AGISSONS ENSEMBLE POUR LA SANTÉ DES PERSONNES

L’expo-photos « A contre emploi » (un autre regard sur le chômage) à Grenoble a lieu à La Source 8 rue F Taulier du 18 octobre au 6 novembre. Elle va permettre une belle visibilité pour faire connaître l’association Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC). Cela permettra aussi de mettre en lumière le rapport que SNC vient de remettre aux pouvoirs publics. SENSIBILISER L'OPINION à la PROBLÉMATIQUE de la SANTÉ des CHERCHEURS D'EMPLOI Chaque année, entre  10 et 14 000 décès sont imputables au chômage. Pourtant ce sujet reste ignoré dans notre pays. Face à cet enjeu de santé publique, l'association nous demande de l'aider  à faire connaître cette problématique. Pour elle effet  "la mobilisation citoyenne est indispensable pour appuyer les actions de plaidoyer de Solidarité Nouvelles face au Chômage et nous allons tout mettre en œuvre pour faire entendre ce vécu douloureux des personnes au chômage."  Elle souhaite  "sensibiliser l’opinion publique à la problématique de la santé de chercheurs d’emploi"  afin de permettre "une avancée indéniable en faveur des personnes au chômage." GRENOBLE : UN TAUX de CHÔMAGE de 4 % SUPÉRIEUR à la MOYENNE Nous y participons volontiers d'autant que la municipalité Piolle a mis notre ville dans une situation particulièrement difficile sur le front du chômage : Grenoble a perdu des centaines d'emplois dans le commerce, les services, l'artisanat avec les mesures annoncées et prises qui ont asphyxié la ville et donné d'elle une image répulsive. La Chambre Régionale des Comptes vient de révéler que le « taux de chômage est de 15,7 % à Grenoble  contre 11,6 % dans l’Isère et 15 % de la population déjà dans les quartiers prioritaires. » LA CLASSE MOYENNE APPAUVRIE De plus : « la médiane du revenu disponible dans l’Isère est de 21 407 € contre 19 882 € à Grenoble et le taux de pauvreté 18,6 % contre 11,3 dans l’Isère ». C'est une paupérisation générale de la ville qui a été mise en oeuvre puisque la classe moyenne basse est en difficultés aussi avec la forte baisse de la valeur des biens dans tout le sud de la ville qui l'appauvrit fortement en " l'assignant à résidence" ce qui doit avoir des conséquences psychologiques et sur la santé aussi.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *