TOUR PERRET : E.PIOLLE SE MOQUE DES GRENOBLOIS

 

“En annonçant des travaux pour 2020, après les élections municipales, Éric Piolle se moque des Grenoblois” écrit Alain Carignon dans un communiqué au moment ou Eric Piolle lance une énième opération de com’ sur la Tour Perret  (DL du 20/11/18)

En effet en 5 ans la municipalité est passée à l’action : elle a installé des palissades autour de la Tour Perret. Mais avec son anti-phrase coutumière, qui est son mode de pensée, Eric Piolle explique : « Nous avons choisi d’installer cette palissade pour sécuriser les abords de la tour, en agrandissant le rayon de protection autour d’elle. Pas parce qu’elle va beaucoup plus mal »

LES PALISSADES ? “UN SIGNE QU’IL SE PASSE QUELQUE CHOSE SUR LA TOUR PERRET !”

Non  «mais parce que de plus en plus de personnes viennent y faire des études, en vue de sa réhabilitation. C’est presque devenu un espace de chantier. Nous nous sommes aussi servis de ces palissades comme supports d’exposition, afin d’informer les visiteurs sur le projet à venir. C’est un signe que quelque chose se passe sur la tour Perret. »(!)

Aucun crédit n’est dégagé pour sa réhabilitation au budget 2019 de la ville mais la palissade est “un signe qu’il se passe quelque chose”.

Eric Piolle répète maintenant mécaniquement des éléments de langage : les communicants ont expliqué qu’une palissade de chantier, c’est comme un chantier, il suffit de le faire croire.

E.MOULINIER ( le DL) :  “QUE SE PASSE T IL AU JUSTE” ?

Mais Eve Moulinier ne se contente pas de ces paroles : “que se passe ­t­-il, au juste ?” demande t elle démontrant qu’elle n’est pas dupe. Eric Piolle de répondre « Le dossier avance. Le mar­ché de maîtrise d’œuvre sera choisi en janvier pro­chain (…) Une fois choisi, le montant de l’enve­loppe budgétaire sera affiné ».

Le tour est joué. La municipalité a “gagné” 6 ans et la Tour Perret perdu 6 ans supplémentaire. Il n’est pas exclu qu’au budget 2020 de la ville, un Eric Piolle en partance ne présente un projet de réhabilitation financé… par ses successeurs.

EN 2019 LA VILLE CONSACRE 1 M€ A TOUT LE PATRIMOINE DE LA VILLE

Pour Alain Carignon “elle figure dans la longue liste des équipements abandonnés par la municipalité (ancien musée de la place de Verdun, Orangerie, piscine des Iris, gymnase des Trembles, hôtel de ville…). La seule Tour Perret exige 8 M€ de travaux du fait des retards et malgré les aides des autres collectivités la ville est dans l’incapacité de financer sa part.

LA CHAMBRE DES COMPTES : “DES BESOINS IMPORTANTS et URGENTS EN MATIÈRE DE PATRIMOINE”

En 2019 dans son budget, elle ne peut consacrer qu’un million d’euros pour tout le patrimoine. Dans son jugement, la Chambre Régionale des Comptes indique d’ailleurs que « Les capacités financières pour assurer un entretien normal du patrimoine sont aujourd’hui largement insuffisantes », ce qui oblige la commune « chaque année à repousser à plus tard la réalisation de travaux pourtant jugés indispensables » et ce depuis « de nombreuses années. “la commune doit faire face à des besoins importants en matière d’entretien et de renouvellement de son patrimoine, présentant un caractère urgent dans certains cas. L’état du patrimoine de la commune est dégradé” dénonçant un« entretien du patrimoine existant resté particulièrement délaissé ».

A.CARIGNON : “HABILLER UNE ÉNIÈME OPÉRATION DE COMMUNICATION”

Alain Carignon ajoutant : “Les palissades sont bien là pour protéger les passants des chutes de la Tour Perret qui s‘effondre et maquiller une énième opération de com’ qui a pour objet d’habiller un immobilisme coupable”.

Cette triste série sur le patrimoine grenoblois confirme l’état financier de la ville et la technique municipale pour achever son mandat: palissades, com’,  “plans” multiples qui ne trompent plus personne.  Les bibliothécaires ont dénoncé le dernier plan com’ qui renvoie également après les élections un mirifique programme qui n’a pas un € de financement disponible.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE RESSEMBLE à la MUNICIPALITÉ DESTOT FINISSANTE

La municipalité Piolle ressemble à la municipalité Destot finissante. Un mois avant les élections, en février 2014 le verbeux Paul Bron alors Adjoint (app PS) au scolaire présentait un “plan école” pour masquer ses retards abyssaux, elle qui avait massivement bétonné la ville sans prévoir même les équipements scolaires.  Elle annonçait d’ailleurs également que les travaux de la Tour Perret commencerait dés … 2015.

On sait ce qu’il advint de ces grossières entourloupettes. Les mêmes causes produisant les mêmes effets on voit vers quoi se dirigent les Rouge/Verts grenoblois.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *