CONTOURNEMENTS : LIBÉRER GRENOBLE DU TRANSIT

Comme le Dauphiné Libéré (8/5/18) l’a rappelé Alain Carignon est le mieux placé pour traiter des questions d’attractivité de l’agglomération. C’est lui qui a fait réaliser l’autoroute Grenoble-Valence bloquée 20 ans  -il a même signé la Déclaration d’Utilité Publique comme Ministre- c’est lui qui a fait inscrire l’autoroute Grenoble-Sisteron puis fait démarrer les travaux lorsqu’il était à nouveau au gouvernement.

Malheureusement les Députés socialistes de l’Isère (M.Destot, A.Vallini, D.Migaud…) ont accepté que cette dernière soit sacrifiée sur l’autel d’un accord de gouvernement avec les Verts en 1997 afin que Dominique Voynet entre au gouvernement. Ils s’assuraient en même temps les suffrages des Verts locaux sacrifiant le développement économique.

BORDEAUX, NANTES, LYON ONT PROGRESSÉ : GRENOBLE EST DEMEURÉE INERTE 

Depuis l’arrêt des travaux de l’autoroute Grenoble-Sisteron au Col du Fau en 1997 la gouvernance commune de l’agglomération entre la gauche, les Verts et leurs alliés repose sur cet immobilisme. Bordeaux, Lyon, Nantes… partout ailleurs les Métropoles se sont battues pour améliorer leur desserte. Grenoble est demeurée inerte .

GRENOBLE : LA 6 ème VILLE LA PLUS EMBOUTEILLÉE de FRANCE 

Grenoble en est à traiter laborieusement de l’élargissement de A 480 devenu le 7 eme bouchon national et de la fluidité de l’échangeur du Rondeau devenu le 5 ème bouchon national!  Leur situation pourrait être améliorée en… 2022 si les élus Verts/Ades, ossature de la municipalité Grenobloise,  ne multiplient pas les recours. Selon l’étude INRIX,  en 4 ans de municipalité Piolle Grenoble est passée de la 10 ème ville la plus embouteillée de France à la 6 eme ! Bonjour les dégâts en matière de pollution.

GRENOBLE/SISTERON EST LE LEVIER DU TUNNEL NORD/SUD

Les collectifs de citoyens qui travaillent avec Alain Carignon situent leurs ambitions à une autre niveau. Il s’agit ni plus ni moins de re-qualifier l’agglomération dans la compétition et de traiter le transit au niveau Européen.

En effet par contagion de la médiocrité ambiante beaucoup se sont résolus à ne pas achever Grenoble-Sisteron afin d’éviter de créer un nouveau bouchon Nord/Sud  à Grenoble. Or , au contraire, rappelle Alain Carignon,  l’achèvement de Grenoble-Sisteron est le levier de  la création d’un tunnel Nord/sud.

ARGENT PUBLIC AUX TRANSPORTS COLLECTIFS, ARGENT PRIVÉ AUX INVESTISSEMENTS ROUTIERS

L’Europe, l’Etat Français, les sociétés d’autoroutes qui désirent débloquer la vallée du Rhône et faciliter l’accès des Européens du Nord au Sud sont en capacité de financer ce tunnel avec un péage aux usagers. Le DL rappelle encore qu’Alain Carignon avait “obtenu la garantie de la réalisation de ce tunnel” en 1994.

D’ailleurs les collectifs rappellent clairement les principes sur lesquels reposent leurs options : “pour nous les investissements publics doivent être réservés aux transports collectifs, au ferroviaire, au développement des voies cyclables et aux circuits sécurisés pour les piétons. Les financements privés doivent être affectés aux investissements routiers.” 

UN TUNNEL à PÉAGE ENTRE MEYLAN et A 480 

Pour l’Est-ouest  ils proposent  “le lancement d’un appel d’offres international par l’agglomération grenobloise pour la réalisation d’un tunnel à péage entre Meylan et ce nouveau tunnel Nord/Sud.” 

Sans traiter du transit il est impossible de libérer Grenoble de l’asphyxie automobile. De plus c’est rayer la ville de la carte de l’attractivité en la rendant de plus en plus répulsive.

PRÉSERVER UNE VILLE-JARDIN ACCESSIBLE et ATTRACTIVE 

La nouvelle donne doit ainsi permettre de développer les modes doux de déplacements en interne, de créer une ville-jardin avec des accès multiples maitrisés. D’ou la proposition de réaliser un vaste parking souterrain sous les places Vaucanson et Dr Martin afin de réaliser un jardin au lieu et place des voitures qui stationnent en surface.

Les solutions apportées par les collectifs de citoyens et Alain Carignon sont à la hauteur des enjeux. Elles suscitent un large intérêt parmi les agents économiques au moment ou l’agglomération souffre. C’est aussi la bataille de l’emploi qui se joue. Grenoble peut et doit redevenir une ville positive.

Prochainement : Ferroviaire, les ambitions des collectifs de citoyens et d’Alain Carignon

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *