L’UN SE MASTURBE DEVANT UN MAGASIN, L’AUTRE DÉFÈQUE AU CENTRE VILLE

La ville apaisée fait des progrès. Chaque jour la vie quotidienne des grenoblois se dégrade à un point inimaginable dans une grande Métropole. Et il ne s’agit pas des “quartiers” mais bien du centre ville. L’espace public de la ville à l’abandon occupé par des bandes avinées a produit un climat détestable.

Les poubelles qui débordent installées en plein aprés-midi, la malpropreté et l’insécurité endémique produisent un climat anxiogène et une ville à l’image répulsive.

PENDANT CE TEMPS LES ÉLUS S’OCCUPENT DE CARIGNON

Au lieu de passer à l’action la municipalité Piolle multiplie les opérations politiques et ressort ses procédés d’hier ou d’avant hier. Raymond Avrillier, Véronique Vermorel, Lucille Lheureux, Fabien Malbet et quelques autres sont concentrés sur… Alain Carignon!  Ressortant leurs rengaines et oubliant que les questions judiciaires vont se poser. Mais pour eux. Que diront ils une fois Eric Piolle mis en examen ?

“LE MATIN C’EST MOI QUI NETTOIE”

Une commerçante de la rue Duployé nous adresse les images d’un individu venu se masturber contre sa vitrine. Dans un lettre à Eric Piolle elle explique : “Sachez que je ne trouve rien d’amusant ou plaisant à constater qu’un homme vienne se branler la queue devant la vitrine de mon commerce pour ensuite éjaculer et essuyer sa queue sur la vitre . Car le matin c’est moi qui nettoie la vitrine.

“Les raisons de cet acte sont plutôt évidentes : la présence des prostituées autour et dans le square Saint Georges, le racolage, l’exhibition de leur acte sexuel sur la voie publique  « atteinte à la pudeur » pour certains, mais plaisir de détraqués mentaux ou voyeur…..

“Quoi qu’il en soit cela nous attire quotidiennement une population non désirée au-delà d’autres désagréments”

Et d’ajouter :

Vous n’avez aucunes excuses à me donner, je viens de vous citer trois faits  répréhensibles par des textes de loi française :

-le racolage sur la voie publique est un délit 

Article 225-10-1 Créé par Loi 2003-239 2003-03-18 art. 50 2° JORF 19 mars 2003  Le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3 750 euros d’amende.

“L’EXHIBITION SEXUELLE EST PUNIE”

 -l’atteinte à la pudeur est punie  Loi n°92-1336 du 16 décembre 1992 – art. 372 (V) JORF 23 décembre 1992 en vigueur le 1er mars 1994 Toute personne qui aura commis un outrage public à la pudeur sera punie d’un emprisonnement de trois mois à deux ans, et d’une amende de 500 F à 15000 F [*sanction, durée, montant – taux résultant de la loi 85-835 du 7 août 1985*].

-l’exhibition sexuelle est punie  Article 222-32 L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

«Le droit pénal ne peut, en principe, intervenir dans le domaine des pratiques sexuelles consenties qui relèvent du libre arbitre des individus C’est donc seulement dans le cas où la prostitution s’exerce de manière à porter atteinte à d’autres droits, que le législateur est compétent » Maître Alexandra Hawrylyszyn”

HABITANTS, ENFANTS de L’ÉCOLE ELYSÉE CHATIN…

Enfin elle explique : “je ne vais pas aller par 4 chemins pour vous ré-affirmer mon  ras-le- bol  de ce qui se passe quartier des grands boulevards et de la capuche. Rien de concret n’est entrepris par les instances publiques. Aujourd’hui c’est moi qui vous parle, mais il y a tous les autres, habitants du quartiers, clients des commerces de ce quartier, mes clients, mes employées, mes enfants et les enfants des autres. Le square public Saint Georges est un square adapté aux enfants de l’école primaire républicaine Elysée Chatin ;

“Il n’a pas été créé et n’est pas entretenu par les services publics pour des prostituées (certainement sans papiers) et des malades mentaux…”

GRENOBLE : DES TAUX de PAUVRETÉ et de CHÔMAGE QUI CRÈVENT LES PLAFONDS

Depuis lors grâce à une action vigoureuse et une surveillance accrue elle a réussi à faire arrêter cet exhibitionniste. Mais jusqu’à quand et pourquoi Grenoble accumule t-elle les problèmes avec des choix de peuplement qui aboutissent à une ville non maîtrisable ?

Elle a déjà un taux de pauvreté de 7 points au dessus de la moyenne départementale, un taux de chômage de 5 % au dessus de la moyenne départementale, la plus forte baisse Nationale de la valeur des biens : jusqu’où Eric Piolle veut il faire descendre Grenoble ? Pourquoi continuer  bétonner avec 50 % de HLM avec des attributions de logement irresponsables ?

UNE PERSONNE DÉFÉQUAIT PRÉS de SON VÉLO rue PHILIS de la CHARCE

Un habitant de la rue Philis de la Charce nous avait adressé cette photo d’une personne qui déféquait prés de son vélo dans un jardinet de la ville devant tout le monde. Est-ce que les Rouge/Verts n’ont pas perdu la tête ?

CONDUIRE UNE POPULATION DANS LA NUIT D’UNE FORME de BESTIALITÉ

Le respect de la nature ne devrait pas signifier le recul de la civilisation : la ville, depuis toujours,  a été la lumière, le brassage, la culture , la fin de l’isolement et de la consanguinité. Au propre et au figuré la municipalité semble conduire une population entière à nouveau dans la nuit d’une forme de bestialité que les grenoblois récusent au plus profond d’eux mêmes.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

6 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *