Hijab, burkini ou jilbab… DISCRIMINÉS SELON E.PIOLLE !

La quinzaine de “la lutte contre les discriminations” bat son plein si on ose dire compte tenu qu’elle tourne en rond avec les mêmes acteurs. Rappelons qu’elle a pour seul objet – après la “biennale de la ville en transition” -de faire oublier que mars est la mi-mandat de la municipalité Piolle (Verts/PG) et qu’elle devrait rendre des comptes…

L’anti-racisme dévoyé par la gauche est une variable d’ajustement dont elle use et abuse  en toute occasion.

Parmi “les initiatives”  une conférence s’est déroulée afin lutter contre les discriminations dont seraient victimes les femmes  qui portent les  hijab, burkini ou jilbab. L’écrivaine Nargesse Bibimoune était la conférencière invitée à développer ce thème ( DL du 23/3/17).

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/18/la-com-de-e-piolle-le-grand-nimporte-quoi/

LA CULTURE FRANçAISE : UN CODE ÉTRANGER à UNE PARTIE de la POPULATION

Par ces démarches, au lieu de chercher à faire partager les fondamentaux de la culture Française, la municipalité contribue à en faire un code culturel étranger à une partie de la population. Ce faisant elle crée de toute pièce une véritable et profonde discrimination: celle que subissent les citoyens tenus à l’écart des codes de notre  vivre ensemble forgés par 2000 ans d’histoire.

https://grenoble-le-changement.fr/2015/12/24/bouthan-m-girod-de-lain-vertspg-ferme-les-yeux-sur-la-minorite-chretienne-persecutee/

“LEURS LOIS N’Y FONT RIEN, CELLES QUI LE VEULENT  PORTENT le VOILE” 

Nargesse Bibimoune, en est un bon exemple elle qui se fait la porte parole de “la liberté des femmes” en affirmant à propos de l’interdiction du voile à l’école:  “leurs lois n’y font rien, que celles qui le veulent continueront de te porter, dis leur qu’ils n’ont plus le choix, il va falloir nous accepter, dis leur que la rumeur monte, et que nous sommes voilées et révoltées.”

DES GÉNÉRATIONS ENTIÈRES SONT EXCLUES du PARTAGE de  L’IDENTITÉ FRANÇAISE

A Grenoble ou cette politique a fort rendement électoral pour la gauche et les Verts/Ades est pratiquée depuis une vingtaine d’années le résultat est sous nos yeux : les quartiers explosent sous le joug du multiculturalisme, des générations entières sont exclues du partage de l’identité Française et trouvent refuge dans les tribus ou le religieux, parfois les deux, car le besoin d’appartenance est inhérent à la condition humaine.

DES GÉNÉRATIONS ENTIÈRES ENVOYÉES DANS LE MUR

Ces générations sont préparées à un monde, à une société qui n’existent pas de ce côté-ci de la Méditerranée. Plus  la gauche et les élus Verts/Ades et PG  organisent pour eux une contre société comme le prône N.Bibimoune en s’opposant à la loi, en particulier dans les quartiers, avec, à Sevran ou “comme au Bled”, les femmes qui ne sont pas bienvenues au café, plus on les enferme dans leur origine, plus on les exclut de tout, en particulier du travail, première dignité. Le CV anonyme étant dans l’impossibilité de compenser ce fossé.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE VEUT INSTALLER LA MARGE AU CENTRE 

Avec sa “quinzaine”, comme à son habitude, la municipalité installe médiatiquement la marge au centre. Elle veut tuer toujours un peu plus le projet Républicain d’intégration qui suppose l’adhésion à des valeurs qui dépassent l’affirmation de soi et de ses origines. Le succès de ce projet a toujours reposé sur l’engagement de ceux qui viennent d’ailleurs de vouloir être plus Français que les Français. Leurs ancêtres devenant même symboliquement les Gaulois.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/07/propagande-piollesque-la-saturation-pour-echapper-a-la-mi-mandat/

“ÊTRE FRANÇAIS CE N’EST PAS SEULEMENT UNE FORMALITÉ ADMINISTRATIVE” 

Il faut rappeler “à ceux qui exècrent cette identité qu’être Français ce n’est pas seulement une formalité administrative, mais une forme de vie et que celle-ci n’est pas négociable”. (Alain Finkielkraut “le Figaro” 11/0/16). En promouvant  cette société de couches multiculturelles superposées comme l’huile et l’eau, qui n’ont plus rien à partager on atteint  le bout de la route : c’est le Liban.

LE HIJAB, le BURKINI, le JILBAB : PAS LES CODES CULTURELS FRANÇAIS

Le Hijab, le Burkini, le Jilbab n’appartiennent pas aux codes culturels Français forgés notamment  par la Révolution Française et par ces 2000 ans de Christianisme. Si la France est couverte de 60 000 clochers et pas de 60 000 minarets ce n’est pas dû au hasard. Personne ne peut défaire cette histoire qui pénètre au plus profond de nos coutumes, détermine le rythme de nos fêtes  et même inconsciemment dicte tant de nos comportements et réflexes quotidiens.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/07/propagande-piollesque-la-saturation-pour-echapper-a-la-mi-mandat/

AFFICHER SA VERTU, FAIRE SAVOIR QU’ON N’ÉPOUSE PAS UN NON MUSULMAN

S’afficher avec un signe religieux ostensible,  en Burkini sur une plage c’est afficher publiquement sa vertu et  sa soumission à Dieu. Parfois aussi porter le drapeau de sa soumission à l’homme, piétinant l’égalité homme/femme qui est l’un de nos principes quasi sacré.  C’est manifester avec éclat sa séparation avec les autres en faisant savoir qu’il ne saurait être question  de se lier et à fortiori de se marier avec un non musulman. Bref c’est  l’opposé du projet républicain qui a pour objet de libérer l’individu de lui-même afin d’être libre pour quelque chose de plus vaste, à savoir la Nation.

NOTRE IDENTITÉ NATIONALE TRANSCENDE les IDENTITÉS ORIGINELLES

Cette neutralisation des particularités dans l’espace privé a pour contre partie la participation à une histoire, à une mémoire collective. “Notre identité nationale n’est pas la somme des identités originelles, elle les transcende” (Bérénice Levet).

“JE ME DÉCLARE MEMBRE de la COLLECTIVITÉ NATIONALE”…

La quinzaine de lutte contre les discriminations aurait mieux fait d’adopter la proposition d’Alain Carignon qui demande que soit remis un engagement à tous ceux qui sollicitent la collectivité publique:  «  je soussigné déclare adhérer aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité de la République Française, respecter ses principes fondamentaux  tels la laïcité et l’égalité homme/femme. En sollicitant ses institutions je me déclare membre de la collectivité Nationale Française avec les devoirs qu’elle implique » . 

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/08/grenoble-les-droits-sans-les-devoirs/

… PLUTÔT QU’ÊTRE RÉDUIT à SA PARTICULARITÉ ou à SON ORIGINE

Une telle adhésion, permettant à chaque citoyen d’intégrer la République des droits et des devoirs, aurait plus d’effet sur la baisse des discriminations que toutes les initiatives qui visent à le réduire à sa particularité ou à son origine. C’est cette lutte là dont Grenoble en a bien besoin.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *