RÉSIDENCE NOTRE DAME : LE SCANDALE DE L’OPÉRATION IMMOBILIÈRE

 

Le mystérieux Vincent Fristot l’Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme ne s’est pas montré lorsqu’il a fallu évacuer une à une les personnes âgées de la Résidence Notre Dame. La moyenne d’âge était de 88 ans, la doyenne avait 104 ans.

La municipalité avait bien trouvé 300 000 € pour loger des Roms au Rondeau, 285 000 € pour “3 fontaines ludiques”, 50 000 € pour des “toilettes sèches”à Marliave, 500 000 € pour la fête des Tuiles… mais rien pour mettre aux normes de sécurité la résidence Notre Dame abritant 35 Personnes âgées au centre ville, rue Pierre Duclos, préservant justement cette mixité des populations du centre de Grenoble.

DANS LA LONGUE LISTE DES BÂTIMENTS ABANDONNÉS

La résidence rejoignait la longue liste des bâtiments abandonnés par une grave incurie de gestion prolongée. Mais si l’ancien Musée de Peinture de la place de Verdun ou bien la Tour Perret et l’Orangerie n’abritaient personne et s’écroulent tranquillement (!) pour les équipements recevant du public les conséquences sont plus graves : selon la commission de sécurité même l‘hôtel de ville n’est plus apte à recevoir du public. Le gymnase des Trembles est inutilisable les jours de pluie. La piscine couverte des Iris est fermée et s’effondre.

E.PIOLLE AGIT DANS L’OPACITÉ TOTALE

Eric Piolle qui accuse Alain Carignon de “promesses délirantes”  (JDD du 18/11/18) puisqu’il veut installer les services publics dans les quartiers en vendant les bureaux ainsi abandonnés agit, lui ,dans le secret et l’opacité en jetant des personnes âgées hors de chez elles pour récupérer le bâtiment au profit d’un projet immobilier.

SEUL A.CARIGNON AVAIT SOUTENU LES RÉSIDENTS

Aucune humanité de la part des chantres de la fraternité à l’égard de grenoblois âgés pour lesquels un déménagement menaçait leur vie . Une fois de plus seul Alain Carignon s’était rendu sur les lieux, avait exprimé son soutien et sa solidarité et défendu l’idée de travaux de sécurité par tranches afin de conserver sa vocation à l’établissement. Seul il avait dénoncé l’arrière pensée de réaliser une opération immobilière.

V.FRISTOT  (Verts/Ades) : UNE “RÉUNION D’INFORMATION” TRÈS LIMITÉE

Mais Vincent Fristot apparait maintenant qu’il faut signer le forfait. Les copropriétés voisines de la résidence Notre Dame ont été très discrètement invitées à une “réunion d’information” à la mairie le 29 novembre prochain à 18 h. Mais “pour assurer l’efficacité de cette réunion(!) elle ne s’adresse qu’à deux membres d’un même conseil syndical pour représenter les copropriétés” écrit le mécanicien du systéme Avrillier qui s’y connait en coups tordus.

POURSUIVRE LA PAUPÉRISATION DU CENTRE VILLE

Les tenants de la transparence, du débat, de la “co-construction” ne souhaitent pas que les grenoblois soient trop nombreux à participer ! Il s’agit de faire passer les projets scélérats en catimini et seulement prétendre qu’ils ont été consultés.

Car ils n’auront pas d’avis à donner. L’objectif est de poursuivre la paupérisation du centre ville. Les quartiers Notre-Dame et de l’Alma, la place Sainte Claire sont de telles réussites en matière de logement social, le climat est si apaisé qu’il faut poursuivre dans le sens.

APPAUVRIR LES RIVERAINS NE SORT PERSONNE DE LA PAUVRETÉ

Pas une fois la question de l’attractivité du centre ville, de son équilibre, la nécessité de tirer la ville vers le haut ne sont pris en compte. Avec le sort qui a été fait aux personnes âgées de la Résidence Notre Dame, avec une sécheresse de coeur qui a effrayé les plus bienveillants à l’égard de la municipalité, tout le monde a bien compris que ces opérations ne répondent qu’a des préoccupations bassement électorales dont sont victimes les bénéficiaires comme les riverains.

Car appauvrir à l’infini ces derniers par la baisse continue de la valeur des biens ne sort personne de la pauvreté. Au contraire.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *