RIFFIFI: Selon “Le MONDE” Elisa MARTIN (PG) SANCTIONNE 2 RESPONSABLES

Selon "Le Monde" d'hier Elisa Martin Première Adjointe (PG) de Piolle a sanctionné les deux co-secrétaires départementaux du parti qui ont eu l'audace de demander un "moratoire" sur le plan de casse du service public Grenoblois.
"Elisa Martin, une proche de Jean-Luc  Mélenchon, est même en première ligne pour défendre ce que le PG  condamne au niveau national (...)   le plan de sauvegarde a  pourtant fait deux victimes au PG : les cosecrétaires départementaux. En juin, ils ont appelé à un "moratoire" sur ces mesures. Un mois plus  tard, le national a mis sous tutelle les comités de l'Isère." explique la journaliste Raphaëlle Besse Desmoulières
LIMOGÉS PARCE QU'ILS AVAIENT LU LE PLAN de CASSE 
Les deux co-secrétaires départementaux ont été limogés en juin parce qu'ils avaient lu le plan avant sa publication !  Elisa Martin, elle, a reconnu "j'ai validé le plan sans faire gaffe, quelle conne !" Avec Piolle ce sont les lanceurs d'alerte en interne qui sont sanctionnés. Dans le "Monde" Elisa Martin répond maintenant que le plan n'est pas contradictoire du tout avec ce que l'extrême gauche défend: "au contraire, c'est une bonne illustration de la catastrophe où mène l'austérité".
E.MARTIN (PG) VEUT "ILLUSTRER LA CATASTROPHE OU MÈNE l'AUSTÉRITÉ..."
Dans cette logique il faudrait aller plus loin dans la fermeture des bibliothèques, des services publics, des suppressions d'emplois publics, de la baisse de santé scolaire ou de la facturation du péri-scolaire aux familles. "L'illustration serait plus efficace!
On suggérera d'ailleurs aux patrons qui licencient et trouvent l'extrême gauche face à eux qu'ils répondent "illustrer" la politique d'austérité qu'ils combattent par ailleurs...
Le MONDE : "MAIS QUE SE PASSE T IL à GRENOBLE? " 
Après Gaël Routan (Verts) le directeur de cabinet de Piolle viré sans ménagement la municipalité Piolle démontre tous les jours qu'elle est devenue folle: l'ancien secrétaire général du groupe Verts à la Région présidé par Piolle qui a "hébergé" financièrement  Erwan Lecoeur pendant la campagne des municipales est limogé et Odile Barnola qui impose aux élus un plan à l'opposé de leurs discours et engagements est promue!
Le " Monde" s'inquiète: " mais que se passe t il à Grenoble? " . Et la journaliste de citer la méthode " abrupte", la fermeture de bibliothèques dans des " quartiers sensibles" rappelant qu'ils avaient " promis en  2014 de " maintenir et soutenir le réseau des quatorze bibliothèques municipales".
E.PIOLLE NE PEUT PLUS AUGMENTER LES IMPÔTS 
Eric Piolle se défend toujours aussi mal en déclarant vouloir "éviter la mise sous tutelle" ( comme si d'autres choix n'étaient pas sur la table) et Raphaëlle Besse Desmoulières, mal informée reprend la propagande municipale selon laquelle le Maire est "bien décidé à respecter sa promesse de ne pas augmenter des impôts locaux, parmi les plus élevés de France". Grenoble est première de sa catégorie  100 à 200 000 habitants) pour l'impôt sur les ménages, pas "parmi les plus élevés."
Et Eric Piolle piétinerait bien cet engagement comme les autres s'il le pouvait. Mais son Adjoint aux Finances Hakim Sabri (Verts/Ades) a chiffré à + 17% l'augmentation des impôts nécessaire s'il fallait mettre les recettes au niveau des dépenses!
"LA MÉTHODE EMPLOYÉE A AUSSI HEURTÉ"
"La méthode employée a aussi heurté" est contrainte de constater la journaliste. Tandis qu'Eric Piolle, toujours aussi autiste, affirme "je ne regrette rien"(!). Il justifie la trahison de ses engagements sur la co-construction et la démocratie participative pour  ne pas "faire de concurrence entre les politiques et entre les quartiers". Ce qui est le principe des "budgets participatifs"...
On aura jamais vu un Maire raconter autant n'importe quoi.
UN SIGNE SUPPLÉMENTAIRE de la DESCENTE AUX ENFERS de la MUNICIPALITÉ
Le fait que le quotidien de référence de la gauche prenne ses distances avec la gestion de Piolle est un signe supplémentaire de la descente aux enfers de la municipalité. Le serrage de boulons effectué en interne démontre que plus l'incompréhension grandit, plus la municipalité se rétracte, plus Eric Piolle mouline du vide et perd pieds.
UN CLIMAT de REPLI SUR SOI et de FERMETURE ABSOLU
L'élimination du fade Clauss Habfsat (Verts/PG) de la co-présidence du groupe aux côtés de Ma Dalton, Laurence Comparat (Verts/Ades) remplacé par Alan Confesson (PG) qui démontre une grande capacité à avaler des couleuvres en défendant tous les reniements, la mise sur la touche du dossier de la politique de la ville de Lucile Lheureux (Verts/PG) dont tout le monde a compris qu'elle n'avait prise sur rien, pour être remplacée par Maryvonne Boileau (Verts/Ades) compagne de Vincent Comparat Président de l'ADES, une vétéran du clan Avrillier,  sont  toutes des nominations qui démontrent un climat de repli sur soi et de fermeture absolu.
Avec "Le Monde"qui se demande "ce qui se passe à Grenoble?" l'inquiétude des Grenoblois est partagée par la presse nationale.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *