E.PIOLLE SUIT LES DÉRIVES DE MÉLENCHON

Eric Piolle vient de confirmer officiellement au journal “Libération” vouloir faire de Grenoble la base arrière idéologique de Jean-Luc Mélenchon. En reprenant tous les thèmes éculés de la “VI ème République “cachant derrière des généralités sa vraie sauce culturelle, celle des Soviets. Il utilise sa fonction au profit des thèses de Jean-Luc Mélenchon. Ça ne va pas améliorer l’image de Grenoble.

UNE LOI FONDAMENTALE CONFORME à SES POSTULATS

Lui qui clive plus que jamais, voilà qu’il prône “une constitution qui doit fonctionner en dehors des clivages partisans” (!). Qu’est-ce que l’absence de clivage partisans ? rien de moins qu’une loi fondamentale conforme aux postulats de E.Piolle. Il veut simplement que les Français obéissent à “son” modèle…

F.CARREL (Libération) NE POSE PAS LA QUESTION SUR GRENOBLE

Cette fuite en avant se poursuit au fur et à mesure que le terrain lui échappe. Il ne vient pas à l’idée du “journaliste” François Carrel, qui sert la soupe, de poser la question de savoir si son modèle imposé aux forceps aux grenoblois est accepté et produit des résultats localement ?

E.PIOLLE REFUSE UN RIC AU COLLECTIF DE VILLENEUVE

Car avant de faire la leçon à Macron, peut être faudrait il être en conformité avec ses mots dans la ville qu’il gère. Or le dernier refus d’un RIC à Villeneuve vient de clôturer un mandat dans l’hibernation complète s’agissant de rendre le pouvoir aux citoyens.

IL ANNULE LA VOTATION des BIBLIOTHÉCAIRES

Eric Piolle est le moins bien placé pour définir les conditions d’un débat exemplaire. Lui qui soupçonne E.Macron de l’utiliser comme “porte de sortie” a abusé des procédés d’enterrement des problèmes avec un systématisme qui a forcé l’admiration. Les bibliothécaires -entre autres- en conservent un cuisant souvenir : il a annulé la votation citoyenne à laquelle ils avaient droit! En affirmant “j’ai fait le choix”. Ça ne vous rappelle rien ?

LA FRANCE INSOUMISE CHERCHE LA SORTIE

Cette surenchère Mélenchoniste intervient au moment ou la France Insoumise se dirige vers la porte de sortie de la majorité municipale, lasse des rodomontades contradictoires du Grand Timonier et du système clanique de fonctionnement mis en place par les élus Verts/Ades habitués des coups tordus. Elle est donc à contretemps.

E.PIOLLE TITUBE POLITIQUEMENT

A ses prises de position contradictoires, ses sorties totalement incohérentes, un jour au Montgenévre pour appeler les migrants, le lendemain à Grenoble les envoyant sur le campus ou finissant pas les expulser des campements ou ils s’installent, successivement derrière Duflot, Jadot, Mélenchon, Hulot… suivant les moments, ami de Pierre Larrouturou (!), groggy, Eric Piolle titube politiquement et les Grenoblois ne le suivent pas.

UN ÉLOIGNEMENT ASSUMÉ des BESOINS des GRENOBLOIS

Cet éloignement assumé des besoins des habitants impactés par ses décisions autoritaires, les impôts sur les ménages les plus élevés de France, le premier taux national de délinquance violente pour 1000 habitants et la plus forte baisse de la valeur des biens, accélère la rupture entre lui et Grenoble.

IL A REMPLACE SES ENGAGEMENTS PAR DES DOGMES

Élu sur “120 engagements”, un programme marketing conçu pour répondre aux besoins des consommateurs, pas des citoyens, Eric Piolle les a trahi successivement. Il les a remplacé par ses dogmes, ses visions, d’autres promesses d’autant plus précises qu’elles sont éloignées dans le temps.

E.PIOLLE VOUDRAIT PARLER de la VILLE DE… 2030

Avec “les ateliers de 2030” qu’il vient d’annoncer comme étant la dernière opération de com’ pour achever le mandat il s’enfonce dans cette tactique suicidaire. Car les grenoblois ne sont pas des boeufs ignares incapables de constater les effets d’une politique, la différence entre les promesses et les réalisations. Ils ne vont pas, à un an des municipales, définir la ville de 2030 avec Eric Piolle !

E.PIOLLE VA ATTERRIR UN PEU BRUSQUEMENT

Non. ils vont dresser un état de la situation de Grenoble comparativement aux villes de la même catégorie. A partir de ce diagnostic partagé, choisir l’équipe qui leur semblera la plus à même entre 2020 et 2026 de répondre le mieux aux défis posés. Cela s’appelle le débat contradictoire et la démocratie locale. Ils devraient faire atterrir un peu brusquement Eric Piolle sur la terre Grenobloise

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *