BIBLIOTHÈQUES : LE RÉSEAU MALADE

La grande enquê­te sur les publics et les prati­ques de lecture (1) montre que la fréquentation des biblio­thèques de Grenoble con­naît un décrochage supérieur à la moyenne nationa­le.

GRENOBLE: 12 POINTS DE MOINS POUR LA LECTURE

“Le réseau des bibliothè­ques compte en effet à peine 33 % d’usagers, c’est 7 points de moins que la moyenne nationale et 12 points de moins que la moyenne des villes de même strate. Cela veut dire que 67 % de la population ne se retrouvent pas dans les ser­vices proposés par les biblio­thèques. ” ( DL du 26/10/18)

Alors que le réseau des bibliothèques grenobloises a toujours été la fierté de la ville, chaque municipalité assurant son développement, l’arrivée de la municipalité Piolle aura coïncidé avec un recul sans précédent .

GRENOBLE DEVIENT LE CANCRE A CAUSE de SES ÉLUS

Dans ce domaine aussi la municipalité fait plus mal que les autres! Avec la sécurité, la valeur des biens, la pollution,les impôts… ça fait beaucoup de critères comparatifs dans lesquels notre ville est devenue le cancre à cause des élus qui la dirigent.

LA FERMETURE DES BIBLIOTHÈQUES A FAIT DU MAL

Le conflit avec les bibliothécaires qui s’est étendu sur un an,dont le retentissement a été national n’est probablement pas pour rien non plus dans ce résultat. Un conseil municipal régulièrement réuni sous la protection des CRS, la volonté de fermer 3 bibliothèques dans des quartiers populaires, le refus d’une votation citoyenne sur le sujet pour ne pas subir l’affront du désaveu cinglant des grenoblois, tout a contribué à dégrader l’image de la lecture publique.

LES ” PLANS” REMPLISSENT LE VIDE

Depuis lors les communicants de la municipalité remplissent le vide par des “concertations” sur des plans les plus lointains possibles, la malheureuse Corinne Bernard, l’Adjointe ( Verts/Ades) aux cultures( !) étant affectée à cette boursouflure verbale sans contenu. Ce dont elle s’acquitte très mal.

I.WESTEEL : ” UN RÉSEAU AU CREUX DE LA VAGUE”

Pour la directri­ce des bibliothèques, Isabel­le Westeel, « C’est un réseau qui arrive au creux d’une va­gue, qui s’interroge beau­coup et qui n’a pas encore retrouvé toute sa capacité à être force de propositions… Le modèle grenoblois arrive en bout de course ». ( DL du 26/10/18) 

On comprend parfaitement que la directrice municipale regarde ailleurs et généralise. Mais la responsable du “modèle grenoblois” est d ‘abord la municipalité et si la concurrence de Minecraft et Fortni­te est réelle pour toutes bibliothèques de France il n’y a aucune raison que Grenoble fasse plus mal qu’ailleurs.

E.PIOLLE: UN PLAN POUR 2025 …

Rien de mieux que … 58 propositions pour 2025 qu’Eric Piolle a annoncé pour répondre à la crise de la lecture publique. Il s’agit toujours pour lui de faire l’impasse sur son bilan et de raser gratis après demain.

… ET DES ATELIERS POUR 2030…

Il devrait les joindre aux “débats” des ” ateliers 2030 ” qui vont s’ouvrir sur fonds publics afin de faire financer la campagne municipale sur les impôts. En effet pourquoi 2025 pour les bibliothèques et 2030 pour le reste?

Il n’est pas du tout certain à constater la mobilisation des grenoblois que ceux-ci aient la patience de supporter longtemps ces enfumages grossiers.

(1) Menée par TMO Régions, enquête téléphonique auprès de 1010 habitants âgés de plus de 15 ans et une enquête auprès de 1582 personnes ayant répondu à l’enquête en ligne. Source le Dauphiné .

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *