LA COM’ de E.PIOLLE: le GRAND N’IMPORTE QUOI

« Les ques­tions du sexisme, du racisme, des discriminations liées à l’âge, à l’origine, au handicap, à la religion, à l’orientation sexuelle, à la précarité socia­le… Autant de motifs qui peu­vent se cumuler pour une mê­me personne » lance un autre inénarrable Adjoint au Maire (Verts/PG) Emmanuel Carroz ! ( DL du 5/3/17 ) Jusque là très discret, il manquait à la panoplie de la bêtise ambiante.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/10/com-de-e-piolle-le-week-end-de-tous-les-exces/

UNE PERSONNE VICTIME de DISCRIMINATION pour SEXISME, RACISME, ÂGE, ORIGINE et RELIGION! 

Cumuler une discrimination pour sexisme, racisme, l’âge, l’origine , un handicap ,la religion, l’orientation sexuelle et la précarité sociale, il faut être fort. Mais la municipalité Piolle redouble d’un verbiage inconséquent, tellement sidérant que personne ne le lit vraiment. Elle veut tellement échapper à son bilan et éviter de rendre des comptes que ça devient du grand n’importe quoi.Un pilonnage indécent et stupide.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/02/20/mi-mandat-la-liste-des-120-tromperies-deric-piolle/

LA VÉLOPARADE de la VILLE EN TRANSITION !

La « quinzaine de lutte contre les discriminations «  se poursuit donc jusqu’au 28 mars, englobe la journée de la femme car « toutes ces actions dépassent la quinzaine, il y a aussi la participation des associations à la véloparade de la Biennale des villes en transition » ajoute E.Carros. ( DL 10/3/17)

ABUSER de l’ANTI-RACISME JUSQU’À L’ÉCOEUREMENT

Tout est dans tout et inversement. Il n’y a pas de différence de degré, ni de nature entre ces  multiples  questions. Il s’agit bien entendu toujours et toujours d’instrumentaliser des causes au service d’une action politique. D’abuser de l’anti-racisme à toutes les sauces jusqu’à l’écoeurement pour faire oublier la fermeture des bibliothèques ou de maison de quartier. Il s’agit de faire taire toute voix en intimidant par un faux si écrasant qu’il s’impose. C’était la pratique soviétique de la sidération.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/01/attention-ceci-est-une-publicite-payante-deric-piolle/

 L’ACCÉS AUX DROITS SANS DEVOIRS

Sur le fond  la municipalité Piolle frise parfois le ridicule par rapport à la taille des enjeux qu’elle décrit : « elle a choisi de donner 6 noms de femmes sur 10 nouvelles voies créées depuis 2014 »( !) révèle ainsi Emmanuel Carroz.

Bien entendu figure l‘inévitable «solidarité avec les migrants » dans le programme des réjouissances et toujours le sempiternel « accès aux droits » sans qu’il ne soit jamais question de devoirs à l‘égard de la Nation.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/08/grenoble-les-droits-sans-les-devoirs/

 LA GAUCHE et les VERTS CRÉENT des INADAPTÉS SOCIAUX

Or appartenir à celle-ci n’est pas seulement une formalité administrative, l’aboutissement du cumul victorieux de points de «droits», mais l’adhésion à des valeurs et à une forme de vie. En le récusant la gauche conduit des générations entières dans le mur en créant des inadaptés sociaux. Ce développement séparé, cet apartheid de fait,   aboutit à l’affrontement de deux peuples dans la même Nation

QUARTIERS POPULAIRES: “les FEMMES EN RÉSISTANCE CONTRE les DISCRIMINATIONS”

Il y a aussi un Atelier d’autoformation : “Les femmes des quartiers populaires, en résis­tance contre les discrimina­tions”. Comme s’il s’agissait de la revendication première des femmes concernées ! Chaque fois que la parole leur est donnée directement, sans filtre, ni porte parole elles expriment très bien leur demande. Les élus de gauche et Verts/Ades qui gèrent Grenoble depuis 21 ans, construisent et attribuent les logements sociaux, ne la satisfont jamais .

“ON NOUS A ENFERMÉS” 

Dans mon immeuble, il y avait un conducteur de bus, un policier, un plombier. Plus maintenant. J’ai été à l’école ici. J’étais la seule à m’appeler Nadia. Il y avait des Jacqueline, des Colette. Maintenant, c’est l’inverse. On nous a enfer­més. Je veux quitter ce quartier que j’aime, mais on va me laisser là… “ a raconté une habitante de Mistral au “Dauphiné Libéré”. (22/2/17) .  Qui est responsable de cette discrimination disqualifiante?

https://grenoble-le-changement.fr/2017/01/09/villeneuve-le-chomage-et-linsecurite-nexistent-pas/

“LA QUINZAINE de LUTTES” NE QUESTIONNE PAS LES VRAIS RESPONSABLES

Ses responsables ne seront pas questionnés, ni même évoqués pendant « la quinzaine de lutte «. Ils en sont eux-mêmes les organisateurs, fixent l’ordre du jour, décident des thèmes et des intervenants. Le «  débat » vu par la gauche et les Verts est conduit par le pouvoir local.  Toujours les mêmes grosses ficelles pour échapper au bilan et désigner des coupables imaginaires.

https://grenoble-le-changement.fr/2017/03/15/le-parrain-de-la-transition-une-outre-degonflee-pour-j-jonot-vertsades/

La com’ de Piolle ? De plus en plus du grand n’importe quoi aux conséquences désastreuses.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *