QUARTIER de L’ESTACADE: UNE BALLE TRAVERSE SON SALON de COIFFURE

Vers 19 h jeudi soir alors que la coiffeuse et une de ses clientes se trouvaient dans le salon de coiffure à l’angle du cours Berriat et de la rue Gabriel Péri à Grenoble, une balle a traversé le salon à hauteur d’hommes. Par chance elles n’ont pas été blessées. Une altercation se déroulait sur la voie publique, ce que Grenoble vit quotidiennement. L’un d’eux a tiré.

Outre les balles les agressions à l’arme blanche sont monnaie courante. Ces seules

dernières 24 heures un homme a reçu des coups de couteau rue de l’Alma, un autre rue des Alliés, un jeune par Paul Mistral et une dame de 75 ans s’est fait agresser cours de la Libération à midi . ( source Dauphiné Libéré)
<<< /les-compagnies-ne-veulent-plus-assurer-grenoble/

LA DÉLINQUANCE du QUARTIER ST BRUNO S’ÉTEND EN TÂCHE D’HUILE

La balle du salon de coiffure prouve que la délinquance du quartier St Bruno s’étend en tâche d’huile et atteint le cours Jean Jaurès: commerces qui tombent en faillite remplacés par des enseignes douteuses, appartements qui perdent leurs valeurs, progression tentaculaire de l’économie souterraine qui est en train d’envahir la ville dans l’indifférence coupable – ou connivente- de la municipalité Piolle (Verts/PG) dans la totale continuité de la municipalité Destot/Safar (PS) qui en engrangeait les bénéfices -à minima- électoraux.

15 FUSILLADES EN SEPTEMBRE DANS L’AGGLOMÉRATION GRENOBLOISE

En septembre on a dénombré 15 fusillades en 3 semaines dans l’agglomération grenobloise. La plupart en plein jour, sur des lieux publics, à des arrêts de Tram, aux pieds d’immeubles ou bien encore devant une école comme Jean Racine à Teisseire.. Jusque là, parmi les passants, on ne dénombre qu’un blessé à une terrasse de café place St Bruno et un autre qui faisait son marché à St Pierre du Rondeau et a pris un éclat de balle dans le pied.

<<< /agglo-apaisee-63-de-delinquance-a-grenoble-par-rapport-aux-villes-comparables/

Y.MONGABURU (Verts/Ades) : PLUS DE STATISTIQUES de la DÉLINQUANCE dans les TRANSPORTS

Mais la montée de la violence inquiète et elle est privatrice de liberté pour ceux qui n’osent plus sortir. Les parents sont de plus en plus inquiets s’agissant des Transports en Communs pour lesquels Yann Mongaburu le Président (Verts/Ades) ne publie plus les statistiques de la délinquance depuis mi 2015: elle avait augmenté de + 55% au premier semestre de cette année -là. Faute d’information des familles interdisent maintenant à leurs enfants de les emprunter. L’opacité n’est pas la solution, là non plus.La suppression du thermomètre ne fait pas disparaitre la température.

<<< delinquance-dans-les-transports-grenoblois-55-au-premier-semestre-2015/

LES 100 MIGRANTS -des HOMMES SEULS-  QUI ARRIVENT SUR LE CAMPUS NE RASSURENT PAS

Après le bidonville Esmonin qui avait produit une recrudescence de cambriolage violents dans l’agglomération, le camp de Rom du Rondeau installé par Eric Piolle (Verts/PG) a fait 6 victimes, des étudiants, littéralement massacrés par des jeunes du camp.

L’arrivée de 100 migrants de Calais, des hommes seuls , installés au campus à proximité des amphis ne rassure pas non plus. Avant leur arrivée et depuis plusieurs années Grenoble connait une montée des vols avec violence : Après + 41% en 2014,plus 33%   au premier semestre 2015 selon les chiffres révélés par le Procureur de la République Jean-Yves Coquillat. Là encore on ne les publie plus.

http://www.republicains38.fr/agglo-apaisee-explosion-des-vols-avec-violence/

Christophe FERRARI (PS) VA “RÉFLÉCHIR ” AUX QUESTIONS D’INSÉCURITÉ …

Face à cette situation Christophe Ferrari (PS) prend le taureau par les cornes:” Le fait que les polices soient municipales « cela doit ­il nous empêcher de réfléchir à ces sujets d’insécurité et de délinquance qui, aujourd’hui, ne sont plus seulement communaux ? » affirme t il au DL ( 28/9/16) . Les délinquants tremblent face à cette ” réflexion” engagée après 9 ans de mandat comme Vice Président puis Président de la Métro, une agglomération gérée depuis 21 ans par la gauche et les Verts/Ades…

»Ma conviction, c’est que la Métropole doit, elle aussi, s’emparer de cette ques­tion de l’insécurité ». “S’emparer” chez Ferrari c’est « trouver toute sa place dans ce débat ». C’est dire si on est rassuré…

<<</insecurite-dans-lagglo-christophe-ferrari-ps-promet-dy-reflechir/

Eric PIOLLE (Verts/PG) VEUT QUE LA VILLE SOIT MOINS ÉCLAIRÉE LA NUIT

Eric Piolle (Verts/PG) de son côté a bien conscience du problème. Ce week end il est polarisé par la 8 eme édition du “jour de la nuit”. L’idée est que tous ceux qui ont choisi la vie urbaine pour bénéficier d’un certain nombre de facilités en échange d’autres contraintes perdent les premières en conservant les secondes. Grenoble va moins éclairer la nuit.

LE PLAN LUMIÉRE PLONGE LES RUES de GRENOBLE DANS LE NOIR

D’ailleurs le “plan lumière” de la municipalité  – nommé ainsi par anti phrase comme elle en a l’habitude- plonge successivement nos rues dans le noir. Pour le bien de l’homme et de la nature.

Ce qu’explique dans le DL ( 8/10/16) Luc Gwiazdzinski, géographe à l’Institut de géographie alpine: ” la ville la nuit a été colonisée par la lumière, ce qui rentre en con­flit avec le rythme de l’homme.” Entendons le rythme “naturel” de l’homme vers lequel celui-ci  doit revenir. E.Piolle va donc “décoloniser” aussi la ville.

” IL N’Y A PAS PLUS D’AGRESSIONS LA OU IL FAIT SOMBRE”

Toujours ces mots postures qui parlent à la mémoire – la décolonisation-  alors qu’il s’agit d’aboutir à l’opposé. Car dans une ville plongée dans le noir, alors qu’on tire à balles réelles le jour, est-ce ” la pollution lumineuse” qui est à vaincre d’abord pour observer les étoiles , ce” spectacle gratuit” .

Mais le géographe municipal a la réponse: “Il n’y a pas plus d’agressions là où il fait sombre mais le sen­timent d’insécurité est plus fort”. Il est vrai que 2 agressions au couteau sur 3  de ces dernières 24 h ont eu lieu dans une ville encore un peu éclairée…

<<< securite-et-si-e-piolle-suspendait-son-plan-lumiere/

LA COIFFEUSE et sa  CLIENTE : ADMIRER les ÉTOILES dans des RUES PLONGÉES dans le NOIR

Toujours ce “sentiment d’insécurité” dont les beaufs, les attardés, les limités, les repliés sur eux-mêmes sont prisonniers. La coiffeuse et sa cliente  qui ont vu passer la balle près d’elles vont bientôt vaincre ce “sentiment” et user du bonheur de se promener dans les rues de Grenoble plongées dans le noir  pour admirer les étoiles.

<<< /plan-lumiere-la-nuit-gagne-grenoble/

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *