LIVRAISONS: les COMMERCANTS ACCABLÉS de NOUVELLES CONTRAINTES

  Christophe Ferrari (PS) et Yann Mongaburu (Verts/Ades) s'étonnent que les commerçants ne participent pas massivement à la mise en place de la nouvelle usine à gaz qui va gérer les livraisons dans la ville. Ils étaient moins de 30 pour 3000 invités concernés a vouloir apprendre les contraintes qui leur sont imposées dans ce domaine aussi. https://grenoble-le-changement.fr/2016/02/08/commerces-au-bord-du-declin-de-la-commercialite-selon-le-monde/ LES LIVREURS NE POURRONT PLUS ENTRER DANS LA VILLE Car désormais les livreurs ne pourront plus entrer dans la ville et devront déposer leur colis dans un centre de distribution urbaine installé à Noyarey.  Il stockera les marchan­dises de plus de 30 kg et les palettes, qui seront ensuite prises en charge avec des vé­hicules propres. "Il y aura, en plus, un espace de logistique urbaine (Elu), en ville, pour les colis de moins de 30 kg, et deux espaces logistiques de proximité pour les petits colis et le départ des flux à vélo" explique le DL ( 7/2/12). https://grenoble-le-changement.fr/2016/10/11/pollution-e-piolle-interdit-les-400-vehicules-des-travailleurs-pauvres/ LES COMMERCANTS DOIVENT PARTICIPER à des GROUPES de TRAVAIL ! Des "groupes de travail" vont être mis en place! Les commerçants vont donc fermer leurs boutiques puisque ces réunions et ces groupes se réunissent en journée pour comprendre comment ils vont devoir organiser leur livraison avec tous les problèmes que rencontre le commerce à flux tendu. Ils ont évidemment d'abord à assurer leur survie et donc à conserver leur commerce ouvert ce que MM Ferrari et Mongaburu ne peuvent pas imaginer, eux qui vivent sur fonds publics. https://grenoble-le-changement.fr/2016/12/16/commerce-pour-e-piolle-la-faute-a-st-martin-dheres/ MANQUE DE PLACES DE STATIONNEMENT POUR LES LIVRAISONS D'ailleurs les présents ont protesté contre le manque de places de stationnement libres pour les livraisons. Le Dauphiné Libéré indique que  "dans les rues piétonnes, certains professionnels dénonçaient aussi des problèmes, notamment en termes d’horai­res. D’autres s’interrogent sur des points plus spécifiques. À l’image d’un marbrier qui se demandait comment ses pro­duits, très lourds, pourraient être livrés avec des véhicules légers. Ce à quoi la chef de projet logistique urbaine à La Poste a répondu qu’il faudra « un traitement spécifique pour les marchandises spécifi­ques. On trouvera peut­ être une solution à plus long terme, mais pour le moment, on essaie de réussir avec les autres marchandises »." https://grenoble-le-changement.fr/2017/01/21/grenoble-a-coeur-une-alternative-a-la-fermeture-de-grenoble/ UNE ACCUMULATION DE CONTRAINTES et UNE COMPLEXIFICATION MONSTRUEUSE La Chambre de Commerce et D'industrie est associée à cette opération louable et des Unions Commerciales également. Le seul problème qui n'a pas été vu est l'accumulation des contraintes et la complexification monstrueuse due au cumul de réglementations qui tombent sur ceux qui travaillent. https://grenoble-le-changement.fr/2016/02/18/commerce-le-centre-ville-en-croissance-a-nantes/ 500 NOUVELLES PLACES DE STATIONNEMENT SUPPRIMÉES  Interdiction de certaines voitures, zone 30, disque bleu, réglementation spécifique pendant les périodes de pollution, suppression de 500 places de stationnement supplémentaire avec la fermeture d'Agutte Sembat, 6 mois de travaux et de perturbations qui vont entraîner de nouvelles baisses de chiffres d'affaires, insécurité, saleté ... les tuiles s'accumulent et le nouveau carcan des livraisons s'y ajoute. https://grenoble-le-changement.fr/2017/01/18/grenoble-les-automobilistes-pris-au-piege-de-piolle/ LES GRENOBLOIS QUI TRAVAILLENT VEULENT DE LA LIBERTÉ Des policiers pour contrôler les vignettes, les disques bleu, les limitations de vitesse, les véhicules qui peuvent entrer ou non ... De nouvelles contraventions en perspective pour ceux qui peuvent payer pendant que des quartiers entiers sont hors la loi. Les grenoblois qui travaillent voudraient retrouver un peu de la liberté supprimée  chaque jour davantage par ceux qui vivent de leurs impôts. Et ne trouvent rien d'autre à faire avec leur argent que de leur rendre la vie difficile.  
One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *