UNIVERSITÉ : DES MIGRANTS LIVRÉS AU CONTRÔLE de la POLICE ?

Hier soir un concert solidaire de soutien aux réfugiés s’est déroulé au  701 avenue centrale, à Saint-Martin-d’Hères .
En effet depuis le 5 décembre une soixantaine d’entre eux soutenus par des associations sont hébergés dans des locaux inutilisés du campus. Une solution transitoire proposée par l’Université Grenoble-Alpes (UGA), suite à l’occupation d’un amphithéâtre  par un collectif de réfugiés et militants.

LA GAUCHE UNIVERSITAIRE FRATERNELLE PART EN VACANCES le 23 DÉCEMBRE Mais toute la coalition qui dirige  l’Université,  Lise Dumas, Patrick Lévy, Jonas Costagliola  Président et Vice Présidents de la gauche généreuse et fraternelle a fixé au 22 décembre la date limite d’occupation de ces locaux vides, chauffés et inutilisés… C’est la date sacrée des vacances au delà de laquelle la solidarité s’arrête. Faut pas exagérer non plus.

P.LÉVY : “PAS QUESTION QUE QUELQU’UN SE TROUVE à L’INTÉRIEUR de L’UNIVERSITÉ”

Patrick Lévy le Président de l’UGA qui a évidemment mis en avant « les valeurs de solidarité » a trouvé ce local provisoire de 120 M2 pour les accueillir. Mais ces valeurs cesseront bientôt de recevoir une application concrète car  « le domaine universitaire doit fermer ses portes à Noël  et il n’est pas question  que qui que ce soit se trouve à l’intérieur de l’université pendant la fermeture ». ( DL du 6/12/17) 

P.LÉVY : «SI CHAQUE ACTEUR SE MOBILISAIT, ON POURRAIT TROUVER UNE SOLUTION » 

L’université fermée,  il n’est pas question de se relayer pour assurer la gestion minimale de ces migrants pour lesquels par ailleurs il faut tout faire pour  les recevoir tous. Patrick Lévy  ajoute même en toute tartufferie : «Mon impression c’est que si chaque acteur se mobilisait, peut être on pourrait trouver une solution… » (DL du 6/12/17) .

Le Préfet Lionel Beffre aligne les gymnases “grand froid” pour répondre à l’afflux mais les migrants -on les comprend- préfèrent un local qu’ils gèrent avec les associations qui ne demandent pas de comptes : d’ou ils viennent, leur situation avec les éventuelles … reconduites à la frontière.

L’UNIVERSITÉ APPELLE à la «RESPONSABILITÉ des ASSOCIATIONS » 

Mais les dirigeants de l’université qui se battent contre ces reconduites à la frontière potentielle ont par ailleurs signé un communiqué commun avec le Préfet chargé de les mettre en œuvre. Il rappelle -satisfaits-  le renforcement du dispositif hivernal en Isère, «  l’ouverture de 227 places supplémentaires » qui viennent s’ajouter aux 1 180 places d’hébergement d’urgence.

Le communiqué affirme que « l’urgence est désormais de permettre aux personnes logées actuellement dans les locaux de l’UGA de bénéficier du dispositif hivernal dans les meilleurs délais ». UGA et préfecture en appellent à la « responsabilité des associations »

« AUCUNE JUSTIFICATION POUR des MOTIFS HUMANITAIRES » 

Ce serait drôle s’il ne s’agissait pas de situations humaines dramatiques. Un double langage qui démontre une fois de plus que l’éthique de responsabilité justement n’est pas celle qui étrangle ces universitaires.  «tout maintien dans les locaux de l’université alors que le dispositif de mise à l’abri d’urgence n’est pas saturé ne trouve aucune justification par des motifs humanitaires. » ajoute même le communiqué. `

G.COLOMB: «  JE VEUX QUE LES DÉBOUTÉS du DROIT d’ASILE SOIENT ÉLOIGNÉES » 

Et les expulsions ? «  Je veux que les personnes déboutées du droit d’asile fassent sytématiquement l’objet d’une mesure d’éloignement » vient en effet de rappeler Gérard Colomb Ministre de l’Intérieur ( le Figaro du 15/12/17).

Il a produit une circulaire qui rappelle que les déboutés du droit d’asile n’ont droit à un hébergement que «pendant le temps strictement nécessaire à leur départ ou si leur situation relevait de circonstances exceptionnelles »

« LE CONTRÔLE DES IDENTITÉS ENTRAÎNE LA SUSPICION » 

Gérard Colomb a mis en place des équipes afin recenser les personnes reçues dans les gymnases et « en l’absence d’admission au séjour possible , une mesure d’éloignement devra être rapidement notifiée » . 

Les associations qui soutiennent les occupants des locaux universitaires listées par Place Gre’Net (la Tambrouille, la Patate chaude, Front social, Dal 38, RUSF, Cisem, Ada, Cimade, Médecins du Monde, Amnesty international, France insoumise, Solidaires étudiants, CNT, Unef, NPA Jeunes…) ne sont pas dupes :  « les gymnases ferment la journée, et le contrôle systématique des identités entraîne un climat de suspicion qui n’est pas souhaitable pour un public fragilisé qui a besoin d’un espace de vie stable ». 

P.LÉVY,L.DUMAS,J.COSTAGLIOLA LIVRENT les MIGRANTS au CONTRÔLE de la POLICE

En fermant le 22 décembre un local vide et chauffé , aux sanitaires extérieurs en bon état,  Lise Dumas, Patrick Lévy, Jonas Costagliola  livrent ces migrants au contrôle de la police qui aura la faculté de les raccompagner dans leur pays.  Tout ça pour sauvegarder leurs vacances. 

Ils pourraient s’associer à un autre Tartuffe, Stéphane Gemmani ( PS à la Région, LREM à Grenoble) qui vient d’écrire à Macron pour s’insurger contre la circulaire Colomb. Personne n’offre son appartement ou sa maison mais il faut accueillir tout le monde. 

UN TIERS des ALBANAIS ONT DÉJÀ QUITTÉ LEUR PAYS QUI EST « SUR » 

Le seul exemple des Albanais dont un tiers  a déjà quitté le pays alors qu’il est considéré comme «  sur »  est probant. Ils «  produisent » une délinquance dure (héroïne afghane, cocaïne sud américaine..) des réseaux mafieux et un nombre croissant de “mineurs” non accompagnés proies ou acteurs de réseaux criminels . «  Maitriser l’immigration » serait parler comme l’extrême droite selon ces maitres universitaires des élégances ?  Ceux qui  formulent cette nécessité  n’auraient aucune humanité ? 

UN PAYS N’EST PAS UN OPEN SPACE,  NI UN SUPERMARCHÉ 

Un pays n’est pas un open space, ni un supermarché dans lequel on se sert sans même passer à la caisse. C’est une communauté de destin à laquelle tous ceux qui le veulent, sans condition d’origine,  peuvent s’associer à condition d’en apprendre et d’en partager les valeurs, d’en connaître les droits et les devoirs. A condition d’avoir foi en la « méritocratie à la Française » qui a toujours marché pour les réfugiés qui choisissaient la France par amour : les survivants du génocide Arménien, vient de rappeler leur club grenoblois, arrivés en haillons ont travaillé très durement sans jamais se victimiser et les générations d’aujourd’hui sont des acteurs de l’économie, l’éducation ou la culture.

UNE DÉMAGOGIE ECOEURANTE 

Par leur irresponsabilité Lise Dumas ,Patrick Lévy, Jonas Costagliola démontrent la boursouflure de leurs postures et la démagogie écoeurante de leurs positions politiques. Ils rejoignent les tartuffes locaux. Est-il besoin de leur rappeler qu’il s’agit d’hommes et de femmes dans la misère qu’ils « trimballent”  d’un local à l’autre, en affichant une « solidarité «  d’opérette ? 

Pourront ils se regarder dans le miroir le 23 décembre et relire leurs discours sans rougir ? Bonnes fêtes. 

Source : article Migrants sur le campus : occupants, Université et préfecture campent sur leurs positions | Place Gre’net – Place Gre’net

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *