JOURNÉE SANS SERVICES : E.PIOLLE ENCORE CONDAMNÉ

Décidément les mauvaises nouvelles volent en escadrille et explosent tous les jours dans la cour de l’hôtel de ville.

On se rappelle qu’Eric Piolle avait été condamné à rembourser 4 600 grenoblois pour avoir pratiqué des tarifs prohibitifs de stationnement. Son usine à gaz de la “votation citoyenne” faisait semblant de consulter alors qu’avec l’exigence de 20 000 votants jamais aucune décision contraire à celle de la municipalité ne pouvait être prise, avait été également jugée illégale.

Des informations judiciaires sont ouvertes pour favoritisme dans l’affaire de la fête des Tuiles (!) et devraient être ouvertes sur l’acquisition entachée d’illégalité du siège d’une banque et de différents emplois à des amis politiques.

CET HOMME EST UN VRAI PLONGEOIR

Maintenant le site d’information Place Gre’Net révèle que la Cour d’Appel de Lyon vient de juger ce 20 Décembre illégale la journée sans services publics décrétée par le Maire !

Toutes les opérations de com’ d’Eric Piolle font plouf. Cet homme est un plongeoir. Malheureusement ce n’est -une fois de plus- pas l’opposition “officielle” qui avait saisi le tribunal (elle sera passée à côté de tout) mais une représentante de la municipalité Destot, Anouche Agobian. Pour elle l’opération publicitaire d’Eric Piolle est «une décision «unilatérale, autoritaire et arbitraire à caractère politique pour un motif étranger à l’intérêt de la commune, un détournement de pouvoir » portant qui plus est “atteinte au principe d’accès libre et égal des citoyens au service public.”

“ÉTRANGER à L’INTÉRÊT de la COMMUNE”

Pour la cour d’Appel de Lyon il s’agit ni plus ni moins que d’une opération de nature politique. “En décidant de fermer au public l’accès aux services municipaux et au centre communal d’action sociale […], le maire de Grenoble(…) a pris part à un mouvement (…) de nature politique”. Pour elle il est “étranger à l’intérêt de la commune ou au bon fonctionnement des services municipaux, est de nature à entacher cette décision d’illégalité”.

LES AGENTS COMMUNAUX INSTRUMENTALISÉS

D’autant qu’Eric Piolle avait également imposé aux agents de la commune d’assister à une réunion plénière de caractère exclusivement politique. On retrouve toujours cette privatisation de tous les services publics au service des Rouge/Verts qui ont excédé aussi les employés communaux.

UN RAPPORT ACCABLANT pour E.PIOLLE et M.DESTOT

Depuis 2014 Eric Piolle tente de faire porter à la seule gestion Destot la situation catastrophique de la ville. Oubliant que les élus Verts/Ades de Raymond Avrillier, la première force de sa majorité avec 15 élus, ont cogéré Grenoble 13 ans avec Destot. Et pas de chance pour lui la Chambre Régionale des Comptes vient de rendre un rapport accablant sur la gestion 2001/2015 qui enjambe les deux municipalités.

“LA MUNICIPALITÉ RESPONSABLE DU GRENOBLE BASHING”

L’opération “Journée sans services” qui était destinée à faire porter à d’autres -les prédécesseurs, l’Etat- la responsabilité de la situation a donc été un double plouf.

Anouche Agobian tente de tirer la couverture en expliquant que « La municipalité porte seule et pleinement la responsabilité du « Grenoble bashing qu’elle aura contribué à déclencher en instrumentalisant systématiquement la situation au profit d’une communication dramatisant volontairement la réalité ».

LE PRÉFET AVAIT MENACÉ DE MISE SOUS TUTELLE

Comme si la lettre du Préfet, Lionel Beffre et du directeur des services fiscaux indiquant que Grenoble est au bord de la mise sous tutelle n’avait pas existé ! Comme si le rapport de la Chambre Régionale ne décrivait pas une situation financière dramatique en termes d’impôt, de dettes, de dépenses de fonctionnement et de patrimoine sacrifié. Il est bien entendu que la municipalité Piolle n’a aucunement pris la mesure des enjeux et a poursuivi dans la dégradation- la Chambre révèle qu’elle a même reporté des annuités d’emprunt sur les mandats suivants- mais vouloir blanchir les municipalités Destot de ses fautes relève de la mission impossible.

DES ESCARMOUCHES a CONTRE TEMPS

Ce renvoi de balles entre eux engagé il y a 3 ans sur ce sujet intervient à contre temps, en 2018, au moment ou il est de plus en plus question d’une alliance entre les rescapés de la municipalité Destot avec… Eric Piolle afin de remplacer le groupe des Insoumis qui n’en peut plus des incartades du Grand Timonier. C’est dire la sincérité de ces escarmouches. C’est pourquoi d’ailleurs Eric Piolle ne ferait pas appel de la décision afin qu’un nouveau jugement ne vienne pas contredire en pleine campagne les accords espérés !

L’ALLIANCE des ÉCLOPES POUR CONTINUER LES DÉGÂTS

Les Grenoblois qui paient depuis 2009 l’impôt sur les ménages le plus élevé des villes de plus de 100 000 habitants savent à qui ils le doivent : à ces élus PS, Verts/Ades et PCF qui ont géré ensemble la ville. La “nouvelle” alliance des éclopés qu’ils veulent sceller pour continuer les dégâts ne ferait qu’une seule victime s’ils réussissaient à tromper: ces grenoblois.

LES DINDONS SONT CONNUS : les CONTRIBUABLES LOCAUX

En cette période de Noël en effet les dindons sont connus. Ce sont les contribuables locaux qui observent cette mise en scène politique et en subissent les conséquences sonnantes et trébuchantes.

Après tout ça, voir bientôt Anouche Agobian et les élus “d’opposition” du groupe du Rassemblement de gauche alliés avec E.Piolle dans une future opération survie ne va pas rendre sa crédibilité à tout ce beau monde.

LEUR CONSANGUINITÉ A AFFAIBLI TOUTE DÉFENSE IMMUNITAIRE

La politique en circuit fermé aura produit ces comportements délétères conséquence de cette consanguinité laquelle aura affaibli toute défense immunitaire qui permette de sauvegarder un peu d’honneur, de conviction ou un minimum de cohérence.

E.PIOLLE VOUDRAIT RENOUER AVEC SES PREMIERS AMOURS

Ils se ont aimés 13 ans (1995/2008) , ont gouverné séparément entre2008 et 2014 et 2014 et 2020 pour “produire” le résultat que les grenoblois constatent et que les juges de la Chambre des Comptes établissent avec lucidité et froideur. Après le bruit et la fureur des invectives sur les responsabilités de la catastrophe , Eric Piolle voudrait renouer avec les premiers amours de la vieille “Union de la Gauche” pour sauver son siège.

ILS ONT ÉPUISÉ LES DEUX COMBINAISONS de LEUR JEU

Trop tard. La procédure Agobian le confirme une fois de plus : Aucun Grenoblois conscient ne peut croire à une once de vérité dans cette alliance. Tous ont bien compris qu’ils avaient ruiné Grenoble ensemble ou séparément. Ils ont épuisé les deux combinaisons de leur jeu. La seule qui n’ait pas été encore essayée depuis 25 ans est plus simple : sans eux.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *