ANTI-EXPULSION : QUI VA ENCORE PAYER SON LOYER à GRENOBLE ?

ANTI EXPULSION : L’EXTRÊM COM’

La dernière fois qu’Eric Piolle a reçu un afflux de migrants à loger, il les avait envoyé au patio sur le campus, alors occupé…

Dithyrambique Jean-Benoit Vigny dans le DL (14/5/19) à propos du comble de la com’ et de la démagogie. Du double langage aussi. “C’est une première” ou “la majorité municipale a surpris tout le monde”.

En effet Eric Piolle a pris un arrêté de “non remise à la rue en cas d’expulsion” (!). Voici le texte exact: « Lors de toute expulsion de domicile sur le territoire de la commune, il devra être fourni au maire ou à son représentant qualifié la justification qu’une solution effective, décente et adaptée de logement ou le cas échéant d’hébergement, ait été proposée à la ou aux personnes concernées. » Bonjour les dégâts.

A.CONFESSON (Verts/PG) DÉGOULINE ….

L’inénarrable révolutionnaire qui a peur du peuple, Alan Confesson renchérissant dans la dégoulinante fausse fraternité «une expulsion est un drame » et qu’il n’est « pas acceptable de répondre à cette situation dramatique par une situation d’exclusion ».

Guy TUSCHER : “LES PÉRIODES ÉLECTORALES ont du BON”

Guy Thuscher, très heureux que la majorité municipale qu’il a quitté cède sous ses coups de boutoirs ne s’y est pas trompé : « les périodes électorales ont du bon », lançait il à Piolle lequel tout dans sa posture habituelle répondait le contraire de la vérité : « Nous agissons au quotidien loin de l’échéance électorale (!) »

Sur ordre d’Eric Piolle L’évacuation violente au gaz lacrymogène du siège de la banque acquis par la ville. Les vertus de l’arrêté anti-expulsion ?

M.BOILEAU (Verts/Ades) A EXPULSÉ UN AFRICAIN

En fin de mandat E.Piolle fait la course aux voix de l’extrême gauche qui fuit. Le départ des insoumis qui plient bagage coûte au moins 10 % des suffrages. La cellule du cabinet multiplie donc les opérations de com’ -sur le dos des malheureux- auxquelles ne croient que les gogos et les affidés.

D’autant que cela est totalement a l’opposé des pratiques municipales. Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat a bien expulsé récemment un Africain dont le titre de séjour n’avait pas été renouvelé.

Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat expulsant de son logement un Africain en situation irrégulière. Et la “non remise à la rue ?”

E.PIOLLE A ENVOYÉ LES GAZ LACRYMOGÉNES SUR les ENFANTS

Eric Piolle a fait lui-même expulser sans ménagements, avec les gaz lacrymogènes dont les enfants ont été aussi victimes, des occupants du siège de la Banque de la rue Paul Claudel pour les reloger … dans un gymnase.

C.GARNIER : “UNE SOLUTION ADAPTÉE” A CHACUN !

« Nous proposerons une solution décente et adaptée », a renchéri la vice- présidente au logement à la Métropole, Christine Garnier (Verts/Ades) dont on sait l’utilisation qu’elle a fait –avec Vincent Fristot (Verts/Ades)- des villas acquises rue André Argouges et avenue Léon Blum. C’est le temps des copains.

LOGEMENT “INCONDITIONNEL” POUR LES IRRÉGULIERS.

Le message délivré par la municipalité s’empile sur les autres : logement “inconditionnel” pour les étrangers en situation irrégulière, appels aux migrants, aux SDF, annonces de réquisition des logements … Evidemment elle n’assume aucun des conséquences.

E.PIOLLE S’ÉTAIT DÉLESTÉ des MIGRANTS SUR LE PATIO AU CAMPUS

Au dernier afflux de migrants à Grenoble, Eric Piolle les a renvoyé au patio sur le campus, alors occupé par les migrants. Les associations l’avaient dénoncé en lui demandant de “cesser d’utiliser le Patio, actuellement au maximum de ses capacités pour se délester de la responsabilité des personnes que la municipalité ne peut plus prendre en charge”. Est-ce que ça correspond bien à l’esprit de l’arrêté anti-expulsion ?

E.PIOLLE FAIT LIVRER DES REPAS INADAPTÉS

Pour se faire pardonner Eric Piolle avait fait livrer les surplus de la cantine scolaire : “malgré l’avis défavorable motivé des militants une demi palette de nourriture totalement inadaptée aux besoins du lieu a été livrée au Patio sur demande express de la mairie. Une bonne action comme celle-là vaut bien un communiqué à la gloire d’une mairie” ironisaient les associations.

Dans ce contexte “l’arrêté anti expulsion” vaut bien toutes les dithyrambes que rapporte le “Dauphiné”.

LA CHUTE DE LA VALEUR DES BIENS VA SE POURSUIVRE

Mais le résultat connu est voulu : de plus en plus de personnes à la rue, une classe moyenne ruinée par la chute de la valeur des biens, des propriétaires modestes qui ne vont plus louer sachant qu’ils ne pourront plus mettre un mauvais payeur dehors sans l’avoir relogé.

Ruiner les Grenoblois de la classe moyenne modeste, n’enrichit personne

QUI VA CONTINUER à PAYER SON LOYER à GRENOBLE ?

Qui va continuer à payer son loyer à Grenoble ? Il faudrait être bête pour le faire. Toute personne occupant un logement, squattant ne peut être expulsée sans relogement ? Pain béni pour le 38 d’Alembert. Le meilleur produit d’appel pour venir à Grenoble. Avec déjà 18 % de pauvres, contre 11 à la moyenne départementale, Grenoble devrait crever tous les plafonds. Mais qui va rester pour financer la solidarité ? Le silence des acteurs du secteur du logement est stupéfiant, à moins qu’assommés par ce nouveau coup de massue, ils aient tous déserté.

ABSENCE DE TOUTE ÉTHIQUE de RESPONSABILITÉ

Cette extrême démagogie pré-électorale qui fait fi de toute éthique de responsabilité est évidemment écoeurante. Elle ne grandit pas ceux qui s’y livrent.

Elle démontre à la fois à qui les grenoblois ont à faire en réalité derrière les masques et en même temps le niveau de panique qui les saisit, la violence dont ils font preuve. Pour en venir à ces excès, faut il que la peur ait changé de camp !

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *