GRENOBLE: UN FIASCO VERT À 160 000 € PAR AN

Les bibliothèques ferment pendant que E. Piolle jette 160 000 € par an dans des poubelles vertes qui sont un fiasco de plus sur le dos des grenoblois. Grenoble est ruinée mais les Verts/Rouges font des expérimentations à 160 000 € par an pour 142 poubelles, soit 1100 € l’unité !

Grenoble est une ville, pas un laboratoire pour incompétents. Le résultat de l’expérience, il suffit d’aller parc Paul Mistral pour constater ce que montrent nos photos, toutes prises le même jour. Après le fiasco des cendriers à recyclage de mégots, ce nouveau bide était totalement prévisible, ce qui le rend doublement impardonnable dans une ville en complète déroute financière malgré les impôts les plus élevés de France.

>>> WANTED : « ILS ONT RUINÉ GRENOBLE »

Une ruine qui va bien au delà de la seule finance.

>>> GRENOBLE RUINÉE, PAS SEULEMENT FINANCIÈREMENT

LA COM’ VERTE DE PIOLLE FINIT DANS LES POUBELLES GRISES

Un plan com’ vert à 160 000 euros qui finit dans les poubelles grises, dans une ville riche bien connue du maire comme Singapour on pourrait dire qu’il faut que ça cesse et s’arrêter là. Mais à Grenoble, alors que la ville est ruinée et que la municipalité auto proclamée exemplaire va jusqu’à supprimer les agents de sécurité à la sortie des écoles c’est un scandale qui demande des comptes.

>>> GRENOBLE: 160 000 € À LA POUBELLE !

DES TRUMPERIES QUI N’AMUSENT PLUS PERSONNE

Antoine Back dans une pose de respect à l'égard de ceux qui l'ont élu
Antoine Back dans une pose de respect à l’égard de ceux qui l’ont élu

Antoine Back (extrême gauche), un des amuseurs municipaux parmi les plus drôles avait déclaré que c’était “pour pouvoir recycler, pas pour s’amuser”. Une trumperie déclarée en connaissance de cause puisqu’il avait auparavant déjà jeté 5 500 € à la poubelle, plus précisément dans des cendriers pour recycler les mégots, avec un résultat “mitigé” d’après la transparente L. Lheureux (Verts/PG) qui n’avait vu ni leur rapide délabrement ni les mégots au sol tout autour.

>>> CENDRIERS DE PIOLLE: ENCORE 5 500 € EN FUMÉE

Foutre en l’air l’argent des grenoblois ne coûte pas à Antoine Back, ce qui lui coûte c’est de se lever pour la Marseillaise en conseil municipal en hommage aux morts dans l’attentat de Nice. Une attitude que E. Piolle n’a toujours pas condamnée.

>>> DEUIL À GRENOBLE: QUI SONT CES ÉLUS ASSIS PENDANT LA « MARSEILLAISE » ?

wanted

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *