FRESQUE ANTI-POLICE: LA MUNICIPALITÉ PIOLLE (Verts/PG) DEVRAIT RETOURNER DEVANT LES ÉLECTEURS

 

La condamnation est unanime. Le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve (PS) demande à Eric Piolle (Verts/PG) d’exprimer au moins ” ses regrets” devant la réalisation d’une “oeuvre” qui montre la police en train de matraquer la liberté!

<< fresque-anti-police-e-piolle-vertspg-va-trop-loin/

Au même moment on apprend qu’une grenobloise de la rue des Bergers a écrit à Eric Piolle le 25 juin dernier pour lui expliquer que  “je trouve que le Festival de Street Art en cours n’apaise en rien notre ville de Grenoble. Le moins que l’on puisse dire est que les couleurs et les motifs n’invitent pas à la sérénité et les habitants de mon quartier éprouvent un sentiment de saturation devant la multiplicité des réalisations.

” UNE MARIANNE DONT LES MÈCHES DE CHEVEU SE TERMINENT PAR DES FERS BARBELÉS”

“Dans la rue des Bergers où j’habite, deux oeuvres me heurtent particulièrement : “une Marianne “revisitée”, à l’arrière du 26 rue Thiers et en face du 9 rue des Bergers, dont les mèches de cheveux se terminent par des fils de fer barbelé (pour symboliser le manque de liberté dont souffre la France, m’ont dit les artistes).

<< /street-art-fest-festival-off-de-grenoble/

” DES MANIFESTANTS AFFRONTANT DES POLICIERS SUR FOND DE GAZ LACRYMOGÈNE”

“Au bas du mur, une scène violente montre des manifestants affrontant les policiers sur fond de gaz lacrymogène.
Et au sommet figure le texte suivant : “Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs (art. 35 de la déclaration des droits de l’homme).”

” UN COCHON QUI URINE BRANDISSANT UNE PAIRE DE CISEAUX…”

“un cochon debout qui urine contre un mur sous la menace d’une main brandissant une paire de ciseaux, au 11 rue des Bergers…” cite encore cette grenobloise.

De la base au sommet c’est l’écoeurement face à cette propagande à sens unique, par tous les moyens, face à cette répétition de lieux communs présentée comme ” subversive” alors qu’elle est totalement conforme à la pensée du pouvoir local dont elle ne fait que reprendre les thèmes.

DÉJÀ E.PIOLLE AVAIT FINANCE UNE JOURNÉE CONTRE L’ÉTAT D’URGENCE avec E.PLENEL ( ext gauche)

On se souvient qu’Eric Piolle avait organisé au Palais des Sports avec Médiapart une journée contre l’état d’urgence , également sur fonds publics : Olivier Bertrand ( Verts/Ades) accordait la gratuité et Raymond Avrillier  (Verts/Ades) était aux côtés d’Edwy Plenel dans la coulisse.  Sans considération pour Matthieu Giroud de Jarrie, “privé, comme les 129 autres victimes des at­tentats du Bataclan  de la première des li­bertés individuelles, celle de vivre ” avaient écrit ses parents  Mi­chelle et François Giroud.

https://grenoble-le-changement.fr/2016/02/07/3349/ (GRENOBLE: l’OPÉRATION MÉDIAPART et E.PIOLLE SUSCITE une VAGUE d’ÉMOTION)

Raymond Avrillier (Verts/Ades) ici dans les coulisses du Palais des Sports pour l'opération sur fonds publics contre l'état d'urgence avec E.Plenel (ext.gauche)

Raymond Avrillier (Verts/Ades) ici dans les coulisses du Palais des Sports pour l’opération sur fonds publics contre l’état d’urgence avec E.Plenel (ext.gauche)

LES MESSAGES DISCRIMINANTS, DIFFAMATOIRES, ATTENTATOIRES à la DIGNITÉ SONT PROSCRITS

Au plan des principes de liberté la rue est protégée aussi: les messages discriminants, diffamatoires, attentatoires à la dignité sont proscrits. Evidemment la fresque qui place  les défenseurs de nos libertés sur le même plan que ceux qui les menacent à savoir  les auteurs d’attentats est insultante. D’autant que deux policiers morts dans des conditions atroces viennent de payer cette défense de leur vie. Les policiers sont des citoyens comme les autres.

Eric PIOLLE REJOINT LA MINORITÉ DONT LA MUNICIPALITÉ ROUGE/VERTS EST ISSUE

La mairie campe sur son sectarisme selon le DL de ce matin (27/6/16) : « Nous défendons une œuvre d’art. Point. Et sauf si on nous démontre que cette fresque représente un délit, nous ne l’enlèverons pas. Et comme en l’espèce, il ne s’agit pas d’un délit… »

Eric Piolle se fait juge et partie. On imagine la réaction si une fresque recelait un soupçon d’islamophobie, de mise en cause de “minorités”?  Avec l’argent des Grenoblois…

En soutenant l’insoutenable la municipalité Piolle rejoint la minorité dont elle est issue. Et ou elle devrait vite retourner.

UNE NOUVELLE AFFAIRE QUI JUSTIFIE DE RETOURNER DEVANT LES ÉLECTEURS

Après son plan de casse des services publics qui est à l’opposé de ces 120 engagements pris devant les grenoblois, cette nouvelle affaire justifie encore mieux et plus qu’elle choisisse de revenir devant les électeurs.  Le seul moyen de vérifier si elle est légitime pour poursuivre dans sa fuite en avant. Ce serait la seule réaction de dignité qu’elle pourrait avoir. Si elle en possédait le sens.

<< piolle-le-veritable-calendrier-de-la-descente-aux-enfers/

Pendant ce temps E.Piolle ferme les bibliothèques !

Pendant ce temps E.Piolle ferme les bibliothèques !

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *