TICKET RÉSIDENT : L’USINE à GAZ des ROUGE/VERTS

Comment emm’… un peu plus le malheureux grenoblois possesseur d’une voiture ? Eric Piolle et ses amis installent des haies de plus en plus élevées et compliquées afin de lui rendre la vie impossible.

Comme pour le ramassage des ordures, c’est une usine à gaz : vive la soviétisation de Grenoble” nous écrit un grenoblois qui s’est heurté au système Kafkaïen mis en place “pour” (!) le stationnement résident.

AUCUNE CONCERTATION, UNE DÉCISION UNILATÉRALE

En effet depuis le 1er avril la dématérialisation a été décidée sans concertation aucune, d’une façon unilatérale et avec des explications qui nécessiteraient de n’avoir que cela à faire pour les lire et les suivre.

UNE SUFFISANCE CONGÉNITALE

Un grand classique des Rouge/Verts qui ne seront jamais partis de l’usager pour définir le service, mais toujours d’en haut en fonction de leur seul désir. Une suffisance congénitale qui aura mis une large majorité de Grenoblois en opposition, même les mieux intentionnés à leur égard.

LE SYSTÈME N’A PAS FONCTIONNÉ

De plus le système n’a évidemment pas fonctionné tant nos génies locaux sont en avance sur tout. Il ne leur était pas venu à l’idée de tester le fonctionnement avant. « Nous avons dû faire face à des problèmes avec les horodateurs » a sobrement reconnu l’élu de service chargé des éléments de langage pour nuls. Car chez ces gens-là, on ne se trompe jamais.

“LES RÉSIDENTS VENUS FAIRE LA QUEUE NE DÉCOLÈRENT PAS”

« Cette nouveauté complexifie relativement le stationnement », dénonce dans le “Dauphiné” (23/4/19) Valentine, une habitante du centre-ville grenoblois. “Les résidents venus faire la queue au Musée de Grenoble dans le but de renouveler leur abonnement ne décolèrent pas face à la mise en place d’un système qu’ils ne considèrent pas comme « viable »“rapporte la journaliste Marine Sekkat dans ce même DL.

Sur le stationnement résident E.Piolle n’a voulu entendre ni le CLUQ, ni le vote de 7000 grenoblois : c’est la justice qui l’a condamné. La suppression des places de stationnement aboutit à des avenues piétonnes envahies par… le stationnement (ici Alsace Lorraine)

“C’EST BIEN TROP CHER, SOUVENT ON NE TROUVE PAS de PLACE”

«Combien de réclamations va- t-on devoir faire à chaque fois que leur logiciel va planter ? », s’énerve Fabrice, un habitué du ticket résident. Mais au-delà de la dématérialisation du ticket, c’est l’ensemble des modalités autour de l’abonnement que les habitants pointent du doigt. « En fait, ça ne rime à rien, c’est bien trop cher, presque 150 euros sur l’année. Souvent, on ne trouve pas de place et en plus leur nouvelle plateforme internet ne fonctionne pas », résume Lisa (DL du 23/4/19).

PARKINGS SUPPRIMÉS DANS LES NOUVEAUX HLM

Et encore ! Dans les nouvelles constructions de HLM il n’y aura pas de parking du tout (les pauvres doivent être punis en priorité) et une place pour 140 M2 construit dans le privé, soit de l’ordre de 0,50 parking par logement. Bonjour les dégâts.

J.WIART (Verts/PG) FAIT de la PROVOCATION

Avec une langue de bois qui frise la provocation, Jacques Wiart l’élu (Verts/PG) aux déplacements (mais oui, il y en un) répond qu’il juge le «nouveau système plus simple et plus fonctionnel ». (DL du 23/4/19) C’est aussi à ça qu’on les reconnait. Le réel n’a pas de prise. Comme des robots répétant.

IL FAUDRA JUSQU’A 4 DOCUMENTS POUR Y AVOIR DROIT

Il faudra jusqu’à 4 documents pour avoir droit au stationnement résident, vive la complexité” nous écrit un autre Grenoblois. Relevant que “étrangement, au-delà de 8 heures de stationnement, il faut payer un supplément ruineux dans la tranche de 8h à 8h30 (? alors que c’est habituellement  “payant de 9h à 12h et de 14h à 19h” !!! Pourtant la zone verte est supposée être dédiée au “stationnement de longue durée”.

UNE ASTUCE POUR MASQUER LA HAUSSE des TARIFS

Ajoutant : “rue Lesdiguère, il ne faut pas franchir la “frontière” du boulevard Gambetta, sinon le tarif résidentiel n’est plus valable à cause du changement de zone. L’invention de 2 zones a tout l’air d’être une astuce pour masquer… une hausse de tarif.

L’USAGER A PAYÉ UN LOURD TRIBUT AU MANDAT de PIOLLE

L’usager sous toutes ses appellations aura payé un lourd tribut au mandat de Piolle : celui des bibliothèques, des gymnases, piscine, le bénéficiaire de l’éducation populaire, l’amateur de musique, de théâtre et … l’automobiliste. Il n’aura épargné personne.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *