VIDÉO : C’EST BEAU UNE VILLE LA NUIT …

Un grenoblois habitant rue de Bonne nous adresse ces vidéos de Grenoble la nuit. Personne ne peut le nier : la ville est animée. Alors qu’Eric Piolle et Christophe Ferrari se lamentent sur le manque de civisme des Grenoblois dans le tri des déchets, il se trouve des volontaires qui se rendent  en voiture particulière pour effectuer chaque nuit des opérations de tri sélectif. Tandis que la Métro envisage de recruter 250 policiers pour vérifier le contenu et verbaliser les mauvais grenoblois…

La journée les mêmes se reposent au Kebab le plus proche. Au fond il s’agit d’une substitution “citoyenne” aux services publics défaillants Why not ? Mais pourquoi ne pas l’organiser de façon à ce que les riverains n’aient pas à subir les bagarres, les cris, le bruit et la saleté.

Bientôt aucune rue de Grenoble ne sera épargnée par une dégradation.Là les dealers, plus loin le racket, ailleurs les agressions à l’arme blanche, le caillassage des services publics. Chacun mesure l’évolution de la ville. Il ne s’agit de “stigmatiser” aucun de ces comportements marginaux qui sont le fruit d’une culture et de modes de vie. Mais simplement de remarquer qu’ils sont incompatibles avec une ville apaisée et un minimum de vivre ensemble. Les comportements tribaux ne doivent pas prendre les grenoblois en otages.

ÉVITER QUE LES COMPORTEMENTS MARGINAUX DEVIENNENT LA NORME 

Le devoir d’une municipalité – en particulier si elle les loge – est de leur fournir les clefs de l’intégration réussie. Cela passe par l’éducation et la sanction. L’obligation de scolarité des enfants plutôt que des les transporter la nuit dans ces opérations.

Le devoir d’un Maire, avec les moyens qui sont les siens, est de colmater à la base afin d’éviter que par capillarité ces comportements marginaux deviennent la norme imposée à une majorité impuissante ou révoltée. Qui tend à quitter la ville. 

Une cité -comme une Nation- ce sont  des règles de vie collective et un sentiment d’appartenance partagé. Grenoble dérive. La responsabilité incombe à ceux qui laissent faire, pas à ceux qui ne trouvant pas de résistance, reproduisent leurs moeurs et répètent ici leur mode de vie.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *