comme Vice-Présidente au logement de la Métro argue des difficultés financières d’Actis qui sont toutes le fait de l’Etat. Aucunement d’Eric Piolle son Président (!)

C.GARNIER (Verts/Ades) : POUR AIDER LES NOUVEAUX ÉLUS de 2020…

S’agissant du calendrier et de la précipitation, la sollicitude de Christine Garnier est inhabituelle et touchante : « L’objectif c’est de lancer les choses avant les élections municipales pour ne pas perdre un an de prise en main des dossiers par les nouveaux élus. »  Car pour les Rouge/Verts grenoblois il faut un an pour prendre en mains un dossier. En fait Eric Piolle veut lier ses successeurs avec une fusion opérationnelle le 1 er janvier 2020. Au passage, implicitement, Christine Garnier acte l’alternance et de nouveaux élus. Il n’y a pas que de mauvaises nouvelles.

Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat aux côtés de son compagnon Vincent Comparat Président de l’Ades et de Raymond Avrillier, Adjoint au logement dés 1995 : ils ont fait main basse sur le dossier avec des résultats catastrophiques

G.TUSCHER et B.RICHARD-FINOT : « C’EST DRAMATIQUE »

Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot, élus dans la liste Piolle qui ont quitté la majorité après la trahison des engagements se sont émus que “Actis, le bailleur social historique grenoblois, ne fêtera pas ses 100 ans, et pour cause ! MM. Piolle et Ferrari lui feront une injection létale dans quelques mois. Quand des élus pratiquent la désinformation publique, c’est grave, quand ce sont ceux d’une majorité élue à gauche et sur la transparence politique, c’est dramatique. »

« UN HOLD UP SOCIAL »

Quand aux affirmations  de Christine Garnier  pour eux  « La plupart sont en contradiction flagrante d’une part avec un document d’études soumis aux instances représentatives du personnel et, d’autre part, aux arrêtés des comptes de l’organisme dont nous avons pu prendre connaissance » […] Ils regrettent « la précipitation et l’absence totale d’urgence légale pour le rapprochement […] sans aucun débat public et non-information des conseillers municipaux […] (….) Les voilà auteurs d’un hold-up social […] »

N.BÉRANGER : «  JE NE COMPRENDS PAS CETTE PRÉCIPITATION 

Nathalie Béranger, Conseillère Régionale, administratrice d’Actis rappelle que la loi « ne fixe pas de date précise » pour les fusions et «  ne comprend pas cette précipitation ! ».«Je demande solennellement de ralentir cette course à la fusion, l’échéance électorale ne devant pas être une date butoir » ajoute -elle.

Est-ce que Actis, comme la ville, est au bord de la mise sous tutelle expliquant qu’Eric Piolle veuille noyer les comptes dans une fusion avant de partir ?

E.PIOLLE ET M.BOILEAU : L’OPPOSITION DES GRENOBLOIS

Mais Eric Piolle et Maryvonne Boileau, habitués à tout imposer, vont rencontrer à nouveau devant Actis ce mercredi 29 mai l’opposition des Grenoblois. Avant que ceux-ci n’expriment massivement en mars prochain leur rejet de ces détestables méthodes.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *