CITE MISTRAL : LES ARBRES VONT DISPARAITRE AUSSI

A Mistral aussi les arbres vont tomber. Eric Piolle ne voit pas pourquoi tous les quartiers ne seraient pas logés à la même enseigne. . «L’abatta­ge des arbres va accentuer la pollution de l’air. Quand on connaît le temps qu’il faut pour faire pousser un arbre »ont déclaré Karim Kadri et Jean-Paul Merlo respectivement Président et vice-Président de l’Union de Quartier Mistral (DL du 2/10/18).

“LE POUMON DU QUARTIER, FOURNISSEUR D’OMBRE” VA DISPARAÎTRE

Dans le cadre de la «rénovation «  du quartier l’abattage programmé de la frange verte et de tous les arbres de la rue Albert Thomas sucsite un fort mécontentement : , « le poumon du quartier, fournisseur d’ombre lors des grandes chaleurs » qui précédera la suppression totale de la rue principale du quartier, s’alarme l’union de quartier. « Cette suppression exprime toute la brutalité de ce projet urbain», ajoute telle sur Place Gre’Net.

PARTOUT LES ARBRES SONT UNE VARIABLE D’AJUSTEMENT

Partout dans la ville les arbres sont une variable d’ajustement au lieu d’être sanctuarisés dans les projets. Les grenoblois ont constaté cela bd Gambetta, quai de France, piscine Jean Bron, rue Hébert, rue Lesdiguières, place Victor Hugo, cours de la Libération, square Silvestri… et demain parc Hoche, à l’esplanade ou 140 platanes attendent confiants leur abattage.

Le cumul du dogmatisme (une priorité au bétonnage sans prendre en compte d’autres facteurs) et de la prise du pouvoir par la technostructure  (pendant que les Rouge/Verts conduisent leurs débats fumeux elle avance) produit ces résultats qui défigurent la ville et compromettent un peu plus la lutte contre la pollution.

LA BARRE DUBEDOUT NE SERA PAS ABATTUE EN 2019

A Mistral les effets ne concernent pas seulement les arbres. Les représentants des habitants soulignent le peu de considération dans laquelle ils sont tenus. Ils apprennent par la presse les décisions qui sont prises les concernant. Ainsi par exemple la barre Dubedout de la rue Anatole France aurait du être détruite au printemps, puis annoncée pour novembre et maintenant repoussée à … 2019. Or « Depuis les démolitions des barres Strauss en 2004 il n’y en a pas eu d’autres» souligne l’Union de Quartier.

Or la barre Dubedout vide est une friche urbaine qui pollue visuellement le quartier mais pas seulement visuellement : repère des rats , détritus, véhicules à la casse… Tout élu qui habiterait le quartier aurait exigé depuis longtemps qu’on en finisse.

P.PAYRARD (ACTIS) “LES HABITANTS SONT DEMANDEURS et SE PLAIGNENT”

Face à ces constatations de bons sens, Eric Piolle Président d’Actis fait comme à son habitude. Il envoie en première ligne Pierre Payrard, «  directeur du développement du patrimoi­ne «  chez Actis qui semble se complaire dans ce rôle politique de pourfendeur des grenoblois. Ils disent en effet n’importe quoi selon lui : « Les habitants sont souvent demandeurs de changements, ils se sentent abandonnés et quand on en­gage des actions, ils se plai­gnent du bruit et de la pous­sière,». (DL du 2/10/18) Ils ne comprennent rien à leur sort en somme.  Ou bien c’est parce qu’ils sont en campagne électorale qu’ils expriment un mécontentement : « Je veux bien qu’on soit en pleine période électorale pour les représentants des locataires mais il faut rester sérieux »(Place Gre’Net). C’est pourtant à lui d’être «sérieux »  puisqu’il n’a pas à faire à une association de locataires en campagne, mais à une Union de Quartier.

E.PIOLLE SE PLANQUE DERRIÈRE UN CADRE D’ACTIS…

Ce M.Payard est sur tous les fronts pour mâter les récalcitrants : on l’a vu sur la presqu’ile avec l’immeuble Polaris, à Beauvert ou il a manié le bâton … comme si Eric Piolle n’était pas président d’Actis. Quand les Rouge/Verts mettent en cause les décisions d’une entreprise, à notre connaissance, ils ne s’adressent pas à un cadre intermédiaire ? En démocratie ce sont les élus qui rendent des comptes.

… IL NE PEUT PAS DÉFENDRE SA POLITIQUE

Pourquoi le Grand Timonier si peu avare de Sa Parole, qui distille ses fulgurances sur l’avenir de la planète urbi et orbi, refuse t il de répondre aux locataires de Mistral et d’ailleurs dont il est le patron ? Sinon parce que bien conscient que sa politique fait fi de toute considération humaine dans son application. Et qu’il ne peut pas la défendre. Contrairement à ce qu’ils pensent ça ne valorise pas ceux qui jouent ce triste rôle à sa place.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *