A.CARIGNON: “Des SOLUTIONS pour AIDER GRENOBLE à S’EN SORTIR”

Dans une interview publiée hier par le "Dauphiné Libéré" et recueillie par Eve Moulinier Alain Carignon, Ancien Ministre explique que l'opposition à "un devoir de vérité envers les Grenoblois. Grenoble est en faillite. Il faut le dire aux habitants et tenter de con­trer la communication à outrance de cette municipali­té. " LA PRISE de CONSCIENCE PEUT ÊTRE ASSEZ LONGUE
Il estime que «la prise de cons­cience peut être assez longue avant d’arriver à se faire entendre. François Fillon a mis du temps avant de convaincre. Il était encore Pre­mier ministre de Nicolas Sarkozy quand il disait que la France était en faillite, et que personne ne l’entendait..." https://grenoble-le-changement.fr/2016/06/20/destot-ou-piolle-ps-ou-vertsades-qui-a-ruine-grenoble/ LA VICTOIRE des IDÉES EST LE PRÉALABLE à la VICTOIRE ÉLECTORALE Pour Alain Carignon  "Il faut débattre, il faut faire des propositions. La victoire des idées doit être le préalable à la victoire électorale. Si notre diagnostic n’est pas partagé par les Grenoblois avant 2020, ce ne sera pas la peine de se représenter." LE DEVOIR DE PROPOSER DES SOLUTIONS
Par ailleurs l'ancien Maire de Grenoble aux 50 réalisations qui font le Grenoble d'aujourd'hui explique  "j’ai aussi un autre devoir: celui de propo­ser des solutions pour aider Grenoble à s’en sortir, et il faut partager ce diagnostic avec les Grenoblois.» https://grenoble-le-changement.fr/2016/09/06/les-50-realisations-carignon-qui-font-le-grenoble-daujourdhui/
Alain Carignon pendant l'itw avec Eve Moulinier (photo DL)
Alain Carignon pendant l'itw avec Eve Moulinier (photo DL)
Le DUEL de DEMAIN : la RÉCESSION ou la PROSPÉRITE Pour lui ’"aux prochaines municipales, le duel se fera entre les partisans de la réces­sion – actuellement au pou­voir – et ceux qui veulent re­nouer avec la prospérité". "Mais dites-moi, demande Eve Moulinier, pourquoi êtes-vous plus combatif maintenant que lors des mandats de Destot ? Vous avez une revanche particulière à prendre envers les écologistes ?"
CETTE MUNICIPALITÉ EST MORT NÉE
«Je suis là maintenant répond Alain Carignon parce que la situation s’est aggravée pour la ville, après les man­dats Destot et encore plus aujourd’hui avec les Verts et l’Ades. Et je suis là parce qu’en 2014, la situation s’est aggravée pour l’opposition, car elle n’avait jamais fait un score aussi bas. Mais il faut maintenant repartir de l’avant. On arrive à mi­-man­dat pour l’équipe Piolle, et on sait que c’est fini, qu’il n’y aura rien. Cette municipalité est mort­-née, il ne lui reste plus que la gonflette de mots.»
"Et vos affiches, qui placent la mairie au centre de la Villeneuve, ce n’est pas de la “communication” ?demande aussi la journaliste LA VENTE DU PATRIMOINE ABANDONNÉ «C’était un clin d’œil sur nos propositions pour le logement et la revente du patrimoine municipal abandonné détaille Alain Carignon. Des propositions bien réelles. Moi si j’étais mai­re aujourd’hui ou demain, j’installerais  les bu­reaux de la mairie à l’Arle­quin, quartier que je rééquili­brerais avec 1/3 de HLM, 1/3 de propriétaires, 1/3 d’activi­tés économiques. Car il est temps de redonner de la fierté au sud de la ville, il est aussi temps de stopper la spoliation des petits propriétaires à qui on a vendu cette fausse mixité sociale.» https://grenoble-le-changement.fr/2016/10/18/grenoble-oui-au-second-souffle/ LA POLLUTION EST DUE AUX ÉLUS VERTS/ADES Alain Carignon cite également les tromperies de la communication de la municipalité Piolle et l'écologie punitive qu'elle développe: "en ce moment, Éric Piolle et son équipe es­saient de nous faire croire qu’ils veulent combattre la pollution, alors que ce sont eux qui ont participé à la créer en s’opposant à tous les pro­jets qui auraient pu désencla­ver notre ville et éviter les bou­chons." SOLUTIONS OU PAS POUR L'AVENIR de GRENOBLE " Votre “si j’étais maire” veut-il dire que vous pensez être candidat en 2020 ?termine Eve Moulinier . Ce  à quoi Alain Carignon répond : «La question ne se pose pas en termes de retour de Cari­gnon ou pas, mais en termes de solutions ou pas pour l’avenir de Grenoble.»

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *