AVENUE de WASHINGTON : le QUARTIER RÉAGIT

Ça gronde aussi avenue de Washington et dans le quartier ou la densification intensive produit des dégâts y compris sur l’école. Tous ceux qui ont fait consciemment le choix de la mixité se posent des questions de plus en plus angoissantes s’agissant de l’équilibre HLM/Copropriétés et sur les attributions de logements par la municipalité.

PERSONNE NE PEUT ÊTRE INDIFFÉRENT AUX CONSÉQUENCES

Malgré la bonne volonté de tous, personne ne peut être totalement indifférent aux conséquences de cette politique sur les difficultés du vivre ensemble et la chute de la valeur des biens.

Dans ce cadre les projets de la municipalité dans le secteur ne participent pas de l’apaisement souhaité.

AV de WASHINGTON : DÉTRUIRE LA TRAME VERTE

Des habitants de l’avenue Washington se sont réunis (DL du 4/2/19) pour protester contre les aménagements envisagés qui détruiraient la trame verte, la piste cyclable, le chemin piétonnier et les espaces verts qui subsistent et sont à la portion congrue dans ce quartier aussi.

“OUI à la CONCERTATION, NON AUX PROJETS IMPOSÉS”

Les riverains et leur porte parole André Rocher, Président du Conseil Syndical du groupe d’immeubles de l’avenue Washington, craignent aussi une augmentation du flux automobile, le manque de places de stationnement et des problèmes d’entreposage des poubelles. Les habitants en colère ont décidé la pose de banderoles “Oui à la concertation, non aux projets imposés”.

Un bon résumé de la méthode Piolle habituelle.

Rue MARIUS RIOLLET CONTRE LA DÉLINQUANCE

Déjà dans le secteur les HLM de la rue Marius Riollet avaient rencontré des problèmes de chauffage récurent à cause d’une isolation très défectueuse. Les habitants de la rue avaient aussi manifesté contre la montée de la délinquance, les voitures brûlées abandonnées dans leur rue.

LA SUPPRESSION de TOUS LES ESPACES VERTS

Un secteur aux trottoirs et à la chaussée défoncée totalement à l’abandon. ça n’empêche pas la municipalité de continuer à densifier : un HLM est construit en bordure du terrain de foot de manière à réduire un peu plus les espaces verts.

Tout à côté d’ailleurs, à Châtelet, le dernier terrain arboré qui aurait pu constituer un mini parc dans le secteur a aussi été rasé sans ménagement.

UNE PRISE DE CONSCIENCE GÉNÉRALE

Aucun secteur de la ville n’échappe à cette mise en coupe réglée avec ses conséquences aggravantes sur le vivre ensemble. Chaque fois les grenoblois réagissent dans leur quartier sans imaginer que cette politique s’étend à toute la ville et l’agglomération.

Si cette prise de conscience s’effectue qu’il s’agit-là d’une volonté politique qui a pour objet de bétonner toute la ville pour en faire un Bantoustan électoral , alors il faut s’associer au collectif de la société civile pour l’alternance. Parce qu’il la dénonce globalement et en détail, parce qu’il propose des alternatives seules de nature à sortir Grenoble de cet enfermement sur elle-même voulu par E.Piolle et sa majorité.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *