E.PIOLLE : “LA PEUR A CHANGÉ DE CAMP”

hier à Grenoble, avenue Alsace Lorraine le Dauphiné décrit la situation. Pour Eric Piolle ” la peur a changé de camp” . En effet

Alors que les exactions se multiplient y compris à Grenoble ou les transports en communs sont paralysés dans le centre ville, Eric Piolle renoue avec ses pires démons et sa culture proche de l’ultra-gauche.

Déjà à Sud Radio il avait dans une allusion sans ambigüité cautionné la montée sur l’Elysée. “E.Macron disait ” venez me chercher” aujourd’hui, ils répondent on arrive”  a t il lancé.

“SI ON COMMENCE PAR CONDAMNER LA VIOLENCE ON EST MORT”

Dans “le Figaro” (7/12/18) il va plus loin. A propos des violences il affirme : “la peur a changé de camp” (!). Ajoutant pour être bien clair : “dans le rapport avec les gilets jaunes si on commence par condamner la violence et qu’ensuite on parle de l’écoute nécessaire, le dialogue est mort”.

Son jusqu’au boutisme inquiète les grenoblois qui retrouvent la les accents de “Nuit Debout” ou des manifestations violentes contre la loi El Khromy tous cautionnés, encouragés, soutenus par Eric Piolle et qui ont fait tant de dégâts à Grenoble.

LA VIE ECONOMIQUE ESPÉRAIT UN BALLON D’OXYGENE

Alors que la vie économique grenobloise espérait un ballon d’oxygène au mois de décembre le climat ainsi créé désespère un peu plus. La plupart des Gilets Jaunes l’ayant d’ailleurs compris et manifestant plus d’esprit de responsabilité qu’Eric Piolle.

Après l’appel aux migrants au Montgenèvre cette nouvelle escalade d’Eric Piolle pose énormément de questions sur l’état de la municipalité.

EVIDEMMENT IL FAUT QUE LES CHAMPS ELYSÉES SOIENT BOULEVERSÉS”

Dans ce même article du Figaro François Ruffin un Député extrémiste de la France Insoumise juge “ évidemment qu’il faut qu’il y ait les Champs Elysées qui soient bouleversés” tandis que son inséparable compère Robespierriste Frédéric Lordon estime que “Macron déclare la guerre policière, peut être bientôt la guerre militaire à son peuple”.

“Eric Piolle se revendique proche de François Ruffin dont “il comprend parfaitement les réactions”.  (Le Figaro) 

cours Berriat des affrontements il y a quelques semaines 

Jamais depuis le début de son mandat Eric Piolle n’aura autant révélé son fond extrémiste et ultra-gauchiste. Beaucoup pensaient à Grenoble qu’il n’était que la vitrine légale d’une arrière cour nauséabonde qui tirait les ficelles faute de n’avoir jamais pu être au premier rang.

UN ÉLU QUI A PERDU LA CONFIANCE DE SES CONCITOYENS

Au contraire Il se manifeste comme l’avant garde éclairée par la casse, le chaos révolutionnaire qui permet d’écarter la pénible voie des urnes. Cette dérive folle et totalement irresponsable est aussi le chant du Cygne de la part d’un élu qui a perdu la confiance de ses concitoyens. Il voudrait se créer à tout prix une autre légitimité que celle conférée par la voie démocratique. 

Il ne gagnera pas celle-ci non plus  car il est au pouvoir et son bilan a fait beaucoup de mal aux plus faibles par les centaines de pertes d’emplois dans le commerce et les services, les taxes, les impôts les plus lourds. Tout est donc perdu. Même l’honneur avec cette nouvelle saillie.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *