ALPEXPO: LA VALSE des DIRECTEURS CONTINUE

» Alpexpo n’a plus, depuis quelques jours, de directeur commercial. Christophe Conte, qui avait rejoint l’équipement début 2015, « est parti » a confirmé, hier, le président de la structure, Claus Habfast (Verts/PG). Selon plusieurs sources, C. Conte ne serait pas simplement “parti” mais aurait été licencié. Un point que C. Habfast n’a pas confirmé hier. Ni commenté. « Ce n’est pas à moi de dire quoi que ce soit. C’est un non­événement. Dans une société commerciale, des cadres arrivent, d’autres partent ». Si le licenciement du directeur commercial d’Alpexpo était confirmé, cela poserait, n’en déplaise au président d’Alpexpo, des questions » écrivait le DL ( 14/1/17)

LA DISPARITION DE C.CONTE EST UN “NON ÉVÈNEMENT” …

Depuis le 14 janvier, date à laquelle le “Dauphiné” se posait la question, conformément à l’Omerta de la municipalité aucune information n’a été donnée. C’était un “non événement”. Sauf que la nomination de Christophe Conte avait été annoncée à grand bruit. ( Dauphiné du 6/2/16).

…APRÉS CELLE DE C.CALMELS 

On avait aussi connu le montage très particulier d’une directrice Générale Catherine Calmels mise à la disposition par une société lyonnaise MCG Partners (300 000 €/an) puis remerciée soudainement en février 2015 par Klauss Habfast.

Voilà que ça recommence avec François Heid tout à coup nommé Directeur Général. 4 Colonnes dans “le Dauphiné” du 2 septembre. Qui était Directeur Général jusque là ? On n’en saura rien. La com’ Piollesque se concentre sur ce qui l’arrange. Klaus Habfast (Verts/PG) était il PDG, cumulant la présidence et la direction générale ? Mandataire social de la société alors que c’est incompatible avec ses fonctions d’élu? Pourquoi s’arrêter à ces broutilles.

ALPEXPO NE PAIE NI SES DETTES NI SES REDEVANCES à la VILLE 

Bien entendu il en profite pour donner un coup de violon  sur le  faux ” redressement” d’Alpexpo qui ne paie ni ses dettes, ni ses redevances  à la ville. Pourtant aucun privé n’a voulu de l’équipement qui souffre aussi d’un sous investissement chronique. ça n’a pas conduit les Rouge/Verts Grenoblois à suivre la solution d’Alain Carignon, car ils s’accrochent au dogme du public aux frais du contribuable .

François Heid, qui est couvert d’éloges comme Christophe Conte à son arrivée, était jusque là directeur adjoint du Parc Vulcania en Auvergne et pour Klauss Habfast c’est lui qui a été un des acteurs de sa relance.

LES RECRUTEMENTS DE COMPLAISANCE ONT REPRIS de PLUS BELLE

On ne peut que lui souhaiter de durer un peu plus longtemps que ses prédécesseurs récents. Il arrive dans une structure à la gestion défectueuse, au lourd passé qui n’a pas été soldé la grosse poussière ayant été mise sous le tapis et qui perd tous les grands salons symboliques et rentables depuis le Salon International des Sports d’Hiver en 2004 jusqu’au Salon Semicom Europa en 2017. Un lourd bilan.

Sans oublier les recrutements de complaisance puisque la structure ou les recrutements de complaisance ont continué : la structure qui avait été ramenée autour d’une trentaine de personnes avec la gestion de Guy Chanal remonte a près de 60 personnes ! Pourquoi se priver en effet ?

Un bateau à la dérive qui aurait besoin d’une commande unique, basée sur des critères de rentabilité, avec des investisseurs privés.  Malheureusement le représentant de la municipalité Klauss Habfast est en double commande et ça va encore tirer à hue et à dia. C’est comme ça que les navires coulent.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *