L’ÎLE VERTE AUSSI VICTIME DE LA FOLIE MUNICIPALE

 

La névrose anti arbres des rouges/verts est sans limites. Pour ce coup là, c’est au quartier de l’île verte que les tronçonneuses du Grand Liquidateur s’en sont pris.

LES ARBRES ONT ÉTÉ RASÉS, LES TAGS ONT ÉTÉ PRÉSERVÉS

Comme à chaque fois, les arbres ont été « nettoyés » mais pas les tags. On sait combien le Grand Liquidateur est animé d’une passion pour cet art. Aucune rue ne peut ni ne doit y échapper, surtout depuis qu’il a délivré le permis de taguer. Curieusement, les seules bavures qu’il ne laisse pas embellir Grenoble sont celles marquées à son nom, celles-là sont immédiatement effacées …

UN SEUL DE CES TROIS ARBRES ABATTUS REPRÉSENTE PLUS QUE TOUS CEUX PLANTÉS  PLACE GRENETTE !

 

La souche en photo est celle du plus petit des trois arbres abattus. La carte noire posée dessus a la dimension d’une carte de crédit, c’est la même que celle montrée contre le tronc d’un des arbustes de Piolle. A l’emplacement de cet arbuste, mis en terre il y a quelques mois, se dressait un peuplier d’une quinzaine de mètres de hauteur, lui aussi passé à la tronçonneuse.

On le voit, il faudrait 60 à 80 de ces arbustes pour compenser les trois grands sujets qui viennent d’être rasés ! Un seul d’entre eux représente largement plus que les dix arbustes plantés en grande pompe place Grenette devant les caméras, alors qu’en même temps les cerisiers du Japon étaient discrètement achevés dans le goudron à la gare.

MAIS POURQUOI COUPER FRÉNÉTIQUEMENT LES ARBRES ALORS QU’IL EN MANQUE ?

 

 

Alors que des arbres manquent dans tous les quartiers de Grenoble, l’aveuglement des rouges/verts les conduit à s’adonner à la passion frénétique de la tronçonneuse.

Par exemples à l’île verte, un grand sujet a été abattu il y a plusieurs mois rue des fleurs. Il n’a même pas été remplacé. Au niveau du n°23 de l’avenue Maréchal Randon c’est la bétonisation qui pousse à toute vitesse tandis que l’arbre qui manque laisse la municipalité indifférente.

LES ARBRES QUE PIOLLE ABAT SONT CEUX QUI CAPTENT LE PLUS DE CO2

Interviewé sur France Inter pour son livre “20 000 ans ou la grande histoire de la nature” (Actes Sud), le biologiste Stéphane Durand a répondu à l’idée reçue selon laquelle les jeunes arbres capteraient plus de CO2 que les arbres déjà développés. Des études scientifiques récentes disent exactement le contraire. Les arbres âgés captent plus de carbone et produisent plus d’oxygène. Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique demande prioritairement de conserver les arbres déjà adultes ou même centenaires, ceux là mêmes qu’Eric Piolle abat en masse !

Le quartier de l’Ile Verte est en voie de “normalisation” sous le double effet de la bétonisation intensive et de l’abattage des arbres. Tous les quartiers doivent se ressembler: tirés vers le bas. Seulement les habitants prennent conscience du désastre ici comme ailleurs.

UN PROJET QUI DÉNATURE COMPLÉTEMENT L’ENVIRONNEMENT

Au nom du collectif Île Ver­te, Didier Joonekindt et Pa­trick Feder ont déposé une pétition avec 842 signatures ( DL du 8/11/18) pour protester contre le projet de construction d’un immeuble de grande hauteur quai Jongking.Pour que l’Île Verte ne devienne pas une île grise” affirment les pétitionnaires . Ils auraient ou dire “bétonnée”. Ils dénoncent d’un projet “contre­ nature” qui “dénature com­plètement son environne­ment direct” et évoque “un fort impact sur l’ensoleille­ment, la luminosité ou les vues” et parle carrément de “coup de poignard” pour le quartier.

LE SECTEUR DE LA RUE BLANCHE MONNIER A ÉTÉ SACRIFIÉ

Tout le secteur de la rue Blanche Monnier a déjà été sacrifié et les malheureux habitants tout à coup privés de soleil, de vues sur les montagnes et d’arbres ont été bien seuls à se défendre. Car il n’y a pas encore de prise de conscience collective de la nocivité de cette politique d’ensemble.

Les défenses sont limitées au projet concerné et permettent à la municipalité d’avancer. On l’a vu à Berriat, cours de la Libération, à l’abbaye, à Flaubert, à l’esplanade… C’est la politique de densification commune aux élus PS et Verts qu’il faut remettre en cause.

LE PROMOTEUR ” LUTTE CONTRE L’ÉTALEMENT URBAIN…”

Le fait que le promoteur du projet du quai Jonqking reprenne exactement les mêmes mots et les mêmes éléments de langage répétés par les municipalités Destot et Piolle depuis 20 ans devrait ouvrir les yeux.

A Eve Moulinier qui le questionne il répond:  en construisant “On évitera ainsi l’étalement urbain et donc les embouteillages qui y sont toujours liés. Les villes, qui ont fait le choix de la densité, sont aujourd’hui moins encombrées que la nôtre. Il faut savoir ce que l’on veut “.

GRENOBLE LANTERNE ROUGE DES ESPACES VERTS

IL est pourtant évident que Grenoble ne résoudra pas seule la question du logement, que les élus qui construisent massivement annoncent toujours le même nombre de demandeurs de logements et surtout que cette bétonisation produit une ville explosive. Avec moins de 12 M2 d’espaces verts par habitant contre 48 M2 à la moyenne des grandes villes, Grenoble est devenue de ce fait la lanterne rouge des villes vertes.

DEVENUE 6 EME de FRANCE POUR LES EMBOUTEILLAGES

Pus elle construit plus elle est embouteillée au contraire: portée par M.Destot à la 10 eme place des villes les plus embouteillées de France , elle est devenue le 6 eme en 4 ans depuis l’avènement d’Eric Piolle. Construire en limitant le stationnement par appartement produit également les difficultés de stationnement que tout le monde constate.

Bref peu importe que tout soit faux , la répétition de “la lutte contre l’étalement urbain” et du logement pour tous permet de disqualifier la contestation.

A l’Ile verte la pétition pourtant bienvenue risque de rejoindre la cohorte de celles qui se sont succédées dans tous les quartiers et se heurtent à cette dialectique folle. Seule la contestation des fondements de cette politique peut changer la donne.

A.CARIGNON ET LA SOCIÉTÉ CIVILE PROPOSENT UN MORATOIRE SUR LA BÉTONISATION

La Société civile avec Alain Carignon propose un moratoire de la bétonisation de la ville qui stopperait ce projet et les autres ( 1000 HLM à Flaubert!) afin de faire un état des lieux sur les besoins en espaces verts, sportifs de loisirs, les écoles et de se fixer des objectifs quantifiés de sortie de la pauvreté des 5 quartiers déjà sous le seuil. Cette éthique de responsabilité s’oppose au tout béton municipal dont le seul objet de créer des Bantoustans électoraux.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *