ICI C’EST GRENOBLE : “C’EST DIFFICILE AVEC LES VERTS” SELON LES LYCÉENS

Même les lycéens s’en mêlent. Depuis quelques jours, un clip agite les réseaux sociaux et affole les compteurs. The Flug, un groupe de trois lycéens grenoblois, a sorti un morceau intitulé “Ici c’est Grenoble”. Cet hymne à la capitale des Alpes a déjà été visionné près de 20 000 fois sur YouTube et 200 000 fois sur twitter. (DL du 15/4/18).

Enfin de l’air frais, du positif et le Grenoble que nous aimons tous.

« Au cœur des montagnes, Grenoble c’est la ville où tout le monde passe mon gars

« Si t’y es jamais allé, tu rates un monde entier ne rage pas

« Napoléon Bonaparte, Jean-Jacques Rousseau et surtout Stendhal

« Ont dormi dans nos murs, ont dit que la ville était géniale… » scandent Ulysse, Gabriel et  L.

Ils ont fait le choix du rap « un très bon genre pour débiter un maximum d’informations » selon Gabriel, fan de Nekfeu. Les lycéens mentionnent aussi le youtubeur Mister V, originaire de Grenoble. Du beau travail.

L’IDÉE d’UNE CHAPE de PLOMB MUNICIPALE

Et oui Grenoble est un bijou, la ville à des atouts, devrait briller plus que tout. Mais voilà même les lycéens expriment à leur façon l’idée de cette chape de plomb que la municipalité fait peser sur les grenoblois. Même s’ils dansent et chantent leur ville, ils ressentent le dogmatisme et les énergies bridées au nom de dogmes dépassés.

« On pourrait avancer mais c’est difficile avec Écologie Les Verts » dit le texte des trois lycéens qui se fréquentent depuis la seconde et ont arpenté Grenoble tôt le matin pour réaliser leur clip.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE A COMMIS UNE FAUTE de VANITÉ 

Quel que soient les âges, les CSP,  les quartiers, le constat est le même. La com’ Piolle hors du temps est emportée et n’y peut rien. Elle se heurte au plafond de verre de la réalité vécue, suscite le rejet même et aggrave son cas. Car si Grenoble, ses lieux fétiches que le texte énumère, son environnement font vibrer et méritent d’être partagés, le pouvoir local ne suit pas.

La municipalité a commis un péché de vanité, une faute majeure : au lieu de partir de la réalité pour tenter de convaincre de la justesse de ses solutions, elle plaque brutalement et arbitrairement son idéologie sur celle-ci.  Ce qu’Alain Carignon a très bien résumé dans son interview de Telegrenoble : « son arrogance idéologique lui aura été fatale » .

LE CLIP RAFRAICHISSANT NOUS FAIT RÊVER AU TEMPS du FOISONNEMENT CULTUREL

A sa manière le clip rafraichissant « Ici c’est Grenoble » nous fait rêver au temps du foisonnement culturel de la ville de la période Carignon que ces lycéens n’ont pas eu la chance de connaître, ce temps où tout était donné comme possible à Grenoble, quand le Maire était un animateur, un passeur d’énergies, enthousiaste des initiatives des autres et pas admirateur de son nombril, estimant que ses idées sont l’alpha et l’oméga de la planète d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

LE SENTIMENT D’APPARTENANCE à UNE COLLECTIVITÉ

Dans leur spontanéité et leur attachement visible à leur ville, même si demain ils seront ailleurs, ces lycéens révèlent quelque chose de fort : le sentiment d’appartenance à une collectivité, les repères dont chacun de nous a besoin qui construisent une existence, l’importance de la ville, de ses lieux et de son histoire .

Ces supporters du GF38 démontrent aussi qu’ils ont besoin de fanion, de vibrer avec une équipe, de partager une ambition dans la compétition.

« C’EST DIFFICILE AVEC LES VERTS »

« C’est difficile avec les verts »parce que ce sont des portes fermées, une bureaucratie amplifiée, une complexification organisée afin que tout ce qui n’entre pas dans le dogme s’épuise hors des frontières du réalisable grenoblois.

Il est de plus en plus difficile pour la municipalité Piolle de maintenir la fiction qu’elle présente. Certes elle est légale mais  sans une once de légitimité désormais. La réponse des habitants et des commerçants aux chiffres indécents qu’elle avait annoncé sur l’économie de la ville, intervenant après toutes les dégelées reçues dans les quartiers, avait déjà sonné le glas de la parole des perroquets : C.Ferrari, Guy Jullien, Y.Mongaburu.

UNE JEUNESSE QUI N’EST PAS LA BIENVENUE DANS SA VILLE

Avec ce clip tourné à la Bastille ces trois lycéens apportent  à Eric Piolle la note qui manquait. Celle d’une jeunesse dont l’entendement a intégré ce message subliminal que dégagent toutes les décisions municipales : elle n’est pas la bienvenue dans sa ville.

Pour découvrir le clip de ces lycéens grenoblois rendez-vous sur www.youtube.com/watch?v=Zt2omBnY3WM&t=30s

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *