SÉCURITÉ : LA CAMPAGNE ÉLECTORALE COMMENCE

A un an des dernières élections municipales, en 2013, les Grenoblois avaient eu droit aux mêmes cocoricos de la part de Michel Destot et Jérôme Safar : Grenoble était enfin retenue comme Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP). Manuel Valls alors Ministre de l’Intérieur venait chanter sur place les trompettes de la renommée…

A UN AN DES ÉLECTIONS LA MÊME RENGAINE

A un an des élections de 2020 la même scène se répète. Les acteurs ont un peu changé. Ne demeure plus que Renzo Sulli (PCF) à Echirolles qui après 5 années catastrophiques en termes de délinquance dans sa commune n’hésite pas à se parer des plume du paon dans le DL. Les autres se félicitent tous en des termes différents : voilà que Grenoble passe de la Zone Prioritaire de Sécurité à “Quartiers de Reconquête Républicaine” (QRR). Si ce n’était dramatique on pourrait sourire.

LA PALME REVIENT à Eric PIOLLE (Verts/PG)

Comme d’habitude la palme revient à Eric Piolle. Le champion de la lutte contre la délinquance qui trinquait avec les dealers de l’Alma suscitant la colère des habitants : “L’agglomération de Grenoble est officiellement intégrée dans la Police de sécurité du quotidien. Nos efforts ont payé” (!) (DL du 14/2/19). Toujours cette suffisance que rien ne justifie.

“CE N’EST PAS GRÂCE à M.PIOLLE…”

La Députée Emilie Chalas (LREM) est contrainte de le remettre à sa place : “Personne n’est dupe quant à l’engagement de façade d’Éric Piolle en matière de sécurité, des moyens et des missions laissées à sa police municipale à son aversion difficilement dissimulée pour la vidéo-protection. L’agglomération a été marquée ces dernières semaines par une nouvelle série d’incendies volontaires, pour la plupart revendiqués par des réseaux “anarcho-libertaires” (…) “Ce n’est pas grâce à M. Piolle que l’agglomération grenobloise a obtenu des effectifs supplémentaires.”

LES FONDAMENTAUX de la DÉLINQUANCE OUBLIÉS

Mieux vaut que ce soit clairement exprimé. Mais bien entendu tout ce beau monde ne s’attaque aucunement aux fondamentaux de la délinquance. Car en réalité celle-ci a pénétré toutes les pores de la ville et les mafias ont pris le pouvoir. “personne ne veut venir ici ! Les nouveaux fonction­naires qui arrivent sont tous des “sortis d’école”! “avait même déclaré au DL (19/12/18) Valérie Mourier, secrétaire départementale en Isère du syndicat de policiers Alliance.

Grâce à Eric Piolle Grenoble bat le record de France des agressions violentes et des vols à la tire pour 1000 habitants

LES FAMILLES DES POLICIERS SONT MENACÉES

On le sait Grenoble a connu jusqu’à 35 postes de policiers non pourvus ! les policiers refusant d’être affectés dans notre ville. Il se murmure en effet que leurs familles sont menacées par les délinquants et les policiers doivent vivre hors de Grenoble afin de ne pas exposer leurs femme et enfants. Les mafias sont menaçantes

RECORD NATIONAL DES AGRESSIONS VIOLENTES

Avec le record National des agressions violentes et des vols à la tire pour 1000 habitants notre ville n’est attractive pour personne. Le seul plan d’action efficace doit être municipal. Tous les policiers du monde ne pourront jamais déloger la délinquance installée par… Eric Piolle et Maryvonne Boileau aux titres de Président d’Actis et de Grenoble-Habitat.

LE CYNISME ABSOLU de L’IMMOBILISME

L’enfumage recommencé un an avant les municipales ne trompe personne. On pourrait comparer les 2 pages du “Dauphiné” de 2013 à celles d’hier. Les mêmes propos dithyrambiques, les mêmes cris de victoire qui cachent le cynisme absolu de l’immobilisme. Pour passer l’élection.

TRANSPORTS EN COMMUNS : STATISTIQUES DISPARUES

Il ne se passera rien d’important dans le domaine de la sécurité et les grenoblois continueront à être en danger. Beaucoup d’usagers -en particulier des femmes- continueront à renoncer aux Transports en communs qui ne publient même plus les statistiques de la délinquance sous l’ère cumulée si éclairée de MM Trovero (Semitag PCF) et Mongaburu (SMTC/Hamon/Ades).

Croit on que quelques policiers supplémentaires inverseront la tendance lourde de la paupérisation de la ville qui fait baisser la valeur des biens comme nulle part ailleurs ? Ce qui est un facteur de délinquance par la création de ghettos.

EXPULSER LES DEALERS des HLM

Sans actions concrètes et courageuses des élus locaux la gangrène continuera à progresser. Le collectif de la société civile avec Alain Carignon les a fait connaitre à de maintes reprises : expulser les dealers des logements HLM ou ils sont logés, créer un critère de tranquillité publique dans les attributions de logements, signaler les grosses cylindrées aux services fiscaux et accompagner ceux-ci pour leurs enquêtes. 

UNE VIDÉO-PROTECTION 24 h SUR 24

Bien entendu la vidéo-protection doit être installée reliée à un PC opérationnel 24 h sur 24 avec captation des numéros minéralogiques des véhicules volés, mise à disposition de mini drones en cas de poursuites.

Sur la base du volontariat le Collectif veut habiliter tous les cadres et gardiens des bailleurs afin qu’ils puissent dresser procès verbal pour tous les manquements qu’ils constatent.

SUPPRIMER LES AVANTAGES TARIFAIRES AUX AGRESSEURS D’AGENTS

La municipalité supprimera tous les avantages tarifaires facultatifs dans les secteurs culturels, sportifs, de transports à tout grenoblois convaincu d’agression d’agents de la force publique, de sapeurs pompiers, d’ambulance, de médecin ou d’infirmière, ou de dégradation volontaire de biens publics ou privés comme l’a mis en application le Maire de Voiron.

Il veut aussi sanctionner les familles hébergées par la ville dans le cas d’actes de délinquance, car sans elle il n’y a pas d’intégration possible.

Pour lui le Maire est le premier responsable de la sécurité. C’est lui qui impulse, actionne et montre l’exemple à ses partenaires. 

LA RÉGLE DES 3 TIERS : HLM/ACTIVITÉS/PROPRIÉTAIRES

Le collectif veut stopper l’urbanisation folle de la ville en arrêtant la bétonisation premier facteur d’accroissement de la délinquance. Inventer une nouvelle politique de la ville qui passe par la requalification de tous les quartiers par la règle des 3 tiers : un tiers HLM, un tiers propriétaires, un tiers activités en commençant par y installer le Maire, les services municipaux et para-municipaux.

DESTOT : 63 % DE DÉLINQUANCE de PLUS QU’AILLEURS

Sans ces mesures les paroles s’envoleront une fois de plus. En 2015, au départ de la municipalité Destot, la délinquance était déjà de 63 % supérieure à la moyenne des grandes villes selon Bernard Cazeneuve, alors Ministre de l’Intérieur.

PIOLLE : GRENOBLE PREMIÈRE POUR LA DÉLINQUANCE

3 ans après Grenoble était devenue la première ville de France pour les actes violents et les vols à la tire grâce aux politiques conduites et pour Eric Piolle : “Comparativement à la population, il y a plus de crimes et délits commis à sur la circonscription de police de Grenoble que sur celles de Marseille, Toulon ou Rennes” expliquait ainsi le Dauphiné (16/9/18) en publiant les statistiques du Ministère de l’Intérieur.

LES GRENOBLOIS et L’IMAGE de la VILLE VICTIMES

Un bilan accablant dont sont victimes les Grenoblois. Un bilan accablant pour l’image et l’attractivité de la ville. Un bilan qui fait des dégâts considérables en matière de développement et de pertes d’étudiants. Il faut attendre 12 mois maintenant pour inverser cette tendance mortifère.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *