JEUDI: la GALÈRE des GRENOBLOIS

(photos le DL et GLC) 

Les Grenoblois ont vécu un jeudi infernal à cause d’une minorité soutenue par la municipalité Piolle. La journée a mal commencé par le blocage de la Porte de France et du bd Jean Pain interdisant les entrées de Grenoble pendant 2 heures et produisant des embouteillages monstres, des retards considérables dans les activités et le travail.

Avec la pénurie d’essence les automobilistes étaient doublement handicapés avec le risque de manquer de carburant. Moins de 800 personnes ont paralysé ensuite toute la journée l’activité d’une agglomération de 500 000 habitants. Parmi ces 800 personnes nombre de permanents financés sur fonds publics donc par la production de richesse.

LA FRAUDE FISCALE… MAIS PAS à SINGAPOUR

Bien entendu on trouvait là toute l’extrême gauche avec de pseudo “revendications”. Le DL a raconté que Marianne du collectif “stop évasion fiscale” était là pour dénoncer… l’évasion fiscale. Soutenue par Eric Piolle actionnaire à Singapour! Un autre “parce qu’il n’est pas d’accord avec ce qu’il se passe en France ces derniers temps” (!). Bien entendu il y a une fonctionnaire municipale qui ne risque rien. C’est l’impôt de ceux qu’elle combat qui la fait vivre.

<< la-societe-de-e-piolle-les-aides-sont-publiques-a-grenoble-les-benefices-a-singapour/

En fait par leur itinéraire et leurs actions ils ont paralysé le réseau de transports en communs toute la journée. Pénalisant les salariés, les employés, le commerce, les entreprises, tous ceux qui ont besoin de travailler et font tourner la baraque.

DES AFFRONTEMENTS sur les BOULEVARDS BLOQUENT LE TRAM

Les Grenoblois se sont rendu à pieds à leur travail quand ils le pouvaient.

Bien entendu les manifestations ont dégénéré en affrontements. En arrivant place de Verdun, plusieurs centaines de manifestants ont tenté de partir en cortège sauvage vers la rue Condillac et l’hyper­centre.

Au terme d’un face ­à­ face très tendu de plusieurs minu­tes ­ au cours duquel plu­sieurs projectiles ont été jetés en direction des policiers, le cortège a fait volte-face et a pris la direction des boulevards. Des affrontements ont eu lieu sur les boulevards et rue Bistesi bloquant le tram.

GRENOBLE NE PEUT PAS SE PERMETTRE de FAIRE FUIR UN PEU PLUS les CONSOMMATEURS

On se demande à partir de quand la municipalité Rouge/Verts Grenobloise cessera de soutenir un “mouvement” ultra minoritaire, sans idée autre que de mettre fin au capitalisme, aux patrons et à la police, c’est à dire à peu près le degré zéro de la pensée politique.

Les grenoblois ne vont pas supporter très longtemps cette galère permanente et la ville économiquement en difficultés ne peut pas se permettre de continuer à faire fuir un peu plus les consommateurs.  Une fois avoir changé leurs habitudes – on l’a vu avec les trop longs et mal coordonnés travaux de la ligne E du tram- ils sont perdus pour la ville.

Avec 29 000 emplois dans le commerce la chute de ce secteur est l’une des explications de la montée inquiétante du chômage dans l’agglomération grenobloise. Entre autre.

<< commerces-au-bord-du-declin-de-la-commercialite-selon-le-monde/

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *