ILE VERTE : ALERTE AU BÉTONNAGE INTENSIF

Le projet de construction d’un immeuble pouvant atteindre une hauteur deux fois supérieure à celle des habitations environnantes émeut fortement les habitants du quartier de l’Île verte de Grenoble” explique le site d’information Place Gre’Net.

Ce quartier est complètement défiguré par le Plan Local d’Urbanisme (PLU) “oeuvre” commune  des élus PS/PC et Verts/Ades grenoblois. Il a été élaboré par Pierre Kermen alors Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme de M.Destot et n’a jamais été remis en cause depuis. Au contraire au fil du temps ce plan catastrophique gagne en ampleur si once ose dire.

L’ILE VERTE : UN QUARTIER QUI DOIT ÊTRE ” NORMALISÉ” 

L’Ile Verte -comme son nom l’indique- avait un caractère particulier, un habitat diversifié, des villas et une densité faible mais prenait sa part de la solidarité. Les élus ont décidé de gommer ces spécificités de manière brutale de façon à normaliser le quartier : HLM, bétonisation, privation du soleil et de la vue sur les montagnes ont petit à petit raison des récalcitrants. L’opposé des engagements de Vincent Fristot le successeur (Verts/Ades) de Pierre Kermen lequel pantoufle désormais à la direction générale de la SEM Innovia casé par Eric Piolle. Car cette bétonisation n’a pas d’inconvénient pour tout le monde; Elle est productrice d’emplois pour les intéressés.

” UN IMMEUBLE de 9 ÉTAGES DANS UNE ZONE INONDABLE?” 

Dans une pétition lancée en ligne, les riverains demandent à Éric Piolle de surseoir au permis de construire qui sera déposé, au nom des « principes de bonne insertion architecturale, paysagère et urbanistique ».

« Un immeuble de neuf étages dans une zone inondable ? » s’interroge une habitante du quartier Île verte  selon Place Gre’Net. Il serait construit à proximité du croisement avec la rue Lachmann  au niveau du 25 quai Jongkind. Il s’agirait de caser… 8 logements dans un immeuble aiguille de 9 étages. La municipalité débloque.

FACE à L’ISÉRE LE PLU PERMET de MONTER à 30 MÉTRES de HAUTEUR 

Le projet de construction exploiterait le Plan local d’urbanisme  (PLU). Ses détracteurs imaginant que ce sont des failles alors qu’il s’agit de possibilités laissées volontairement par la plan des élus Verts/Ades. Ainsi un immeuble situé en face de l’Isère permet une construction pouvant atteindre jusqu’à 30 mètres de haut.

LE SECTEUR BLANCHE MONNIER A ÉTÉ DENSIFIÉ MASSIVEMENT

Déjà la rue Blanche Monnier et tout le secteur a été densifié massivement supprimant le soleil et la vue aux villas. Personne n’a osé bouger tant la pression est forte. La rengaine sur les 14 000 demandeurs de logements ( chiffre qui ne varie jamais…) a pour objet de culpabiliser les grenoblois.Ainsi le travailleur de la classe moyenne qui a réussi à s’autonomiser et à se créer un cadre vie acceptable doit accepter de perdre ce dernier au nom de l’absorption d’une population à accueillir. Sans jamais s’interroger sur les effets en cascade y compris sur la pollution, sur  la disparition de la diversité des habitats et des niveaux de vie qui seuls, permettent l’intégration par le haut.

LES ME d’ESPACES VERTS PAR HABITANT SONT TOMBÉS à MOINS de 12 ME EN 25 ANS 

L’Ile Verte est l’un des derniers champs de la ville a normaliser. Partout ailleurs les ilots de diversité ( cours de la Libération ...) disparaissent et demain avec les opération Esplanade, Flaubert, Berriat dans la continuité de Villeneuve, Vigny-Musset, La Presqu’ile…. c’est bien toute la ville qui sera bétonnée.

Le rouleau compresseur avance comme ce fut le cas avec la municipalité Destot ( 6000 logements nouveaux construits dans le dernier mandat, aucune variation sur le nombre de demandeurs,  mais  Grenoble est tombée à moins de 12 M2 d’espaces verts par habitant contre 48 à la moyenne des grandes villes selon le classement de l’UNEP). Sur la presqu’ile , nouveau quartier, il n’y aura plus qu’un M2 par habitant!

LE BÉNÉFICE des 20 HECTARES de PARCS et JARDINS de la MUNICIPALITÉ CARIGNON ANNULÉ

Alors que les municipalités Carignon ont créé une vingtaine d’hectares de parcs et jardins (Pompidou, V.Perrin, Marliave, Alliance, Genin, Lavalette, les 5 hectares ajoutés au parc Bachelard…)  ses successeurs qui prétendent lutter contre la pollution n’ont eu de cesse de faire perdre ce bénéfice en oxygène.

A Hoche le plan local d’urbanisme a permis de vendre une partie du parc à un promoteur pour construire un hôtel. Dans une parfaite continuité la municipalité Piolle va le bétonner un peu plus : nos phares de l’occident qui ont construit … 1 200 nouveaux logements entre de Bonne et rue Hoche n’ont pas prévu les écoles. Il faut donc réduire encore le parc.

SANCTUARISER les PARCS, LIMITER LES HAUTEURS dans TOUTE LA VILLE, CESSER la BÉTONISATION

Alain Carignon et les collectifs qui travaillent avec lui veulent sanctuariser les parcs dans le plan d’urbanisme afin qu’ils soient intouchables et recréer des jardins ( place Vaucanson, en lieu et  place de la maison du Tourisme, places Achard, de Metz…). Ils veulent créer une limitation de hauteur dans toute la ville. Afin de mettre fin à cette folie bétonnière qui a pour seul objet de créer des réservoirs électoraux.

Il est paradoxal d’ailleurs que certains  “bobos” qui n’avaient pas vu les véritables objectifs de cette politique l’aient soutenue. D’autres se sont laissé abuser par des gadgets qui les occupent tels les ” budgets participatifs”. Pendant qu’ils sont mobilisés  à débattre de propositions à la marge  la municipalité peut dérouler implacablement ses politiques de fond.

Comme les grenoblois ils en sont  les victimes parce que le déséquilibre de la ville et sa paupérisation ne constituent un progrès pour personne.

Source : article Des habitants de l’Île verte à Grenoble s’opposent à un projet d’immeuble pouvant atteindre neuf étages | Place Gre’net – Place Gre’net

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *