PANIQUE EN PIOLLAND : STATIONNEMENT, TRAVAIL le DIMANCHE…

Qui a dit que les cyclistes consommaient plus que les automobilistes ? Qui a dit qu’il ne voulait plus de voitures en ville ?  Qui a dit que les tarifs élevés du stationnement avaient pour objet de favoriser la rotation des véhicules en faveur du commerce ? Qui a fermé la dernière entrée de Grenoble ? Qui a supprimé des centaines de places de stationnement en 4 ans (après 4000 places en surface supprimées par la municipalité Destot en 10ans) ? Qui va encore supprimer 800 places d’un seul coup à l’esplanade ?

LE DÉSASTRE ÉCONOMIQUE DE SA POLITIQUE S’AFFICHE PARTOUT

Acculé, vilipendé, alors que le désastre économique de sa politique éclate par le chômage, la baisse de la valeur des biens, Eric Piolle vient de décider que le stationnement serait gratuit en décembre de 17 à 19 h !

Mesurette prise sans concertation réelle, dans l’affolement le plus complet, afin d’essayer de calmer la colère. Ça ressemble à Emmanuel Macron qui voudrait créer une subvention pour payer les taxes qu’il crée.

PAS DE NATURE à DÉBLOQUER LES FREINS à L’ATTRACTIVITÉ

Car dans une ville dans laquelle il interdit d’entrer et ou il supprime massivement le stationnement il est évident que la gratuité du stationnement en fin de journée n’est pas de nature à débloquer les freins à l’attractivité qu’il a lui même mis systématiquement en place. On imagine que cette plage horaire s’adresse aux employés qui pourraient ainsi faire leurs courses mais ceux-ci sont déjà organisés dans la journée.

POURQUOI LA ZONE de CHALANDISE EXTÉRIEURE à GRENOBLE NE VIENT PLUS ?

Les clients du pourtour de l’agglomération, eux, ne peuvent pas accéder au centre ville du fait du plan de déplacement urbain anti voiture. Aussi peut-on se poser les vraies questions, pourquoi la zone de chalandise extérieure au cœur de Grenoble ne vient plus ? La réponse est multiple et hiérarchisée : insécurité, difficulté à pénétrer le centre ville, insalubrité, expérience sensorielle désastreuse…

LES RÉPONSES SONT CONNUES

Les réponses sont pourtant connues. L’insécurité?  la vidéoprotection déployée sur tout le territoire 24 h sur 24, le doublement des effectifs de police municipale et nationale, une collaboration entre le parquet, la préfecture, la police et le maire, la chasse aux délinquants logés par la ville elle-même, l’arrêt de la bétonisation…

MIEUX REPARTIR LA VOIRIE ENTRE LES DIFFÉRENTS USAGES

Comment gérer les déplacements en ville ? mieux répartir la voirie entre les différents usages, créer une fluidité sur les boulevards par le travail de la vitesse optimale et la gestion des feux, mettre en place un contournement complet le la métropole, réduire les temps de trajets en transport en commun…
RECRÉER UN GRENOBLE AGRÉABLE ET SUR
Comment nettoyer la ville ? Chasse aux tags absolue avec tous les tags sans discrimination sur la voie publique traités en moins de 48h. Un plan de nettoyage dense, rigoureux, une voirie repensée sur chaque restructuration pour une meilleure efficacité. Un embellissement de l’espace public avec beaucoup  d’arbres, plus de point d’eau, plus de promenade. Bref recréer un Grenoble agréable et sûr où l’on aura plaisir à flâner.
LA MUNICIPALITÉ VEUT GAGNER du TEMPS
De cela la municipalité ne veut pas. Elle veut juste gagner du temps, cherche à calmer cette colère. Ce qui démontre au passage à tous les timorés qu’affronter en face cette politique finit par contraindre et fait bouger les lignes.
E.PIOLLE “SUSPENS LE REPOS DOMINICAL 3 DIMANCHES”
L’arrêté d’Eric Piolle autorisant à travailler 3 dimanches de décembre va également dans ce sens. Le chantre du travailler autrement avec son ami Pierre Larrouturou et de la décroissance obligatoire a signé en effet un arrêté qui “suspens le repos dominical” pour tous les établissements de commerce de détail les 9,16 et 23 décembre.
Si avec ça il reste des électeurs à Eric Piolle c’est bien qu’ils n’auront pas tout compris.
E.PIOLLE NE MODIFIE EN RIEN SES FONDAMENTAUX
Ces décisions prises dans la panique ne vont malheureusement rien résoudre des malheurs qui affectent Grenoble : Eric Piolle ne modifie en rien ses fondamentaux même s’ils les délégitime totalement en reconnaissant par ses mesures d’urgence qu’ils affectent gravement le développement de la ville.
SEUL UN RÉFÉRENDUM ÉTAIT LÉGITIME
En même temps qu’il reconnait qu’il a tout faux, il se refuse à en tirer les véritables conséquences et à changer de politique. Comme le propose Alain Carignon et la société civile tous les acteurs de la ville auraient du avoir été mis autour de la table pour décider dune consultation référendaire des grenoblois sur l’avenir de Grenoble. La municipalité ne dispose en effet d’aucune légitimité pour l’engager sur un temps si long.
En la refusant, Eric Piolle transforme l’élection municipale prochaine en référendum et ses décisions de décembre 2018 fournissent un argumentaire supplémentaire à tous les grenoblois qui veulent lui répondre “non”.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *