VALEURS DES BIENS : LA MUNICIPALITÉ ORGANISE LA CHUTE

Année après année la classe moyenne grenobloise est appauvrie par la municipalité ( carte de la Chambre Nationale des Notaires)

Grenoble est désormais en concurrence avec Amiens, Saint Etienne ou Bourges en matière de valeur des biens.

La Chambre Nationale des Notaires vient de publier ses tableaux actualisés et les grandes villes affichent une insolente bonne santé : Strasbourg, Nantes, Bordeaux, Lyon, Nice, Metz avec lesquelles Grenoble se comparait naguère et devant lesquelles elle a été souvent placée en termes d’attractivité.

GRENOBLE AU COUDE à COUDE AVEC … St ETIENNE et AMIENS

Au fil de la publication des tableaux les chiffres se suivent et se ressemblent : en juillet dernier, sur les 12 derniers mois, Grenoble connaissait la plus forte baisse nationale devant Amiens et Saint Etienne ! 

En cette fin d’année la Chambre des Notaires confirme sur la base des transactions réelles que la baisse se poursuit : moins 4 % encore en moyenne dans notre ville. Mais cette fois Saint Etienne (- 5,7%) et Amiens (- 4,4%) font encore plus mal. Réconfort ?

La période Piolle est une catastrophe pour les propriétaires

GRENOBLE : UNE SITUATION HORS DU COMMUN des GRANDES VILLES

Pendant que les grenoblois sont appauvris chaque année d’avantage les habitants des autres villes ne voient pas le fruit de leur travail perdre de sa valeur. Qu’il s’agisse de villes de gauche ou de droite ce qui témoigne bien que Grenoble vit une situation exceptionnelle.

Bordeaux (+ 19,8%, Nantes + 5,4%, Lyon + 8,5%, Strasbourg + 5,5%…) La descente aux enfers de Grenoble est accentuée par cette différence entre les Métropoles.

On aimerait recevoir d’autres chiffres car il n’y a aucun plaisir masochiste à découvrir ceux-là, qui concernent la ville que nous aimons. Mais il faut affronter la réalité en face pour changer l’avenir.

PAUPÉRISATION :  VOLONTÉ POLITIQUE

Cette paupérisation générale est le fruit d’une politique. D’abord de bétonisation systématique engagée depuis longtemps pas les élus PS et Verts/Ades grenoblois : depuis leur Plan Local d’Urbanisme de 2004 voté ensemble.

Depuis près de 5 ans Eric Piolle et sa municipalité ont accéléré dans cette direction en bétonnant la ville de façon éhontée, abattant les arbres, faisant reculer encore les espaces verts, imposant 50 % de HLM dans les nouvelles opérations avec pour conséquence l’appauvrissement de ceux qui acquièrent dans ces ensemble.

1000 NOUVEAUX HLM à FLAUBERT

A Flaubert par exemple, dans le Sud de Grenoble qui explose déjà,  il y aura 1000 nouveaux HLM sans aucun nouveau parc urbain ! A L’esplanade la municipalité veut abattre 140 platanes, supprimer le boulodrome couvert pour construire prés de 1000 logements dont la moitié de HLM.

Hormis l’effondrement de la valeur des biens en particulier dans les quartiers sud ou les propriétaires sont spoliés par ces politiques, ces folies accroissent les tensions, augmentent la pollution, démultiplient les ilots de délinquance.

L’APPAUVRISSEMENT de la CLASSE MOYENNE NE SORT PERSONNE de la PAUVRETÉ

Les “déconstructeurs” Grenoblois héritiers des gauchistes qui expliquent depuis des décennies que la vérité n’existe pas, qu’elle est un produit d’un rapport de force, une fiction même, sont à l’oeuvre. Pour eux il n’y a pas de “faits”, seulement leur interprétation.

A l’abri de leurs dogmes ils pérorent, grandiloquents, tandis qu’inexorablement les contribuables et citoyens de la ville subissent les conséquences négatives très concrètes de leurs actes.

Pourtant l’appauvrissement de la classe moyenne qui travaille pour s’assumer et garantir sa sécurité par l’acquisition d’un logement n’a jamais permis à aucun pauvre de sortir de la pauvreté.

Plus que jamais la mise en oeuvre du plan de requalification de la ville par le collectif de la société civile avec les citoyens s’impose à Grenoble.



Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *