LES JEUNES INSOUMIS LÂCHENT AUSSI PIOLLE

Ça se délite par tous les bouts pour Eric Piolle qui accumule les ennemis. Sa politique comme son comportement heurtent un à un tous ceux qui lui ont fait confiance.
Dans le “Dauphiné” (21/12/18) ce sont les jeunes Insoumis qui ont tenu à faire connaitre leur opposition. Clairement. En expliquant d’abord qu’ils ne sont manipulés par personne, que leur position résulte du “terrain” sur lequel ils se situent.

LA TACTIQUE de E.PIOLLE : “C’EST REPOUSSOIR”

Si on est critique par rapport au bilan d’Éric Piolle, et si on peut aussi être critique envers nos pro­pres élus, ce n’est pas parce que nous sommes manipulés”.

Eve Moulinier rapporte que Julien Ailloud, Flore Léon, Louis Riondet et Thomas “les jeunes militants, nous redisent leurs divergences de stratégie avec Éric Piolle qui pense ras­sembler les gauches en 2020. « On n’est plus dans la situa­tion politique de 2014 ! Et que veut dire aujourd’hui “l’union de la gauche” ? Nous, quand on est sur le terrain, nous sa­vons l’effet que cette expres­sion peut produire sur les ci­toyens. C’est repoussoir, car cela reste associé à Hollande. Les gens n’attendent pas l’union de la gauche, ils veulent une rup­ture ! »

E.PIOLLE PLONGE DANS L’ANCIENNE POLITIQUE

Bref le rabibochage de Piolle avec le PS Hollandais + le groupuscule d’Hamon ex-Ministre d’Hollande ne passe pas. Mais pas du tout. Un Eric Piolle triomphant en 2014 qui accusait le PS d’être “un syndicat d’élus”. Il est certain que la reconstitution de la vieille “Union de la Gauche” (!) après les noms d’oiseaux échangés, les violentes critiques du bilan Destot, les humiliations imposées à Christophe Ferrari (PS repenti) pourtant bien obéissant, la trahison des 120 engagements qui a conduit au départ de membres de la majorité (Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot), au retrait de la plupart de toute activité publique … ne va pas redorer le blason de Piolle.

“LA FRANCE INSOUMISE SEULE AU PREMIER TOUR”

Les jeunes Insoumis pensent que la rupture “la France Insoumise la portera mieux, toute seule, au premier tour, “car elle aura un programme pour cela…”

La municipalité compte 11 élus Insoumis de JL Mélenchon apprend-t-on par la même occasion. Il s’agit donc du deuxième groupe de la majorité, les Verts/Ades de Raymond Avrillier étant le premier avec 15 élus. Il s’agit donc bien d’une municipalité d’extrême gauche. Le camouflage organisé à travers un groupe unique est révélé en fin de mandat. Le Roi est nu.

E.PIOLLE VA FINANCER SA CAMPAGNE SUR FONDS PUBLICS

Après toutes ces pantalonnades, on ne voit pas bien ce qui va rester au Grand Timonier sinon Lui-Même, réduit aux acquêts de Sa personne. L’année se termine en lambeaux pour Eric Piolle qui va entreprendre en janvier, sur fonds publics, sa laborieuse tournée électorale de voeux par quartier.

LA CANDIDATURE PIOLLE DE PLUS EN PLUS HYPOTHÉTIQUE

Si on additionne le nombre d’affaires engagées par la justice, celles qui pourraient intervenir, la débandade des forces politiques qui l’entoure et l’itinéraire titubant qu’il emprunte, l’année 2019 devrait être un véritable Chemin de Croix pour Eric Piolle. De solution en 2014, il devient le problème de son camp en 2020. Les alliés quittent le navire, le sol se dérobe sous ses pieds, sa candidature de plus en plus hypothétique. Joyeux Noël.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *