GRENOBLE DEVENUE LA 6 ÈME VILLE LA PLUS EMBOUTEILLÉE

Les commerçants grenoblois remontés contre l’impact du nouveau plan de circulation du centre ville. L’association “Grenoble à coeur” dénonce une présentation trompeuse de la part de la ville et de la Métro” a lancé Jean-Christophe Solari en ouvrant le journal de France 3 résumant bien la situation.

En effet le collectif qui regroupe  4 Unions de Quartiers et 15 Unions Commerciales a publié ses données. C’est peu dire qu’elles rejoignent le ressenti exprimé par la population au lendemain des fake news lancées par Eric Piolle et ses obligés (Christophe Ferrari, Guy Jullien, Yann Mongaburu) . Le “Dauphiné” avait reproduit sur une page des réactions peu amènes.

AUGMENTATION des EMBOUTEILLAGES AUX HEURES de POINTE :+ 10,2 %

Le tableau publié et repris par le site de France 3 est éclairant sur la réalité des embouteillages créés que nient les élus : l’augmentation de +8,4% qui est cité inclut les relevés de nuit et toutes les routes. Par contre aux heures de pointe elle est de + 10,2%.<

Mais surtout Inrix la société qui fait référence dans l’étude mondiale des trafics est accablante pour Eric Piolle : Grenoble est devenue en 8 mois d’application de son plan la 6 ème ville la plus embouteillée de France. Elle a “gagné” 4 places Michel Destot n’ayant réussi qu’à la hisser à la 10 ème place ce qui était déjà un beau succès pour les bouchons

GRENOBLE à COEUR : “LE CENTRE VILLE EN ÉTAT d’ALERTE”

Il n’est d’ailleurs pas illogique que comptant également les 5 eme ( rocade sud) et 7 eme ( A 480) bouchons Français , ajoutant la fermeture de Grenoble, les reports de circulation produisent des accroissements d’embouteillages et de pollution.

D’après Inrix, le temps passé par les Grenoblois dans les bouchons aurait ainsi bondi de 8,4 % (DL du 21/4/18) ; Pour le collectif  « Le centre-ville est en état d’alerte, pas de quoi avoir le smile » qu’avait revendiqué Eric Piolle qui n’a pas de facture à, payer, des charges qui augmentent et un chiffre d’affaire qui baisse.

Me Bernard BOULLOUD PORTE le FER SUR LE TERRAIN JUDICIAIRE

Face à ces incohérences Me Bernard Boulloud l’avocat du collectif a indiqué que le dossier était aussi porté sur le terrain judiciaire. Sur France 3 l’avocat a judicieusement rappelé que la fermeture des voies sur berges de Anne Hidalgo la Maire (PS) de Paris avait été annulée pour étude d’impact insuffisante.

E.PIOLLE A REFUSÉ TOUTE ETUDE D’IMPACT PRÉALABLE 

A Grenoble Eric Piolle a refusé toute étude d’impact préalable permettant de mesurer les effets économiques, environnementaux, sur les déplacements,  de décisions aussi importantes. Les Rouge/Verts grenoblois ont imposé leurs dogmes sans prendre en compte aucune réalité, sans introduire un brin de pragmatisme, sans étudier aucune alternative.

LES PROPHÉTIES RIDICULES de Y.MONGABURU (Verts/Ades)

Avec les déplacements les élus vivent dans la culture du petit livre rouge de Mao et de la révolution culturelle du changement de comportement contraint afin d’assurer le bonheur d’après demain. Cette culture d’essence totalitaire qui a fait tant de dégâts.On se rappelle des prophéties ridicules de Yann Mongaburu (Verts/Ades)  sur les 120 000 déplacements en 2030 sur la presqu’ile -contre 50 000 aujourd’hui- sans un déplacement voiture supplémentaire. On ne peut déjà plus stationner dans le quartier qui va compter 15 000  habitants.

LES ROUGE/VERTS ONT TROMPÉ LES GRENOBLOIS 

Au fur et à mesure ces données son partagées :  la société civile s’exprime et les associations libres prennent la parole ;  la municipalité Piolle est ramenée à son étiage : celui d’un groupuscule qui a fait un coup en 2014 en cachant son identité, en faussant la sincérité du scrutin , en alignant un catalogue “d’engagements” permettant de tromper le citoyen comme un consommateur

Les conséquences économiques sont telles que beaucoup ont du mal à tenir encore deux ans. Il est essentiel que ceux qui préparent sérieusement l’alternance redonnent l’espoir par des solutions concrètes et rapidement applicables afin que tous les grenoblois épuisés demeurent debout jusqu’à la fin de cette parenthèse.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *